" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Gênes : verdict du G8 de 2001 contre 4 compagnons... de 6 à 8 années de prison
Article mis en ligne le 17 novembre 2013
Imprimer

[Le verdict en première instance, en octobre 2009, est là : "Gênes/juillet 2001 : un siècle de prison distribué aux "black bloc" en cour d’appel". Le verdict de la cour de cassation, en juillet 2012, est là : " Rome : une centaine d’années de prison confirmée en cassation contre 10 émeutiers du contre-sommet de Gênes en juillet 2001".]


Gênes, 13 novembre 2013

Audience éclair aujourd’hui au tribunal de Gênes. A la barre, encore une fois quatre compagnons déjà condamnés pour "dévastation" et "pillage" suite au sommet du G8 de 2001, confirmé par la cour de cassation en juillet de l’année dernière.

La cour d’appel de Gênes devait uniquement se prononcer sur d’éventuelles circonstances atténuantes d’avoir "agi sous l’effet de la foule en tumulte". Un des compagnons en procès aujourd’hui, a été arrêté la semaine dernière dans le Trentin pour purger une peine de 5 ans de prison, après avoir été tenu pour responsable de l’incendie de la voiture de son employeur. Etant déjà en prison, il a décidé de se présenter à l’audience de Gênes. Escorté menotté dans la salle du tribunal, il a été accueilli chaleureusement par un bon groupe d’individus solidaires, qui sont restés jusqu’à la lecture du verdict.

Résultat : confirmation d’une condamnation à 8 ans de prison sans circonstance atténuante, une condamnation qui passe de 10 ans à 8 ans et deux autres réduites à 6 ans, avec circonstance atténuante. L’Etat a mis aujourd’hui sa pierre tombale sur les jours de révolte de ce juillet 2001 à Gênes. Nous pas. Nous continuons à brûler pour une vie libérée dans un monde libre.
Le feu de la révolte réchauffe nos coeurs, et la plus belle pensée que nous pouvons adresser aux compagnons condamnés est de faire que ce feu se répande encore et toujours plus.

Nous continuerons à nous battre, nous continuerons à lutter, et nous continuerons aussi à le faire pour tous ceux qui sont en train de payer très cher le prix de la Justice d’Etat.

A Ines, Marina, Alberto, Francesco, Vincenzo, Luca, Dario, Carlo,
aux compagnons en procès pour la révolte du 15 octobre 2011 à Rome,
va toute notre affection, notre solidarité et complicité
A Vincenzo [parti dans la nature] : que tu continues à courir, libre et sauvage !...

Adresse des compagnons incarcérés :

Marina Cugnaschi
c/o Seconda Casa Di Reclusione Di Milano - Bollate
Via Cristina Belgioioso 120 -20157 Milano (MI)

Alberto Funaro
c/o Casa Circondariale Capanne
Via Pievaiola 252 -06132 Perugia

Francesco Puglisi
Casa Circondariale di Roma Rebibbia
Nuovo Complesso in Via Raffaele Majetti, 70
00156 Roma

Luca Finotti
c/o casa circondariale di Trento - Via Beccaria, 13 -
Loc. Spini di Gardolo,
38014 Gardolo TN

[Traduit de l’italien de informa-azione, Gio, 14/11/2013 - 21:11]