" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Fidenza (Parme, Italie) : sabotage incendiaire contre le TGV
Article mis en ligne le 30 juillet 2015
Imprimer

Des câbles brûlés dans les regards du TAV à Fidenza

Des câbles brûlés dans les rigoles le long de la ligne de train : il s’agit de la tentative de sabotage contre la ligne à grande vitesse Bologne-Milan qui s’est produite cette nuit à Castione Marchesi (entre Fidenza et Fontanellato ). Les faits se sont produits vers 4h et les dégâts ont été limités. Jusqu’à 8h les trains ont circulé sur une seule voie, puis la situation a été rétablie. La police des chemins-de-fer (Polfer) et la Digos sont intervenues sur place, tandis que c’est le parquet de Bologne, compétent en matière d’antiterrorisme, qui a été saisi.

Selon les déclarations de Rfi (Rete Ferroviaria Italiana), vers 4h du matin la nuit du 28 au 29 juillet, s’est déclenchée l’alarme automatique qui signale que quelque chose ne va pas sur les voies, et des contrôleurs ont immédiatement été envoyés. De fait, des inconnus avaient soulevé les plaques d’une rigole le long des voies en direction du sud (Bologne), puis avec des chiffons, du liquide inflammable et des allumettes tenté d’envoyer le système en tilt. Ce sont plusieurs câbles de transmission des données pour la gestion du trafic qui ont brûlé. Entre 4h et 8h15, "la circulation a donc continué sur le trajet concerné, mais d’un côté seulement de manière alternée, et avec des retards moyens de 10 minutes".

Le parquet de Bologne a ouvert une enquête pour "danger de désastre ferroviaire causé par des dégradations ou des dégradations suivies d’incendie". La presse rappelle le sabotage de décembre 2014 à Bologne qui avait bloqué le trafic national et évoque les anarchistes à propos de ce dernier sabotage anonyme.

[Synthèse traduite de l’italien de la Gazzetta di Parma, 29/07/2015 - 10:13]