" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Persan-Beaumont (Oise) : feux et chevrotine pour la 4e nuit d’émeute
Article mis en ligne le 23 juillet 2016
Imprimer

4e nuit d’émeute
Quatrième nuit de violences dans le Val d’Oise : six personnes en garde à vue

France Info, samedi 23 juillet 2016 10:55

De nouvelles échauffourées ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi dans le Val d’Oise, principalement à Beaumont-sur-Oise et Persan, mais aussi à Champagne-sur-Oise et Berne-sur-Oise. Les forces de l’ordre ont été prises pour cible, rapporte la préfecture du Val d’Oise à France Info.

Les cent cinquante policiers et gendarmes mobilisés ont essuyé cette nuit de nombreux tirs à la chevrotine. Quatre gendarmes ont été légèrement blessés, dix personnes ont été interpellés, six ont été placées en garde à vue.

On dénombre aussi plusieurs feux. Dix véhicules ont été incendiés, mais également une entreprise qui fabrique des palettes de bois à Persan. Le feu a pris à l’extérieur, des palettes et une quinzaine de bouteille de gaz ont brûlé, ce qui a provoqué des explosions. Les pompiers sont intervenus, a priori le feu n’a pas eu le temps de se propager à l’entreprise elle-même.

C’est la quatrième nuit de violences dans le Val d’Oise depuis la mort, mardi, d’un jeune homme de 24 ans, Adama Traoré, mort lors de son interpellation par les forces de l’ordre. Ce vendredi plusieurs milliers de personnes ont participé à une marche blanche à Beaumont-sur-Oise aux cris de "Justice pour Adama".

Le dispositif des forces de l’ordre dans le Val d’Oise devrait être renforcé pour la nuit de samedi à dimanche.


3e nuit d’émeute
Cinq interpellés au terme d’une troisième nuit de violence plus calme

La gazette valdoise, 22/07/2016 à 11:37

Deux pompes à essence, six véhicules et un local poubelles incendiés. Des incidents ont à nouveau éclaté au cours de la nuit de jeudi à vendredi à Beaumont-sur-Oise et Persan, qui a toutefois été plus calme que les précédentes.

Comme la veille, un important dispositif des forces de l’ordre avait été déployé dans les deux communes, avec 180 gendarmes et policiers qui ont dû faire face à 150 à 200 jeunes avec la volonté d’en découdre. Cinq individus ont été interpellés.

Vers 0h30, les pompiers ont été dépêchés à la station service d’Intermarché, à Beaumont-sur-Oise, où deux pompes avaient été incendiés. Le sinistre a rapidement été maîtrisé par les secours. La préfecture du Val-d’Oise a indiqué qu’au total six véhicules avaient été incendiés sur les communes de L’Isle-Adam, Champagne-sur-Oise, Bernes-sur-Oise et Beaumont-sur-Oise, ainsi que douze feux de déchets et de poubelles sur la voie publique.

Par ailleurs, un véhicule de la gendarmerie a également été touché par deux impacts de plomb, à Persan.

Cette troisième nuit de violences fait suite à la mort, mardi, d’Adama Traoré, 24 ans lors de son interpellation dans le quartier de Boyenval, à Beaumont-sur-Oise. L’autopsie, dont le résultat a été communiqué jeudi en fin d’après-midi, a conclut que le jeune hommes ouffrait d’une “infection très grave” et qu’il n’a pas subi de violences.
Une marche blanche, organisée par la famille, en la mémoire d’Adama se tiendra ce vendredi après-midi, à 17h, depuis le quartier de Boyenval jusqu’à la place du marché.


3e nuit d’émeute
Persan - Beaumont : récit d’une nuit d’émeutes

Le Parisien | 22 juillet 2016, 7h27

Beaumont-sur-Oise, nuit de mercredi à hier. Quelque 180 militaires et policiers ont été déployés, essentiellement près des quartiers sensibles de Boyenval et du Village, à Persan. Neuf personnes ont été interpellées, toutes originaires des deux communes. Trente-cinq feux ont été recensés, dont celui qui a endommagé un utilitaire de la police municipale de Persan.

