Retour au format normal


Bologne : communiqué de Fuoriluogo + Macerie

(7 avril 2011)

par

[ Après l’opération policière contre les compagnons de Bologne (voir ici), voici un texte de Fuoriluogo, un autre anonyme, et un dernier de macerie (Turin)]

Bologne : on ne peut pas arrêter la lutte ! Les terroristes sont ceux qui enferment et bombardent !

Après les perquisitions et les 6 incarcérations (5 à Bologne et 1 à Ferrara) de mercredi 6 avril, un groupe d’individus solidaires s’est rassemblé le matin-même devant le commissariat en attendant des nouvelles.

Ensuite, après une assemblée tenue du côté de la fac, une manifestation a traversé les rues du centre pour informer sur les événements du matin et relancer la mobilisation contre la guerre et la répression de l’Etat, partout où elles frappent.

Après un arrêt place Verdi où la circulation a été bloquée, le cortège a continué pour rejoindre en bus la prison Dozza. On a tenté d’atteindre le coeur des compagnons incarcérés avec des choeurs et des coups de mégaphone, pour répéter qu’on ne les laissera bien évidemment pas tous seuls.

La solidarité a été nombreuse et généreuse, et c’est d’autant plus nécessaire en ce moment parce que la répression ne concerne pas toujours les mêmes, mais s’étend à tous ceux qui pourraient potentiellement porter de l’instabilité contre ce système. La solidarité est une arme qui donne de la force pour ne pas reculer, elle atténue la peur et accroît le courage dans la lutte.

Pour décider des prochaines initiatives en vue de la manifestation de samedi 16 avril :
demain 7 avril à 16h il y aura une assemblée dans la salle C, à la faculté de sciences Po, Strada Maggiore 45

Liberté pour Anna, Martino, Nicu, Robert, Stefi et Strego !

LES FUORILUOGO

Traduit de l’italien de informa-azione, Mer, 06/04/2011 - 23:48


A propos des perquisitions et des incarcérations du 6 avril à Bologne

Mercredi 6 avril, dès l’aube, les habitations d’une soixantaine de compagnons de toute l’Italie ont été envahies et perquisitionnées par des agents de la Digos. 27 d’entre eux sont inculpés, dont 5 incarcérés sous l’accusation d’association de malfaiteurs.
Parmi les compagnons bolognais touchés par la répression, la plus grande partie est active depuis longtemps dans le centre de documentation anarchiste FUORILUOGO, ouvert à Bologne en 2006. FUORILUOGO a été perquisitionné, dévasté et mis sous scellés.

La semaine dernière déjà, les habitations de 8 compagnons de Bologne et Ferrara avaient été perquisitionnées, suite à quelques actions survenues les jours précédents, dont des attaques directes contre des structures de la domination comme ENI, IBM et la Ligue du Nord.
Immédiatement, la voix médiatique, laquais de l’appareil répressif, a voulu en parlant de terrorisme, circonscrire un climat général et diffus d’incandescence à une frange bien particulièrement : les anarchistes.

Dans une période de crises et de révoltes qui sont en train de toucher toute la Méditerranée, les patrons et les puissants n’ont rien à offrir et ne pas que frapper ceux qui, criant à voix haute, s’opposent réellement à un monde fait de guerres, d’exploitation, de hiérarchies, de prisons et de centres de réclusion.
Nous avons choisi de continuer à le faire sans nous laisser intimider.
Ils ne nous arrêteront pas en tentant de réduire notre envie de liberté à des stéréotypes construits à leur image et qui leur ressemblent, basés sur des hiérarchies et des organisations rigides.

Au côté des compagnons arrêtés, aujourd’hui plus que jamais. Parce que la solidarité est une arme.

Nous relançons pour cela la manifestation de samedi 16 avril (rassemblement à 15h piazza XX settembre) contre ceux qui exploitent, bombardent et répriment, aussi bien sur l’autre rive de la Méditerranée qu’à l’intérieur de nos villes.
Du côté de ceux qui ne se laissent pas écraser, mais s’insurgent contre ceux qui voudraient les rendre esclaves et exploités.

DU COTE DE CEUX QUI, ÉCRASÉS PAR UN CIEL DE PLOMB CHOISISSENT DE DÉCLENCHER LA TEMPÊTE.

Des anarchistes

Traduit de l’italien de informa-azione, Mer, 06/04/2011 - 23:22


Un rendez-vous à Bologne (à plus forte raison)

Cinq incarcérations, soixante perquisitions dans toute l’Italie (dont deux à Turin), sept contrôles judiciaires, un local de compagnons mis sous séquestre judiciaire. C’est le premier bilan d’une grosse opération répressive contre les compagnons du "Fuoriluogo" de Bologne. L’accusation est celle, que nous connaissons déjà, d’association de malfaiteurs [associazione a delinquere], et les faits spécifiques en cause sont une série d’initiatives et d’attaques contre les centres de rétention, la guerre, le nucléaire, et contre les entreprises qui s’enrichissent dessus -ou en sont directement les responsables (parmi elles l’Eni, mais aussi la Misericordia de Giovanardi et la banque Unicredit)- et aussi contre ceux qui diffusent à grands cris la guerre et la détention de masse (la Ligue du Nord).

Selon certaines agences de presse, au centre de cette "association criminelle", il y aurait également un "journal clandestin" : il s’agit de "Invece", dont nous avions publié ici plusieurs extraits. Les flics le cherchaient fiévreusement chez nous ce matin, mais vous pouvez le trouver tranquillement dans la plupart des distros du mouvement, ou bien en nous écrivant.

Nous vous donnerons plus d’infos dès que les traits précis de cette histoire seront plus clairs. Inutile de vous dire, pourtant, que la meilleure manière d’être avec nos compagnons bolognais qui se sont retrouvés pris dans cette histoire judiciaire, et qui ont pour le moment les mains liées, est d’utiliser les nôtres pour continuer la lutte. Les thèmes, au reste, appartiennent à tous, et les occasions ne manqueront pas un peu partout. Parmi elles, il y a aussi la manifestation que les incarcérés prévoyaient pour le 16 avril à Bologne.

Mise à jour 7 avril : il y a un sixième compagnon parmi les arrêtés de hier, qui est aussi en prison, mais à Ferrara. Il s’agit de Francesco, et uniquement pour lui, l’audience de validation de l’arrestation aura lieu demain. Les cinq autres sont à la taule bolognaise de la Dozza.
Pour la manif de samedi 16 avril, un bus partira de Turin. Pour s’inscrire, on peut réserver le plus rapidement possible en... voir le site de macerie

Traduit de l’italien de macerie @ Aprile 6, 2011



Référence : http://cettesemaine.info/article.php3_id_article=4072.html