Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Un autobus incendié et d’autres violences urbaines au Pays Basque espagnol
(Le 2 décembre 2007)

Un autobus incendié et d’autres violences urbaines au Pays Basque espagnol

02/12/2007-[12:36] - AFP

MADRID, 2 déc 2007 (AFP) - Un autobus a été incendié dans la nuit de samedi à dimanche au Pays Basque espagnol, où se sont déroulés plusieurs autres incidents de violence urbaine dite "kale borokka", ont annoncé les autorités locales.

Ces incidents sont intervenus à la suite du meurtre d’un garde civil espagnol samedi en France, attribué à l’ETA, et tandis que se poursuivent les arrestations de membres d’organisations indépendantistes basques qui pourraient être prochainement condamnés à de lourdes peines de prion. Trois hommes cagoulés ont intercepté samedi soir un autobus public dans la localité de Getxo (nord) et ont mis le feu au véhicule, à bord duquel il n’y avait pas de passagers, après en avoir fait descendre la conducteur, a fait savoir le ministère basque de l’intérieur. Des conteneurs ont été brûlés et des cocktails Molotov ont été jetés sur des distributeurs de billets de banque dans le localité de Billabona (nord), ont précisé les autorités locales. La "kale borroka" est attribuée à de jeunes indépendantistes basques radicaux, considérés comme étant proches de l’organisation séparatiste armée ETA. Par ailleurs, selon les médias espagnols, au total 41 membres d’organisations qui seraient liées à l’ETA avaient été arrêtés dimanche, à la suite d’un mandat d’arrêt émis vendredi par la justice espagnole. Ces personnes figurent parmi les accusés du plus grand procès organisé en Espagne visant la mouvance de l’ETA, entre novembre 2006 et mars dernier, et dans lequel le jugement doit être rendu au cours des prochains jours. Les prévenus pourraient encourir des peines de 11 à 21 ans de prison en tant que dirigeants d’organisations terroristes, selon le quotidien El Pais.

Suivant
Imprimer l'article