Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Limoges : manifestation de soutien aux inculpés de Tarnac, un peu de casse
(Le 11 mai 2009)

La Montagne, lundi 11 mai 2009 - 22:48

Limoges : "chaude" manifestation de soutien aux inculpés de Tarnac

Une voiture incendiée en partie, deux vitrines brisées. On n’est pas passé loin de l’affrontement ce soir, à Limoges, six mois après l’intervention policière à Tarnac en Corrèze

21h45 : les manifestants et les CRS sont à une cinquantaine de mètres les uns des autres, devant la maison d’arrêt de Limoges. Les policiers ne bougent pas, restent groupés en cordon étroit et observent, derrière leur casque, les feux d’artifice qui sont tirés.

Des fusées partent en leur direction, mais dans les airs. Rien de grave donc. Du moins devant la maison d’arrêt. Car plus tôt hier soir, la manifestation organisée pour les six mois de l’incarcération de Julien Coupat et de l’opération Taïga, menée à Tarnac en Corrèze, le 11 novembre a bien failli dégénérer. Ils n’étaient pas très nombreux, environ 200, et s’étaient réunis place de la République, se gardant bien de donner l’itinéraire du cortège aux policiers...

L’envie d’en découdre

« C’est une belle fête, nous avons mis un loup » déclarait l’un des manifestants. D’autres avaient mis des cagoules. Et ce sont ceux-là qui, aux alentours de 21h20, ont brisé la vitre arrière d’une voiture garée vers la place des Bancs avant de lâcher un fumigène à l’intérieur. « Y’a un connard qui a foutu le feu à une voiture place des Bancs. J’ai honte. Elle était en train de cramer. Le propriétaire était paniqué. Je l’ai aidé à l’éteindre. Vraiment, ce genre d’événement décrédibilise toute une manif » notait André Breton, 65 ans.

D’autres personnes cagoulés ont projeté à plusieurs reprises une poubelle sur la vitrine d’un magasin SCNF, rue Othon Péconnet et ont brisé la vitrine du Crédit Lyonnais un peu plus bas. Finalement, la manif s’est disloquée vers 22 heures, sans qu’aucun affrontement n’ait eu lieu entre les manifestants et les CRS. Ce n’est pourtant pas l’envie d’en découdre qui manquait...

Suivant
Imprimer l'article