Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Paris : manifestation de solidarité au Palais de Justice, 47 vérif d’identité, 1 plainte
(Le 28 novembre 2008)

Sabotage SNCF : des manifestants expulsés

Leparisien.fr avec AFP, 28.11.2008, 15h20 | Mise à jour : 15h22

Une cinquantaine de manifestants, présents au palais de justice de Paris pour soutenir la demande de remise en liberté de quatre personnes soupçonnées d’avoir saboté des lignes SNCF, ont été expulsés vendredi après-midi par les gendarmes, a constaté un journaliste de l’AFP.

Ces militants étaient postés à proximité de la chambre de l’instruction de la cour d’appel qui examine vendredi la demande de remise en liberté de quatre des personnes mises en examen pour des délits qualifiés de « terroristes » par la justice.

Ils ont été expulsés hors du palais de Justice de Paris par des gendarmes et CRS, déployés en nombre dans le Palais, quand ils se sont mis à crier « Libérez les prisonniers ».

« Ce ne sont pas des terroristes »

« Nous sommes ici pour protester contre ces interpellations qui ont été effectués sans preuve, sans empreinte, sans ADN », a expliqué à la presse un de ces militants, Igor Robin.

« Dans la société actuelle, nous sommes conscients que nos amis ont peu de chance d’être remis en liberté mais nous continuerons le combat car ce ne sont pas des terroristes mais des étudiants », a-t-il ajouté.

Quatre personnes, dont Julien Coupat, soupçonné d’être le leader du groupe, ont déposé des demandes de remise en liberté, examinées vendredi à huis clos par la cour d’appel de Paris.

Elles ont été mises en examen le 14 novembre pour « destructions en réunion » et « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ».

Une cinquième personne, Yldune G., a déposé une demande de remise en liberté qui sera examinée mardi.

*************

Sabotages à la SNCF : manifestation au Palais de justice pour soutenir les membres de la cellule invisible

AP | 28.11.2008 | 15:37

Une quarantaine de personnes ont bruyamment manifesté vendredi à proximité de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris pour apporter leur soutien à quatre membres présumés d’un groupuscule anarcho-autonome, soupçonné d’actes de malveillance contre les lignes TGV de la SNCF, dont les demandes de remise en liberté étaient examinées dans l’après-midi.

Les 300 gendarmes et CRS présents au Palais de justice et à ses abords ont finalement évacué les manifestants qui scandaient "libérez les prisonniers".

La chambre de l’instruction examine l’appel formé par Julien Coupat et trois de ses proches contre leur incarcération suite à leurs mises en examen le 15 novembre pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" et "dégradations en réunion en relation avec une entreprise terroriste". Une cinquième demande de remise en liberté doit être examinée mardi.

Au total, neuf personnes ont été mises en examen dans ce dossier dont la qualification terroriste fait débat. Cinq ont été incarcérées car elles sont soupçonnées d’avoir participé à des actes de malveillance ayant visé la SNCF. Proches de la mouvance anarcho-autonome, ils sont soupçonnés d’avoir formé une cellule invisible.

Cinq actes de malveillance ont été commis entre le 26 octobre et le 8 novembre. Des fers à béton en forme de crochets ont été posés sur des caténaires en Moselle, dans l’Oise, l’Yonne, la Seine-et-Marne, entraînant des retards dans la circulation de plusieurs dizaines de trains.

*********

vendredi 28 novembre 2008 à 19h14

Plusieurs personnes qui étaient venues au palais de justice de paris en soutien aux emprisonnés de Tarnac qui passaient en appel contre leur mise en détention ont été interpellées cet après-midi.

Les personnes conduites au commissariat de Clignancourt ont été relachées par contre

un camarade, Gaël a été conduit au commissariat de la rue du Louvre et il est maintenu en garde à vue. un rassemblement est en cours devant le commissariat et un autre rassemblement aura lieu demain à partir de 13h devant le 40 rue du Louvre (M° les Halles ou Chatelet) Soyons nombreux pour réclamer sa libération et celle des autres camarades emprisonnés.

gael vient d’être libéré, rassemblement annulé donc

- merci de faire tourner pour pas que les gens se déplace pour rien , + d’informations sur une eventuelle convocation ultérieurement, le parquet ne s’est pour l’instant pas prononcé sur des suites judiciaires, mais il y a la plainte du gendarme maintenue

https://nantes.indymedia.org/article/15425

Suivant
Imprimer l'article