" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Belfort : nouvel incendie d’engin de chantier
Article mis en ligne le 18 août 2015
Imprimer

Belfort : après dix mois de pause, les feux d’engin de chantier recommencent ?

Est Républicain, 13/08/2015, 19:26

Dans la nuit de mercredi à jeudi, un engin de chantier a été détruit par un incendie volontaire. L’alerte a été donnée vers 2 h 10 par des locataires d’un immeuble voisin. Leur attention avait été attirée par une forte odeur de brûler. À ce moment-là, la cabine et le moteur étaient embrasés.

Selon les témoins, une ou plusieurs personnes auraient pénétré, en forçant des barrières, dans l’enclos de la base arrière d’un chantier d’adduction d’eau. La communauté d’agglomération d’eau profite de l’été pour remplacer des conduites d’eau du boulevard Kennedy, de la rue de Bruxelles et de la rue Saussot. Les travaux sont menés par l’entreprise Colas et des sous-traitants. Ainsi la pelle mécanique qui a brûlé, appartient à Jean-Michel Laemlin, un chef d’entreprise de Lachapelle-sous-Chaux. Depuis un mois et demi qu’il collabore aux travaux, il avait pris des mesures exceptionnelles pour prévenir la destruction de son engin.

« Chaque soir », déclare-t-il dépité, « j’ai pris la peine de ramener ma pelle dans mon entreprise. Je la conduisais chaque matin sur le chantier. Coup de malchance mercredi. Mon porte-chars est tombé en panne. Je n’ai laissé ma pelle qu’une nuit sur le chantier des Résidences. Maintenant un engin de sept ans d’une valeur de 30.000 € est détruit. C’est à moi de trouver des solutions et d’effectuer des démarches. Ceux qui ont fait ça ‘en foutent. Quand je vois ça je dis vive la France. »

L’acte gratuit a ravivé la paranoïa des gérants d’entreprises du Bâtiment et des Travaux publics. Elle est née en 2013 après une première série d’incendies. Le phénomène s’était poursuivi jusqu’à l’automne 2014 jusqu’à l’interpellation d’un Belfortain dans une autre affaire. Après son incarcération le phénomène avait cessé. Mais il est officiellement trop tôt pour faire un lien avec ce que nous avions qualifié d’incendies à la pelle. De leur côté, les chefs d’entreprises craignaient que tout recommence.