Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Bastia, Attentat contre une annexe du palais de justice
(Le 10 mai 2005)

mardi 10 mai 2005, 21h54

Attentat contre une annexe du palais de justice de Bastia : deux CRS commotionnés

BASTIA (AP) - Un attentat à l’explosif a été perpétré mardi soir contre une annexe du palais de justice de Bastia (Haute-Corse), a-t-on appris de source judiciaire. Commotionnés, deux CRS qui étaient de faction ont été conduits au centre hospitalier de Bastia pour y recevoir des soins, a-t-on précisé de même source.

L’explosion s’est produite à 20h45 devant l’entrée de cette annexe située à proximité du palais de justice actuellement en travaux.

Une charge de moyenne puissance, placée dans un extincteur, a provoqué des dégâts qualifiés de "moyens" par les autorités judiciaires.

Cette annexe avait déjà visée il y a un an par un premier attentat. L’explosion de ce mardi soir n’a pas été revendiquée dans l’immédiat.

AP

med/cb


BASTIA (AFP)

10 Mai 2005 22h39

Attentat contre une annexe du palais de Justice de Bastia : CRS commotionnés

Un attentat à l’explosif a visé mardi soir une annexe du palais de justice de Bastia, provoquant des dégâts peu importants mais commotionnant légèrement deux CRS, a-t-on appris auprès de la police qui venait d’effectuer les premières constatations.

L’engin, qui a explosé vers 20h50, a "provoqué de légers dégâts" à la porte du bâtiment, deux CRS en faction non loin de là ont été "légèrement commotionnés par l’effet de souffle" et ont dû être conduits à l’hôpital "en observation", a indiqué à l’AFP un collaborateur du préfet de police Christian Lambert, qui a quitté immédiatement Ajaccio en hélicoptère pour se rendre sur place.

Cette annexe se trouve à l’arrière de l’imposant bâtiment principal du palais de justice de Bastia, en plein centre-ville. Elle était vide au moment de l’explosion mais abrite la journée les bureaux du tribunal des enfants et une petite salle d’audience du TGI.

L’attentat n’a été ni signé ni revendiqué. Il intervient quasiment un an après un attentat qui avait visé le 22 mai 2004 cette même annexe, un acte revendiqué le 10 juin 2004 par l’un des deux principaux mouvements indépendantistes clandestins corses, le FLNC dit "du 22 octobre".

De plus, ces derniers jours, les nationalistes multiplient les critiques très vives à l’égard de ce qu’ils appellent la "justice coloniale de l’Etat français".

Suivant
Imprimer l'article