" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Toulouse : faire la fête à l’école
Article mis en ligne le 30 avril 2014
Imprimer

La Faourette. Une école saccagée dans la nuit

La Dépêche, 30/04/2014 à 07:36

L’école Sylvain-Dauriac, dans le quartier de la Faourette à Toulouse, a été saccagée, dans la nuit de lundi à mardi. Elle pourra cependant rouvrir après les vacances. Une enquête est ouverte.

Un sol souillé, du matériel dégradé et le personnel catastrophé... hier matin, l’école élémentaire Sylvain-Dauriac, rue Paul-Lambert, en plein cœur du quartier de la Faourette à Toulouse, offrait un spectacle de désolation.

Dans la nuit de lundi à mardi, plusieurs personnes ont pénétré dans l’établissement par une fenêtre restée ouverte. Ils s’en sont donnés à cœur joie afin de dégrader l’école qui accueille 185 élèves. Sur le sol, les murs et les portes, le personnel a retrouvé des déversements de peintures. Des inscriptions ont été découvertes, à la fois contre les policiers mais aussi contre le quartier visé. Deux extincteurs ont été dégoupillés et du matériel, informatique a notamment été dégradé...

L’école Dauriac n’est pas la seule à avoir été victime de vandalisme ces derniers jours. Dimanche après-midi, une école de l’avenue Jules-Julien avait vu une dizaine de ses vitres brisées à l’aide de pierres et de jardinières. Dans les deux cas, la police a effectué des constatations et des enquêtes sont en cours.