Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Paris : manif devant l’ambassade grecque et une voiture de keufs attaquée
(Le 12 décembre 2008)

Plusieurs centaines de personnes manifestent devant l’ambassade de Grèce à Paris

AP | 12.12.2008 | 19:40

Plusieurs centaines de personnes répondant à l’appel d’une trentaine de mouvement d’étudiants, de syndicats et d’organisations de gauche et d’extrême gauche ont manifesté vendredi soir à proximité de l’ambassade de Grèce dans le XVIe arrondissement de Paris, en solidarité avec "la jeunesse et la population grecque".

La manifestation s’est achevée sur des incidents qui ont opposé les forces de l’ordre et une centaine de jeunes.

Le rassemblement a commencé dans le calme vers 18h devant l’ambassade, en présence notamment d’Olivier Besancenot, porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire, ou encore de Jean-Baptiste Prévost, président de l’UNEF.

"On est là pour exprimer notre indignation après la réaction du gouvernement grec vis-à-vis de sa jeunesse. En France et dans le reste de l’Europe, la jeunesse est confrontée à des problèmes similaires. Le gouvernement serait bien inspiré d’entendre ce malaise et d’y apporter des réponses politiques", a déclaré Jean-Baptiste Prévost.

"Etat Grec assassin !", "Police partout, justice nulle part" ont scandé les manifestants, parmi lesquels des militants de la LCR, de Sud-Etudiants, et d’organisations anarchistes comme la CNT.

Vers 19h, une centaine de jeunes, certains masqués, se sont heurtés aux forces de l’ordre avenue d’Iéna, près de l’ambassade, dans une bousculade ponctuée de quelques coups de matraque et de bouclier. Après une demi-heure de face-à-face, les manifestants sont partis en courant dans les rues avant de déboucher en haut de l’avenue des Champs-elysées, qu’ils ont entrepris de descendre vers la place de la Concorde, au milieu de la circulation. Une voiture de police qui remontait l’avenue a été bloquée par une dizaine d’entre eux, qui en ont brisé les vitres à coups de pierres.

Vers 19h30, les CRS arrivés en nombre sur l’avenue des Champs-elysées, ont chargé les fauteurs de troubles, qui se sont éparpillés. Quelques interpellations ont eu lieu, a-t-on constaté sur place. AP

Suivant
Imprimer l'article