" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Melilla (Maroc/Espagne) : 1er mai. Plus de 700 migrants attaquent la frontière aux cris de "Liberté"
Article mis en ligne le 2 mai 2014
Imprimer

140 migrants passent à Melilla, criant "liberté"

H24Info avec AFP 02/05/2014 | 11h15

Quelque 140 migrants d’Afrique sub-saharienne ont réussi jeudi à franchir la frontière de l’enclave espagnole de Melilia, tandis que les autorités marocaines ont annoncé avoir arrêté des centaines d’autres candidats au passage en force.

Tôt dans la matinée de jeudi (1er mai) une tentative menée par environ 500 personnes "a vu 140 immigrants d’origine sub-saharienne pénétrer le territoire national", selon un communiqué des autorités espagnoles de Melilia.

Selon la presse locale, certains sont restés bloqués plusieurs heures le long du triple grillage de 7 mètres de haut qui sépare à cet endroit le Maroc de l’enclave espagnole, et donc de l’Europe. Ils ont crié "liberté" avant d’être arrêtés par la police marocaine. Quelques heures plus tard, un groupe de 200 personnes a fait une nouvelle tentative qui n’a pas abouti.

Les autorités marocaines ont pour leur part évoqué une tentative en deux groupes menée dans la matinée par quelque 750 migrants en situation irrégulière. "Ces groupes n’ont pas obtempéré aux sommations d’usage et ont procédé à des jets de pierres occasionnant des blessures légères à deux éléments des forces de l’ordre", a précisé la province de Nador dans un communiqué repris par l’agence MAP.

Au total, 669 personnes ont été interpellées, et une vingtaine d’autres, blessées par les fils barbelés de la clôture, ont été conduites à l’hôpital de Nador, selon le communiqué. Du côté espagnol, les autorités de Melilia ont fait état de six migrants et trois policiers blessés, alors que certains ont jeté des vêtements en flammes sur les agents.

Le 18 mars, 500 clandestins avaient réussi à franchir la frontière de l’enclave espagnole, dans l’assaut le plus important depuis 2005, alors que la ville était soumise à des arrivées massives d’immigrants.

Selon les traités conclus avec les pays d’origine, une partie des migrants arrivant à Melilla sont rapatriés. Mais le centre d’accueil de l’enclave, prévu pour 480 personnes, en héberge actuellement 1.900, dont beaucoup sous tente.


Assaut de 600 migrants à la frontière entre le Maroc et Melilia

Tel Quel (Maroc), 01 Mai 2014

La frontière entre la Maroc et Melilia subit régulièrement des assauts de migrants. Ce matin, ils étaient plusieurs centaines à avoir tenté d’escalader le grillage pour rejoindre l’enclave espagnole.

Un groupe composé de 600 migrants a essayé de franchir la frontière séparant le Maroc de Melilila, jeudi 1er mai à l’aube. Seulement 145 d’entre eux ont réussi à entrer sur le territoire espagnol. Selon le quotidien espagnol El Pais, 140 clandestins se sont dirigés à pied vers le centre de détention temporaire tout en scandant " Boza, Boza " (victoire, victoire). Les 5 autres étaient blessés et ont été pris en charge par la Croix-rouge et les urgences.

Plus de 200 migrants livrés aux forces marocaines

Le premier assaut a eu lieu vers 6 heures. Ils étaient environ 400 migrants, divisés en au moins deux groupes à avoir tenté de franchir le grillage. Lors de cet assaut, plus de 200 personnes sont restées dans l’espace étroit séparant les deux barrières qui constituent la frontière. Tous ont été remis aux autorités marocaines par la Guardia civil. La pression exercée et le dispositif solide déployé par la Guardia civil dans la zone pour empêcher l’entrée des migrants ont forcé les migrants à descendre du grillage. L’un des migrants a mis le feu à des vêtements qu’il a jetés sur les agents. Selon le ministère de l’intérieur espagnol, 14 gardes ont été blessés.

Le dernier assaut a eu lieu à onze heures. Environ 200 autres personnes ont tenté de franchir la frontière, mais ont été repoussées par les forces de sécurité marocaines.

L’espace entre les deux grillages fait polémique

L’espace entre les deux clôtures est un sujet de litige entre le gouvernement, les ONG qui travaillent à la frontière et les médiateurs. Les autorités espagnoles livrent aux forces marocaines tous les migrants subsahariens qui se trouvent dans cet espace afin de les empêcher de passer la deuxième barrière. Mais les organisations humanitaires dénoncent ce phénomène. L’ONG, « Soledad Becerril », par exemple, considère que cet espace appartient à l’Espagne et qu’elle doit s’occuper des migrants qui y pénètrent en leur appliquant la loi sur les étrangers.

Le 25 avril dernier, le conseil de ministres espagnols avait approuvé la procédure d’urgence pour entreprendre des travaux sur les clôtures des frontières de Sebta et Melilla. Ce projet d’un montant de 2,1 millions d’euros, va permettre d’installer des filets « antitrepa » qui empêcheront les migrants de grimper sur le grillage.