" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Espagne : pour écrire aux compagnons anarchistes incarcérés
Article mis en ligne le 28 mai 2015
Imprimer

Cliquer sur fly ci-contre

Le texte à droite dit :
Nous ne pouvons comprendre, critiquer, et donc attaquer, la prison si nous la considérons comme une chose en soi, une entité isolée et détachée du reste du monde, de la société et de nous-mêmes. Si nous la voyons comme une forteresse, elle restera inexpugnable.