" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Chili : série d’attaques anonymes contre des infrastructures policières
Article mis en ligne le 21 juillet 2014
Imprimer

Valparaiso : Un incendie consume les installations de la gendarmerie

A petit matin du 31 Mai 2014, un incendie a consumé la totalité des installations destinées à la réclusion nocturne dont dispose la Gendarmerie dans le CET (Centre d’Education et de Travail) de Valparaiso, situé au n° 281 de la rue Von Moltke.
Durant deux jours, les plus de 70 personnes en train de purger des peines de réclusion nocturne, ont pu dormir chez elles, loin du contrôle des matons.

(Traduit de l’espagnol de publicacionrefractario, julio 15, 2014)


Chili : Attaque Explosive contre l’enceinte de la gendarmerie

A l’aube du 05 Juin, des inconnu-es ont placé un engin explosif composé, selon ce qui a filtré dans la presse, d’une charge de TNT.

Il a détruit les vitres et une partie de la porte blindée du Centre de Réinsertion pour Délinquants , situé à l’angle de l’Avenida Matta avec Manuel Antonio Tocornal, juste en face de l’École de Gendarmerie.

Suite à l’attaque contre l’enceinte des bourreaux, des personnels du GOPE, du Labocar et de l’OS-9 sont rapidement arrivés sur les lieux pour chercher indices et preuves, tandis qu’une équipe d’ Anti-émeutes lourdement armés surveillait le secteur.
L’attaque s’est produite 5 ans après la mort au combat du compagnon anarchiste Mauricio Morales le 22 Mai 2009 lorsqu’a explosé accidentellement l’engin explosif qu’il transportait aux abords de l’École de Gendarmerie. Elle a eu lieu aussi le jour après que la gendarmerie a harcelé la famille de Juan, Freddy et Marcelo, les accusant d’une supposée tentative d’évasion au cours du procès qui se tenait contre eux pour le braquage de deux banques et la mort d’un flic.

Ni tracts ni tags n’ont été trouvés sur la zone et jusqu’à présent personne n’a revendiqué l’attaque.

(Traduit de l’espagnol de talcahuanorebelde, junio 25, 2014)


Santiago, Chili : Attaque Incendiaire contre une coopérative de consommation de la police

Pendant la nuit du 30 Juin 2014, en plein centre de Santiago, au n° 245 de la rue Mac Iver, entre les rues huerfanos et Agustinas, des dispositifs incendiaires ont été posés à la Coopercarab -Coopérative de consommateurs des carabiniers.

Selon les déclarations de la police, une bouteille remplie de liquide inflammable a été activée grâce à un retardateur chimique et a occasionné des dégâts dans le secteur des cabines d’essayage au premier étage.

Des heures après la fermeture, à 21:00 h, l’engin a explosé et provoqué un début d’incendie. Celui-ci a été éteint par le garde du local qui s’y est cramé les mains.
Le GOPE est arrivé, détectant un deuxième engin incendiaire dans les cabines du vestiaire féminin. Il a été désactivé par la police et n’a donc pas pu faire brûler l’infrastructure des organismes répressifs.

La police n’aurait pas trouvé de tracts sur place et jusqu’à présent l’attaque n’a pas été revendiquée. Elle a eu lieu quelques jours avant que les tribunaux distribuent d’énormes peines contre les compagnons Juan, Freddy et Marcelo, accusés de diverses expropriations de banques et de la mort du keuf Moyano

(traduit de l’espagnol de talcahuanorebelde, julio 8, 2014)