" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Agen (Lot-et-Garonne) : "qu’y-a-t-il derrière ? Un rejet de l’institution ?"
Article mis en ligne le 27 décembre 2014
Imprimer

Agen : après le saccage de l’école Scaliger, la municipalité veut prendre des mesures

Sud Ouest, 27/12/2014 à 14h59

Ce samedi matin, c’est l’écoeurement et la colère qui dominent chez l’élue agenaise, Marie Esculpavit qui travaille sur les écoles aux côtés de l’adjointe Maïté François. Ecoeurement après le constat du saccage des deux réfectoires du groupe scolaire Scaliger, situés sur le boulevard éponyme, dans la nuit du 23 au 24 décembre.

"C’est un acte de pur vandalisme. Déjà, il y a trois semaines, des individus étaient entrés par effraction dans le bâtiment et avaient inondé de peinture les murs d’une salle de maternelle et d’une salle de classe élémentaire", souligne -t-elle. Rappelons que les réfectoires saccagés la veille de Noël avaient été entièrement refaits et le self des maternelles inauguré en novembre dernier. "Les vandales ont brisé les assiettes et les verres au sol, ont fait tomber le mobilier et ont arraché les faux-plafonds. Il va nous falloir tout nettoyer et bien évidemment tout remettre en état pour le 5 janvier, jour de la rentrée."

Eriger des murs ?

Le groupe Scaliger est actuellement en travaux. Et l’élue agenaise entend proposer à l’adjointe une mise en sécurité du bâtiment à cette occasion. "C’est malheureux d’en arriver là et s’il faut ériger des murs de 4 mètres de haut autour de nos écoles. Après, ces actes m’inquiètent : qu’y-a-t-il derrière ? Un rejet de l’institution ? A ce niveau-là, la jeunesse n’est plus une excuse. Il y a un mois, c’est aussi l’école Edouard Lacour qui avait été saccagée et celle de Paul Langevin visitée..."

A noter qu’une enquête est ouverte au commissariat d’Agen.