" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Valence (Drôme) : attaque des militaires de Vigipirate, tentative d’incendie du poste de police
Article mis en ligne le 9 juillet 2015
Imprimer

Les militaires de vigipirate et des policiers caillassés à Valence

France Bleu Drôme Ardèche, Jeudi 09 juillet 2015 à 10h45

Soirée de violence ce mercredi à Valence dans la Drôme. Les militaires de vigipirate et des policiers ont été caillassés dans le quartier de Fontbarlettes. Vers 23h30, une trentaine d’hommes, le visage caché par des foulards ou des cagoules ont tendu un vrai guet-apens aux forces de l’ordre.

La trentaine d’hommes encagoulés s’en sont d’abord pris aux chasseurs alpins qui faisaient leur patrouille de surveillance vigipirate autour de la mosquée, dans ce quartier des hauts de Valence. Une vitre de la voiture des militaires a été cassée. Ces jeunes ont aussi tenté d’incendier le poste de police du quartier et dressé une sorte de barricade rue Verdi avec du mobilier urbain, utilisant des plaques d’égouts poubelles.

Une dizaine de tirs de flashball

L’objectif des casseurs étaient d’empêcher les policiers d’entrer dans le quartier. Une voiture a aussi été incendiée rue Dunan et l’entreprise de sanitaire Richardson dégradée. Trois baies vitrées de 3 mètres de long ont été cassées.

Les policiers ont du répliquer avec une dizaine de tirs de flashball pour rétablir l’ordre à Fontbarlettes. Ces violences ont duré près de deux heures. Le calme est revenu vers une heure et demi du matin.