" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Anvers (Belgique) : double évasion du centre de rétention de Merksplas
Article mis en ligne le 17 juin 2014
Imprimer

Des sans-papiers se sont enfuis du centre fermé de Merksplas

Belga, 17/06/14 - 00h43

Deux personnes en séjour illégal se sont enfuies lundi soir du centre fermé de Merksplas après avoir maîtrisé un membre du personnel, a annoncé VTM NIEUWS. L’information a été confirmée par le directrice du centre Lucie Thuwis.

Vers 19H15, les deux hommes ont attiré une employée dans des toilettes sous un faux prétexte. Ils l’ont alors maîtrisée et l’ont enfermée dans la pièce.

Ils ont ensuite utilisé les clés pour sortir de l’établissement, sont passés à travers un trou qui avait été coupé dans la clôture et ont pris la fuite à bord d’une voiture qui les attendait à l’extérieur. "L’opération avait été bien préparée, avec de l’aide extérieure, et elle n’a duré qu’une dizaine de minutes", a expliqué la directrice.

La police a fait appel à l’intervention d’un hélicoptère pour retrouver les deux fuyards mais les recherches n’ont pour l’instant rien donné. L’employé agressée a été légèrement blessée. Selon Mme Thuwis, c’est la troisième fois en 20 ans d’existence du centre qu’une fuite avec agression d’un membre du personnel a lieu.