" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Les Mées (Alpes de Haute Provence) : demain y a pas école !
Article mis en ligne le 18 mai 2014
Imprimer

Les Mées : l’école maternelle totalement détruite par un incendie

Dauphiné Libéré, 17/05/2014 à 12:36

Hier soir, vers 1h50, un incendie s’est déclaré à l’école maternelle Paul-Langevin des Mées.

Il a ravagé les cinq classes de l’établissement et touché la salle polyvalente du village, mitoyenne de l’école. Une quarantaine de sapeurs-pompiers sont intervenus sur les lieux, lesquels ont réussi à circonscrire le feu à 3h30. Ce matin, ils étaient encore sur place pour le travail de déblaiement. L’origine du feu reste pour le moment inconnu. Une enquête a été ouverte et confiée à la communauté de brigade des Mées et à la cellule d’identification criminelle de Digne-les-Bains. Un expert incendie devrait également être désigné par le Parquet du chef-lieu des Alpes-de-Haute-Provence, afin de déterminer si l’incendie est d’origine criminelle ou non. « Aucune hypothèse n’est pour l’instant écartée », précise Maryse Bonzi, adjointe déléguée à la culture et à la vie scolaire des Mées.

L’élue, qui s’est rendue sur place, est encore émue : « C’est le désastre. Tout est parti en fumé, tout le travail des enfants pour la fête des mères et des pères… Il n’y a plus rien du tout. » Concernant l’avenir des 125 enfants scolarisés à Paul-Langevin, ils vont être accueillis ce lundi par une cellule psychologique, mise en place à la Maison de l’enfance.