Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Genève : rassemblement sous le consulat de France
(Le 25 janvier 2009)

« La France s’acharne contre les inculpés de Tarnac »

JUSTICE | Quelque 70 participants sont venus soutenir la Genevoise suspectée d’être impliquée dans divers sabotages de TGV.

Tribune de Genève, 25.01.2009 | 23:45

Septante personnes grelottantes, deux thermos de café, une banderole et un bref discours sous le drapeau tricolore détrempé du consulat de France. Samedi cours des Bastions, une dizaine de policiers ont surveillé de près la manifestation de ­soutien aux neuf inculpés de Tarnac.

Le père de la comédienne genevoise, suspectée d’être impliquée dans divers sabotages de TGV commis en novembre, se dit scandalisé par « l’acharnement de l’Etat français » contre sa fille et ses camarades vivant en communauté dans un petit village de Corrèze : « Le pouvoir n’aime décidément pas lorsque certains adoptent un autre mode de vie moins consumériste », peste le Genevois en ­regardant ses chaussures trempées par la neige.

Autour de lui, des altermondialistes, comme Olivier de Marcellus, approuvent pendant que les policiers photographient les participants. Les forces de l’ordre craignent sans doute que cette réunion attire quelques « excités » frustrés par l’interdiction de la manifestation anti-Davos décidée mercredi dernier par le Conseil d’Etat. Mais le rassemblement est des plus calmes.

Bulletin de versement

Sans pour autant prendre la parole, les comédiens Gérard Mermet et Alain Monney, qui ont travaillé avec l’actrice genevoise dans la série Les Pique-Meurons, sont venus soutenir leur collègue : « Vous l’embrasserez bien quand vous la reverrez », disent-ils à son père. Ce dernier, qui a pu passer les fêtes de Noël avec elle, n’a pas souhaité commenter les accusations pesant elle. Tout comme son avocate Me Catherine Chirazi.

Le Genevois proteste néanmoins contre la « dérive sécuritaire et autoritaire ambiante » : « Récemment, des membres du comité belge de soutien à Tarnac ont été contrôlés sur la route. Ils ont passé 48 heures au poste sans aucun motif. » L’informaticien invite ensuite le public à signer la pétition de soutien aux inculpés sur Internet. A l’issue du rassemblement, il distribue quelques bulletins de versement. Pour qui ? « Les jeunes ont chacun un avocat et cela coûte vite très cher. » Peu avant 13 h 30, les participants plient bagage. Sous une pluie fine et froide. « Dites, demande un gendarme, la banderole devant le consulat vous ne la reprenez pas ? »

Rappel des faits

Un témoignage à charge remis en cause

- Le 11 novembre dernier, 150 policiers interpellent à Tarnac la jeune actrice, qui jouait dans la série TV Les Pique- Meurons, et son ami. Sept autres camarades sont mis en garde à vue 96 heures. Tous sont soupçonnés d’appartenir à un groupe anarcho autonome qui aurait saboté des lignes de train TGV en France.

- Le 15 novembre, la Genevoise de 27 ans est libérée. Inculpée « d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », elle risque dix ans de prison. Elle clame son innocence.

- Après quelques semaines, l’enquête piétine : les avocats de la défense en profitent pour évoquer un « dossier vide ». Les investigations s’orientent vers la piste d’un groupe allemand qui aurait revendiqué les sabotages : une commission rogatoire a été lancée.

- La semaine dernière, un des témoins qui charge Julien Coupat, le seul inculpé encore en prison, est remis en cause. La presse française révèle que ce dernier avait été récemment condamné par un tribunal de province pour dénonciations de délits imaginaires. S’agit-il d’un dénonciateur mythomane ?

Les investigations de la justice française se poursuivent.

Suivant
Imprimer l'article

Genève, 25 janvier 2009 : rassemblement sous le consulat de France pour les inculpés de tarnac