Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Mézières : l’école crame, la salle des fêtes disparaît
(Le 31 octobre 2007)

Le Courrier de Mantes

Publié le : 31 octobre 2007

Incendies criminels à Mézières

Samedi vers 22 h 15 deux feux se sont déclarés, l’un derrière la salle des fêtes, l’autre devant l’école primaire des Tilleuls. Les deux incendies sont d’origine criminelle. Le feu a été mis à des poubelles. L’école primaire n’a subi que de très légers dégâts. Elle pourra rouvrir après les vacances. La salle des fêtes, elle, a été entièrement ravagée. Il faudra démolir ce qui reste avant de reconstruire. Les dégâts sont estimés à au moins un million d’euros. À Mézières, c’est la stupeur.

Vers 22 h 30, des automobilistes qui reviennent de Mantes par la D113 en direction d’Aubergenville aperçoivent des flammes au niveau de la salle des fêtes et appellent les pompiers.

Au même moment, rue Maurice-Fricotté, les automobilistes effarés découvrent un autre foyer devant l’école et préviennent les pompiers.

Bouillons de fumée

À l’arrière de la salle des fêtes, les containers à ordures sont en feu et, déjà, les flammes lèchent le toit. Les hautes grilles sont fermées et interdisent l’accès au parking où le feu prend de l’ampleur. Mais les pompiers de Maule ne sont toujours pas là. Un appel les emmène sur la route de Septeuil.

Les pompiers sont très vite appelés une deuxième fois. Il y a urgence. Des bouillons de fumée rampent sous la toiture et, en quelques secondes, les flammes sortent de tout l’arrière. Troisième appel des témoins impuissants pour les rediriger vers la salle des fêtes dont le toit s’embrase à toute vitesse.

Cinquante pompiers sur place

Les pompiers reviennent, mais il est trop tard. Toute la toiture est en flammes et le temps de brancher les tuyaux, la salle des fêtes est détruite, sous les yeux atterrés des témoins.

Des pompiers de Mantes, Saint-Germain-en-Laye, Triel sont venus en renfort mais il n’y a plus rien à faire que déverser des trombes d’eau sur la charpente qui brûle avec violence.

Des feux de poubelles ont été allumés simultanément devant la salle des fêtes Yves-Montand et l’école des Tilleurs. Pierre Blévin arrivé sur les lieux vers 22 h 45 est atterré : « C’est une véritable catastrophe pour la commune. Cet incendie est tout simplement scandaleux », affirme-t-il. La salle des fêtes sera entièrement reconstruite. Le maire estime à un million d’euros au moins le coût des travaux nécessaires à la reconstruction. Cet été, la municipalité avait entamé des travaux de réfection concernant l’électricité, la scène et l’estrade. La commission de sécurité devait passer le 26 novembre.

Les deux foyers allumés volontairement devant les portes prouvent qu’il s’agit d’un incendie criminel. Une enquête a été ouverte par la police de Mantes-la-Jolie. Elle n’a aucune piste pour le moment.

L’école a été sauvée

L’école primaire, située rue Maurice-Fricotté, face à la salle des fêtes, aurait aussi pu être détruite.

Les deux foyers dans les poubelles ont été allumés presque simultanément. Les pompiers sont arrivés à temps et ont pu éteindre le foyer de l’école.

« Scandaleux ! »

« Scandaleux », « honteux » : les qualificatifs ne manquent pas pour commenter l’incendie de la salle des fêtes. Dimanche matin, ils sont quelques badauds à venir voir ce qui s’est passé. « On ne s’attend pas à ce que ça arrive chez nous », déclare une habitante en colère. En s’attaquant à la salle des fêtes, les incendiaires ont touché le village en plein cœur. « La salle des fêtes c’est la vie du village. C’est là où tous les habitants se retrouvent pour les mariages, les fêtes de la commune, déclare Pierre Blévin encore choqué. Il n’y a pas de mot, c’est tout simplement scandaleux, inadmissible ». La commune ne dispose pas d’autres salles de rassemblement, les manifestations du moment sont donc annulées ou reportées. Les élus se sont réunis lundi soir pour envisager l’avenir de la salle.

Suivant
Imprimer l'article