" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Melun (Seine et Marne) : quand on dit "chaque âge saccage sa cage"... [mis à jour]
Article mis en ligne le 2 août 2015
Imprimer

Melun : des enfants de 5 à 13 ans saccagent l’école maternelle

Le Parisien | 02 Août 2015, 14h48

Meubles renversés, vitre brisée, peinture jetée au sol et sur les murs, étagères dépouillées, accessoires déchirés … L’école maternelle des Mézereaux a été littéralement saccagée samedi soir dans ce quartier de Melun réputé sensible, vers 19 heures. La mairie parle d’un paysage « apocalyptique », de « dégâts impressionnants ».

Mais, surtout, les auteurs présumés sont une vingtaine d’enfants, âgés de 13 ans en moyenne et dont le plus jeune a 5 ans ! L’un d’eux a brisé une vitre de l’école avec un extincteur, a ouvert la porte à ses petits camarades et la bande s’est alors engouffrée dans les locaux, s’en donnant à cœur joie pour tout saccager.

Les délinquants en culottes courtes ont vandalisé notamment la salle dédiée aux activités ludiques et motrices. Le voisinage, alerté par les bruits suspects, a prévenu la police qui s’est rendue immédiatement sur place. « J’ai vu deux policiers courir vers un groupe d’enfants qui s’étaient réfugiés dans la cour de mon immeuble, confie un riverain. Certains étaient vraiment très jeunes. »

L’âge du benjamin des enfants présents surprend aussi la commune : « Nous sommes stupéfaits par l’âge très bas de certains : 5 ans seulement, vous vous rendez compte ? », confie-t-on à la mairie de Melun. Elle a annoncé ce dimanche qu’elle porterait plainte dans la foulée. « Nous souhaitons que ces dégradations ne soient pas à la charge seule de la ville et voulons que les casseurs payent pour ce qu’ils ont commis. » Pour l’instant, le montant du préjudice n’a pas été estimé. « Je ne suis pas surpris de ce qu’il s’est passé, malheureusement », confie cet ancien professeur des écoles qui a enseigné près de vingt ans au groupe scolaire des Mézereaux, constatant la population difficile qui réside dans ce quartier.

« Quinze mineurs ont été identifiés et seront entendus la semaine prochaine avec leurs parents », confie une source judiciaire. Ces jeunes n’étaient pas connus de la police.

Coïncidence ou non, une intrusion avait déjà été tentée par cette même porte la semaine précédente. «  Ils avaient essayé de casser un carreau, en vain, précise la mairie. La vitre avait donc été sécurisée. Cette fois, elle n’a pas résisté à l’extincteur lancé contre elle. »

En attendant la suite de l’enquête, les services techniques ont un mois pour remettre en état les classes afin qu’elle soit prête pour la rentrée scolaire de septembre.


Melun : entre 10 000 € et 30 000 € de dégâts à l’école maternelle saccagée des Mézereaux

Le Parisien | 04 Août 2015, 20h08

« C’est aberrant cela fait des années que je travaille pour la ville et je n’ai jamais vu ça. Ils ont vraiment battu tous les records ! » Trois jours après le saccage de l’école maternelle des Mézereaux à Melun, cet employé de services techniques de la ville est atterré par la scène d’apocalypse dont il est témoin.

Venu changer les vitres brisées de l’école avec plusieurs collègues, il évolue tant bien que mal entre meubles et mobilier renversés, colle et peinture étalées sur les murs, bris de verre et de tasse et cahiers déchirés.

Samedi soir, une vingtaine d’enfants âgés de 5 ans à 13 ans ont été interpellés par la police après avoir vandalisé la salle de motricité, le hall, le couloir et les sanitaires de l’établissement où sont scolarisés un centaine d’enfants. Seules les salles de classe ont échappé à ce déchaînement de violence. Un acte qui a poussé la municipalité à porter plainte contre X ce lundi. Pour l’instant, les enfants impliqués sont encore entendus avec leurs parents au commissariat de Melun.

Les vandales ont visité la plupart des pièces de l’école

Impossible de chiffrer précisément le coût du nettoyage de l’école, qui sera confié à une société privée. « Les estimations varient entre 10 000 € et 30 000 €, car l’enlèvement de la colle sur le sol nécessitera peut-être un procédé spécial », confie Henri Mellier (LR), conseiller municipal en charge des affaires scolaires et périscolaires. Des travaux qui devraient durer entre trois et quatre jours et ne débuteront qu’en début de semaine prochaine. « Les vitres brisées par les jeunes vandales ont été changées pour éviter toute nouvelle intrusion.Ce mercredi, nous allons faire un tri pour voir ce qui peut être sauvé », confie une responsable.

Des parents d’élèves proposent de participer au nettoyage

Cet acte de vandalisme a suscité une vive émotion dans le quartier. « De nombreux parents d’élèves ont manifesté leur indignation et une dizaine d’entre eux nous a proposé de nous prêter main-forte pour les travaux de nettoyage », confirme cette responsable. « Nous attendons que l’enquête détermine les responsables des dégradations, s’il y a des meneurs et des suiveurs, pour savoir contre quels parents nous retourner pour obtenir réparation. Mais en aucun cas les contribuables ne paieront pour ces dégâts », assure Henri Mellier.