Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Colmar : un surveillant de prison blessé
(Le 31 août 2007)

COLMAR : un surveillant de prison blessé

31/8/2007

Un surveillant a été légèrement blessé hier matin à la maison d’arrêt de Colmar par un détenu. Ce dernier lui a porté un coup de couteau à la gorge alors qu’il rentrait de la douche et venait de passer le seuil de sa cellule. « La plaie est superficielle, mais le gardien est fortement choqué », a déclaré Rémi Pierron, secrétaire général adjoint de l’Union fédérale autonome pénitentiaire (Ufap) d’Alsace-Lorraine. L’arme utilisée serait un couteau de cantine, remis à chaque détenu pour la durée de son séjour en prison. Cet événement fait suite à ceux qui s’étaient déroulés le 17 août à la maison d’arrêt de Mulhouse. Ce jour-là, trois gardiens avaient été frappés par deux détenus au cours d’incidents distincts.

Y aurait-il un climat tendu spécifique dans les prisons de la région ? « Il s’agit d’une triste coïncidence, il n’y a pas de lien entre ces affaires », commentait hier l’Administration pénitentiaire. Côté syndicats, on réfute aussi l’idée d’un particularisme régional. « Le problème est en fait national, souligne Rémi Pierron. Mais il faut quand même être clair : les établissements de Mulhouse et de Colmar mériteraient d’être fermés, car ils sont d’un autre temps », juge le syndicaliste. Vetusté des locaux, surpopulation : les origines du climat tendu dans les prisons sont bien identifiées, mais les moyens pour y remédier arrivent au compte goutte. « Et au final, ce sont les surveillants, toujours en sous-effectif, qui se prennent dans la tête tout ce que les détenus reprochent à l’administration », lâche Rémi Pierron.

Suivant
Imprimer l'article