" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Italie : Contre la guerre, contre les frontières (bis)
Article mis en ligne le 30 avril 2016
Imprimer

Trento/Rovereto : on apprend des médias locaux que la nuit du 15 au 16 avril, deux stations service à Trento et une à Rovereto ont été sabotées par des mains anonymes : les tuyaux de quelques dizaines de pompes à essence ont été entaillés et un distributeur de billets frappé à coups de masse. Sur les vitrines et les rideaux de fer ont été laissés les tags "ENI [multinationale italienne de l’énergie et du pétrole] dégage de Libye, non aux guerres et aux frontières" et "Eni vit de la guerre".

Milan : 29 mars. "Pneus crevés et carrosserie ruinée pour 10 voitures ENJOY [voitures en auto-partage de type Autolib, propriété de ENI]. Saboter ENI, saboter la guerre".

(on peut trouver des actions précédentes dans d’autres villes ici)

[Traduit de l’italien de informa-azione ici et , Lun, 18/04/2016 – 20:45 & Ven, 29/04/2016 – 22:11]