" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Débarquement de drones policiers
Article mis en ligne le 7 octobre 2014
Imprimer

À Saint-Astier, Bernard Cazeneuve s’initie à l’usage des drones

France Bleu 07 octobre 2014 à 07h15

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve a visité le centre de formation des gendarmes de Saint-Astier (Dordgone). Après avoir assisté à plusieurs démonstrations il a pu lui-même apprécier l’utilité des drones dans les opérations de maintien de l’ordre public.

Arrivé vers 18h ce lundi, le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve a passé plus de 3 heures au Centre national d’entraînement de la gendarmerie de Saint-Astier. Venu pour féliciter les troupes pour leur engagement, le ministre a aussi souligné "l’excellence de l’école" qui accueille chaque année plus de 13.000 stagiaires venus de toute la France et même du monde entier.

Pour cette visite exceptionnelle, les gendarmes ont sorti le grand jeu avec deux démonstrations d’exercice de retour à l’ordre public. Le premier en plein jour et le second de nuit, avec gaz lacrymogènes, char blindé et hélicoptère. Le ministre a même eu droit à une balade en blindé, une première pour lui : "C’est impressionnant et sécurisant à la fois, c’est solide", a confié Bernard Cazeneuve.

Lors de ces exercices, un engin volant a survolé la zone des affrontements. Depuis plusieurs mois, le centre de Saint-Astier expérimente l’usage de drones dans le cadre du maintien de l’ordre public. Trois drones sont en test, ils peuvent voler jusqu’à 3.000 m et disposent de 30 minutes à 2 heures d’autonomie.

"Ce sont des outils qui peuvent permettre de bien mesurer ce qu’est la configuration d’un lieu et par conséquent propoprtionner les forces à la réalité du risque. Notre objectif c’est de pouvoir l’utiliser dans tous les contextes dans le respect des principaux généraux du droit et des règles qui régissent les libertés publiques", a expliqué Bernard Cazeneuve.

Avant de voir les drones débarquer au-dessus des têtes des manifestants il va donc falloir modifier nos textes de loi. Pour ce qui est des moyens, le ministre de l’Intérieur a rappelé que lors des trois prochaines années, 108 millions d’euros allaient être consacrés à l’équipement des policiers et des gendarmes en nouvelles technologies.