" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Perpignan : lycées bloqués à la sauvage, et un prof-maton sous le portail !
Article mis en ligne le 17 mars 2016
Imprimer

Perpignan : débordement au lycée Maillol, un prof blessé par le portail, un jeune homme interpellé

lindependant, 15 mars à 08h33

Depuis 5 heures ce matin, l’entrée du lycée Picasso est entravée par, notamment, des containers poubelles , à l’initiative de quelques lycéens et jeunes adultes. Le collectif Les jeunes révoltés s’était constitué après la manifestation du 9 mars dernier contre le projet de loi El Khomri et s’est réuni en assemblée générale hier devant ce même lycée Picasso.

Conséquence de cette entrave, le bac blanc prévu ce mardi a failli être annulé. Une centaine d’élèves a tout de même pris place dans les salles d’examen.

Les jeunes révoltés se sont ensuite rendus au lycée Jean-Lurçat où ils sont arrivés vers 9 h 30. Là, ils ont bloqué l’accès à l’établissement empêchant les élèves de rentrer ou de sortir. La situation y était tendue.

Quelque 500 manifestants, encadrés par les forces de l’ordre (plusieurs véhicules), se sont ensuite dirigés vers le lycée Arago. L’avenue du lycée a été bloquée par la police.

En fin de matinée, le cortège s’est dirigé vers le lycée privé Bon Secours, avant de rejoindre peu avant midi le centre-ville, place Catalogne, puis le lycée Maillol.

Là, les manifestants s’en sont pris au portail de l’établissement qui a été renversé. Un enseignant qui se trouvait derrière le portail a été blessé aux jambes et à la main. Il a été conduit par les sapeurs-pompiers à l’hôpital de Perpignan.

Sous les huées des jeunes, la police municipale a arrêté un jeune garçon qui aurait lancé des petits cailloux ou des stylos. La voiture des forces de l’ordre a cependant pu partir. Une jeune fille a été blessée à l’oeil.

Peu avant 13 heures les manifestants se sont dispersés.


A Perpignan, une manifestation de lycéens contre le projet de loi Travail dérape

Figaro Etudiant, 16/03/2016 à 11:59

Des centaines de lycéens survoltés, venus de plusieurs établissements de la ville, ont défoncé le portail du lycée Aristide Maillol, blessant un enseignant.

Un mouvement de manifestation de lycéens a dégénéré, ce mardi 15 mars, dans la ville de Perpignan. Pour protester contre le projet de loi Travail, des élèves ont d’abord bloqué le lycée Picasso avant de faire le tour des autres établissements de la ville pour encourager leurs camarades à faire de même. Mais devant le lycée Aristide Maillol, le mouvement a dérapé lorsque les jeunes survoltés ont défoncé le portail d’entrée de l’établissement, blessant un enseignant qui se trouvait derrière. La police est alors intervenue, retenant les manifestants à l’extérieur de l’enceinte du lycée. Un lycéen a été interpellé.

Tout a débuté devant le lycée Picasso, bloqué pendant la nuit par des lycéens avec des poubelles et des palettes, comme le rapporte le site Francetv Info .Une manifestation spontanée contre le projet de loi Travail, et unique en France, alors que les organisations de jeunesse appellent à manifester ce jeudi 17 mars. La tenue ce mardi d’un bac blanc dans l’établissement n’était surement pas étrangère à cette mobilisation soudaine. Les lycéens ont ensuite fait le tour des établissements de la ville. Jusqu’au lycée Aristide Maillol, ou la manifestation a dégénérée.

L’enseignant souffre de plusieurs fractures

« On était en bout de course », raconte Jean-Marie Mercadal, proviseur du lycée. « On a été prévenu de l’arrivée du cortège et qu’une soixantaine de ces manifestants étaient agressifs. dans le cadre du plan vigipirate, les grilles étaient fermées, et la police présente sur place. Ils ont essayé de faire comme devant les autres lycées, de forcer le portail pour pouvoir entrer. Sauf que le notre a cédé sous la pression et malheureusement, un enseignant a chuté en essayant de se dégager du portail et s’est fracturer le pied et le coude ».

« Cet acte de violence a été très mal vécu par nos élèves, qui sont très émus car ce professeur est un des piliers de notre établissement, explique Jean-Marie Mercadal, qui précise que le lycée va porter plainte pour tentative d’intrusion, dégradation de bien public et vandalisme et le professeur en question également. A Perpignan, tout est revenu dans l’ordre ce mercredi matin.