" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) : le chantier du métro Grand Paris Express part en fumée
Article mis en ligne le 10 novembre 2016
Imprimer

Grand Paris : Incendie criminel sur un chantier de métro, 1 million de préjudice

AFP, 9.11.2016 à 14:40

Lundi soir, plusieurs individus ont pénétré dans le chantier après avoir forcé la clôture et mis en fuite le vigile avec une arme de poing…

Un incendie d’origine criminelle s’est déclaré dans la nuit de lundi à mardi sur un chantier du futur métro du Grand Paris Express à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), occasionnant un préjudice estimé à un million d’euros, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Les faits se sont produits vers 23h20 lundi sur le chantier d’une des futures gares de la ligne 16 du métro du Grand Paris Express, qui desservira à horizon 2023 dix villes de banlieues enclavées de l’est parisien.

Une arme de poing pour mettre en fuite le vigile

« Après avoir forcé les clôtures, plusieurs individus ont pénétré dans le chantier », a raconté une source policière. « Sous la menace d’une arme de poing, ils ont mis en fuite le vigile », a-t-elle ajouté.

« Un incendie s’est ensuite déclaré au niveau d’un préfabriqué utilisé par les ouvriers du chantier et s’est propagé à une grue », a poursuivi une source proche de l’enquête.

Cet acte « volontaire » est « vraisemblablement un acte d’intimidation lié aux travaux en cours », a souligné cette source.

Selon la source policière, des traces d’hydrocarbure ont été retrouvées sur place. Le commissariat d’Aulnay-sous-Bois est chargé de l’enquête.


Un million d’euros de dégâts pour le chantier du supermétro

Le Parisien | 09 novembre 2016, 7h00

Lundi soir, plusieurs hommes armés auraient menacé le gardien du site avant de mettre le feu aux équipements.

Le spectacle est impressionnant. Le préfabriqué qui servait de « base vie » aux ouvriers n’est plus que tôles brûlées et cendres. Plus loin, la cabine d’une grue est calcinée. C’est là, à Aulnay, près de la cité de l’Europe, que la gare du futur Grand Paris Express (sur la ligne 16) doit voir le jour dans sept ans. A peine démarré, le chantier a été la cible d’un incendie criminel dans la nuit de lundi à hier, dont les dégâts sont estimés à 1 M€.

Le mobile reste inconnu

L’alerte a été donnée vers 23 h 20, lundi soir. Le vigile aurait été mis en joue par plusieurs hommes armés. Il s’est enfui et le feu a été allumé à plusieurs endroits du chantier. Qui pouvait en vouloir au Grand Paris Express ? Les incendiaires connaissaient-ils seulement la nature de ces travaux, alors que rien ne l’indique depuis l’extérieur ?

L’entreprise en charge des travaux du puits d’essai n’a pas répondu à nos sollicitations. Des différentes sources interrogées, personne ne rapporte en tout cas de tensions antérieures en lien avec le chantier. Pas de tentative de racket connue, ni même d’intimidations. «  Les travaux ont commencé depuis deux mois, aucun problème n’a été rapporté », assure pour sa part Nadir Bentouta, directeur de la Société du Grand Paris (SGP) en Seine-Saint-Denis. Au vu de la gravité des faits, il s’est rendu sur place à la première heure hier.

Jamais un chantier de la SGP n’avait encore été visé par de tels actes de vandalisme. Une réunion de crise devait avoir lieu hier en toute fin de journée, pour évoquer notamment le renforcement de la sécurité. Le calendrier du chantier en dépend. « Je demande à la SGP de se donner les moyens de protéger ses sites. Un simple vigile, sans même un chien, ça ne suffit pas », insiste Bruno Beschizza, le maire (LR). La SGP en convient mais assure que la sécurité est aussi à la charge des entreprises qui réalisent les travaux. D’autres chantiers, plus anciens et sur le même secteur, n’ont jamais été attaqués de la sorte.


"Considéré comme le "chantier du siècle" dans la région parisienne, Grand Paris Express, soit 205 km de lignes, dont quatre nouvelles lignes de métro automatiques (nommées 15, 16, 17 et 18) doit se doter à terme de 72 nouvelles gares à travers l’Ile-de-France. Un chantier pharaonique dont le budget d’investissement est de 30 milliards d’euros."
(BFM, 09/11/2016 à 19h44)