" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Scherpenheuvel/Keiberg/Schoonderbuken (Belgique) : contre la religion et la maxi-prison de Haren
Article mis en ligne le 20 juin 2014
Imprimer

Pendant la nuit de lundi 16 juin, de nombreux slogans contre la prison, contre la religion et contre toute oppression ont été peints sur trois bâtiments religieux dans le Brabant Flamand. La Basilique Notre-Dame à Scherpenheuvel, le plus important lieu de pèlerinage en Belgique, a été recouverte de slogans, ainsi que deux autres églises dans les villages de Keiberg et de Schoonderbuken. Selon la presse flamande, il s’agirait d’une action contre la construction de la nouvelle prison à Haren, complété par des slogans contre la religion.

Sur la photo ci-contre reprise de la presse, on peut lire "Moins de murs, plus de liberté" et "Les fondements de l’oppression sont l’église, le travail et la prison". La presse francophone rapportait des slogans tels que "Religion = esclavage" et "La seule église qui illumine, c’est celle qui brûle".

[La cavale, juin 2014]


Des slogans anti-religieux sur trois églises de Montaigu

Le Soir, mardi 17 juin 2014, 17h37

Des inconnus ont tagué des slogans anti-religieux sur trois églises de Montaigu (Brabant flamand) dans la nuit de lundi à mardi, notamment sur la basilique Notre-Dame, lieu de pélerinage dans le centre de la commune, a indiqué mardi la police. Les inconnus ont notamment écrit « Religie=slavernij » (Religion=esclavage, ndlr), « De enige kerk die verlicht is, is één die brandt » (la seule église qui éclaire, c’est celle qui brûle, ndlr) ou encore « De bouwstenen van de onderdrukking zijn kerk, werk en gevangenis » (les fondements de l’oppression sont l’Eglise, le travail et la prison, ndlr).