Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Algérie : Une nuit mouvementée à Hay EL-Houria et à Chettia
(Le 30 avril 2008)

Une nuit mouvementée à Hay EL-Houria et à Chettia

Mercredi 30 Avril 2008

http://www.liberte-algerie.com/index.php

La localité de hay El-Houria à Chlef et de nombreux autres quartiers de la commune de Chettia, se trouvant à une vingtaine de kilomètres du chef-lieu de la wilaya, étaient durant toute la nuit de lundi à mardi en ébullition.

En effet, les émeutes qui se poursuivaient durant toute la journée du lundi entre policiers et manifestants, au niveau de ces localités, n’ont pris fin qu’à l’aube de la journée d’hier. C’est ainsi qu’à hay El-Houria, les manifestants ont entièrement saccagé le siège de Sonelgaz nord avant de l’incendier et d’accaparer l’ensemble du mobilier qui y existe.

Bureaux, sièges, fauteuils, micro-ordinateurs, appareils et autres documents ont été emportés par des jeunes émeutiers qui ont également détruit toute la clôture de l’établissement. “Cela s’est produit tard dans la nuit où des centaines d’émeutiers prirent d’assaut l’établissement avant d’y commettre des actes de vandalisme et de sabotage. Certains d’entre eux étaient encagoulés et armés de barres de fer et de sabres. C’était affreux avant l’arrivée des services de sécurité”, témoigne un voisin de l’établissement incendié. à Ouled-Mohamed, c’est un dépôt de médicaments qui a été attaqué par des assaillants qui ont tout pillé. Le local, qui faisait travailler des dizaines d’employés, a été entièrement vidé de son contenu. Même les médicaments ont été dérobés par la foule qui a incendié une partie de l’établissement. Quant aux quartiers de la ville de Chettia, ils ont été le théâtre de plusieurs échauffourées entre les services de sécurité et les manifestants. D’un côté, c’étaient les jets de pierre et de l’autre, les bombes lacrymogènes. “Nous avons passé une nuit horrible et cauchemardesque jusqu’à l’aube. La fumée des bombes lacrymogène envahissait l’ensemble de l’atmosphère y compris l’intérieur de nos domiciles. C’était désastreux”, diront de nombreux habitants de Chettia.

Suivant
Imprimer l'article