" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Privas/Vernon (Ardèche/Eure) : quand on dit chaque âge...
Article mis en ligne le 14 mai 2015
Imprimer

PRIVAS Deux mineurs de 12 ans ont vandalisé une école

Le Dauphiné, 13/05/2015 à 18:00

Lundi 11 mai, au matin, le personnel de l’école Clotile-Habozit (Lancelot) de Privas avait retrouvé l’établissement vandalisé : pots de peinture renversés dans les salles de classe, ordinateurs à terre... Du matériel pédagogique avait aussi été dérobé.

Une enquête de voisinage, menée par les policiers du commissariat de Privas, a permis de découvrir les auteurs des actes de vandalisme et des vols : il s’agirait de deux mineurs de 12 ans, habitants du quartier. Ils ont déclaré avoir eu l’idée d’entrer dans l’école le samedi, et avoir mis leur plan à exécution le dimanche, "pour s’amuser". Ils seront convoqués devant le tribunal des enfants pour répondre de leurs actes.


À Vernon, dans l’Eure, des ados de 12 à 14 ans saccagent une école

Normandie-actu, 12/05/2015 à 20:01

Pendant les vacances scolaires, quatre adolescents âgés de 12 à 14 ans ont dégradé deux salles de classe de l’école Jeanne d’Arc à Vernon (Eure). Ils ont été interpellés.

Quatre adolescents, âgés de 12 à 14 ans, n’avaient visiblement rien de mieux à faire pendant les vacances scolaires. Jeudi 7 et samedi 9 mai 2015, ils se seraient introduits dans l’école privée catholique Jeanne d’Arc, à Vernon (Eure), et auraient saccagé deux salles de classe de CE1. Des armoires ont été brisées, des seaux de peinture renversés sur le sol, des prises électriques arrachées, des dessins obscènes tagués sur les murs… rien n’a été épargné.Ce sont les femmes de ménage qui ont fait cette triste découverte, lundi 11 mai 2015, une heure avant la rentrée des classes. « Un acte inqualifiable », estime la Ville de Vernon.

L’affaire a été confiée au commissariat de Vernon, qui a décidé de faire appel à la police technique et scientifique pour relever des indices. « Nos techniciens ont prélevé des échantillons ADN ainsi que des empreintes digitales pour déterminer le nombre de personnes présentes pendant le saccage, précise une source policière à Normandie-actu. Ils ont repéré trois traces de semelles dans la peinture déversée sur le sol. »

Peinture sur la semelle du garçon

Après l’audition d’un responsable de l’établissement, les policiers interrogeront un jeune garçon de l’école, qui aurait eu un différend avec l’équipe pédagogique de l’établissement avant les vacances. Les fonctionnaires remarqueront des traces de peinture sur la semelle de l’écolier en question. Celui-ci aurait alors admis être l’un des responsables de la dégradation. Et aurait donné le nom de trois complices qui auraient également reconnu les faits. Il s’agit de trois anciens élèves de l’école, dont l’un vit à Amiens (Somme).

Les quatre garçons seront convoqués devant le juge pour enfants d’Évreux. Leurs parents risquent de devoir rembourser les dégâts. En attendant, les élèves de CE1 de l’école Jeanne d’Arc seront privés de salles de classe pendant un moment.