« Vous n’avez rien à faire dehors ! Rentrez chez vous, fermez vos fenêtres », ordonnent policiers et gendarmes aux habitants de la cité Boyenval, sur les hauteurs de Beaumont-sur-Oise. La nuit tombe, mercredi, dans ce quartier marqué 24 heures plus tôt par le décès d’Adama Traoré, jeune habitant de cette petite cité mort lors d’une interpellation. Sur place, les jeunes crient à la bavure, et les insultes fusent. « Bande de fils de... On va vous n... », vocifèrent-ils, au loin. « Ils veulent en découdre. Ça va être chaud », glisse un militaire de la gendarmerie.

Il est 22 h 30. Installés à la brigade de Persan, les représentants de la préfecture évoquent une situation « tendue, mais maîtrisée » à l’aide de 180 militaires et fonctionnaires de police. Les points de friction sont connus : Boyenval, mais aussi la cité du Village à Persan. D’après la préfecture, « 200 individus » sont regroupés dehors dans les deux quartiers. C’est le double de la nuit précédente, où cinq gendarmes et un policier avaient été blessés par des plombs tirés au fusil de chasse.

Un jeu de chat et de la souris s’engage

A Beaumont, les forces de l’ordre se positionnent sur les diverses voies permettant d’accéder à la cité. La situation semble calme. Jusqu’à 23 h 55. « Des individus seraient en train de s’attaquer à un transformateur pour couper l’électricité dans le quartier. Il faut y aller ! » Deux colonnes se forment en direction d’un groupe, qui riposte à l’aide de mortiers et de cocktails Molotov. La situation s’envenime. A proximité, une habitante évoque des « caillassages » et des « incendies » de l’autre côté de l’Oise, à Persan. « C’est là-bas que ça pète le plus ! » assure-t-elle. Au même moment, un hélicoptère survole les deux communes.

A Boyenval, la situation se fige. Les jeunes ont disparu, obligeant les forces de l’ordre à reculer et redoubler de vigilance. « Attention, une dizaine d’individus sur la gauche ! Non, 15, 20... » Les militaires et les policiers avancent casqués, armés, parés de boucliers. Un jeu de chat et de la souris s’engage alors. « Ça joue à cache-cache. C’est toujours comme ça à Boyenval. C’est facile de se planquer avec la forêt », confie une jeune venue rendre visite à sa mère.

A 0 h 50, des cris résonnent. « Mairie de Beaumont ! Mairie de Beaumont ! » alertent les gendarmes qui partent en trombe vers l’hôtel de ville, où ils découvrent alors plusieurs voitures en train de s’embraser dans un nuage de fumée incandescent. « Reculez, ça pète de partout », crie une militaire. La vitre de la porte d’entrée de la mairie est fracturée. Mais sur place, les auteurs des dégradations sont introuvables.

Dans la cité, un groupe de jeunes est aperçu courant pour regagner les immeubles. Cinq minutes plus tard, quatre véhicules de la brigade anticriminalité (BAC) déboulent rue Danielle-Casanova. A l’angle du chemin des Mervignolles, où plusieurs suspects se cachent dans des buissons. « Tu vas sortir de là, calmement, les mains en l’air », ordonnent les policiers. Quatre personnes sont interpellées. Il est 2 h 30. « La situation est maîtrisée », estime la préfecture, qui se félicite alors de ne déplorer « aucun blessé », ni du côté des habitants ni des forces de l’ordre.


2e nuit d’émeute
Beaumont-sur-Oise. Incidents de la nuit : 15 véhicules incendiés, 35 feux de poubelles, 9 interpellés

La gazette du Val d’Oise, 21/07/2016 à 08:09

La préfecture du Val-d’Oise a dressé le bilan des incidents survenus au cours de la nuit de mercredi à jeudi à Persan et Beaumont-sur-Oise.

A 4h30 du matin, il était ainsi fait état de quinze feux de véhicules dont un véhicule de la police municipale de Bruyère-sur-Oise et un utilitaire de la police municipale de Persan. Le local garage de la police municipal a également été enflammé. Trente-cinq feux de voie publique (poubelles et déchets) ont également été recensés.

Par ailleurs, des vandales ont tenté d’incendier la mairie de Beaumont ainsi qu’une école maternelle de Beaumont.

Au total, les forces de l’ordre ont procédé à l’interpellation de neuf individus pour des faits d’attroupement armés, incendies volontaires et jets d’objets incendiaires sur les forces de l’ordre. Saisie de nombreux projectiles et engins incendiaires à Beaumont.

La préfecture a parlé d’une “situation tendue mais maîtrisée grâce a un dispositif robuste et réactif entre 22h et 4h30″. 180 policiers et gendarmes avaient été mobilisés.