" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Echirolles (Isère) : contre toutes les médiations
Article mis en ligne le 3 décembre 2015
Imprimer

Echirolles (Grenoble) : Des agents de médiation attaqués et braqués au Village 2

Dauphiné Libéré, 03/12/2015 à 07:57

Trois agents de médiation travaillant pour la SDH (Société dauphinoise de l’habitat) se souviendront probablement longtemps du premier jour de l’opération “présence tranquillité” : venus mardi soir dans le secteur de la rue Denis-Papin, au Village 2 d’Echirolles, pour entrer en contact avec les jeunes du quartier, ils ont été reçus à coups de projectiles par une bande d’une quinzaine d’agresseurs, l’un des assaillants les braquant même avec une arme de poing.

Lancée à l’échelle départementale par le bailleur social sur une quinzaine de quartiers sensibles, l’opération “présence tranquillité” a pour but de mettre fin au vandalisme et aux occupations des halls, en liaison avec les forces de l’ordre. Mais il semble que cette initiative soit interprétée par certains habitants comme un casus belli, une intrusion insupportable dans ce qu’ils considèrent comme leur territoire