Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Tlemcen (Algérie) : plus de 300 voitures brûlées suite à une course-poursuite avec les douaniers
(Le 24 mai 2010)

Troubles en Algérie : plus de 300 voitures brûlées

Le Parisien, 24.05.2010

La mort accidentelle d’un jeune homme en fuite, à Tlemcen, prés de la frontière marocaine, a déclenché des troubles au cours desquels plus de 300 voitures ont été incendiées, rapporte ce lundi la presse algérienne.

Selon le journal Al Watan, le chauffeur du véhicule, âgé de 19 ans, en provenance du Maroc, a refusé de se soumettre à un contrôle douanier et a été pris en chasse en milieu de soirée, samedi, près du village frontalier de Boukanoun, par des véhicules de la douane. Sa voiture a heurté de plein fouet un véhicule des douanes qui lui barrait le chemin. Son conducteur est mort sur le coup tandis qu’un douanier a été blessé dans cette collision. Il a dû être hospitalisé.

Après la course-poursuite mortelle, près d’un millier d’habitants de cette région, d’où est originaire la victime, ont attaqué dans la nuit de samedi à dimanche deux parcs automobiles de la douane, incendiant au total 317 voitures : 309 véhicules stationnés dans le parc des saisies, quatre des services de la douane et quatre voitures particulières. Dans la foulée, l’incendie s’est propagé au siège de la police des frontières, situé à proximité de celui de la douane. Un vingtaine de personnes, soupçonnées d’avoir pris part à ces incidents, ont été arrêtées par la gendarmerie.

La frontière algéro-marocaine est considérée, de part et d’autre, comme perméable au trafic de marchandises entre les deux pays, notamment de drogue, la zone ayant toujours été marquée par des incidents.

En novembre 2009, un trafiquant de drogue avait été tué et près de 90 kg de cannabis avaient été saisis dans la région de Tlemcen, lorsque le conducteur d’un véhicule transportant la drogue avait tenté de forcer un barrage des gardes-frontières.

*******

Une course-poursuite tourne au drame à Boukanoun (Tlemcen)

Avant-hier vers 20h30, Amine Boulouiz, un étudiant âgé de 19 ans, résidant dans la commune de Bab El Assa, à 100 km du chef-lieu de la wilaya de Tlemcen, a trouvé la mort après une course-poursuite engagée contre lui par les éléments de la douane de Boukanoun, sur la RN7A. Selon le groupement de la Gendarmerie nationale de Tlemcen, la victime, qui était à bord d’une Renault Express en provenance du territoire marocain, n’avait pas obtempéré à l’ordre de s’arrêter lancé à son endroit par les éléments de la brigade de lutte contre la contrebande. Ceux-ci se sont alors lancés à sa poursuite.

Alertés, leurs collègues ont dressé un barrage près du village de Bab El Assa. Et c’est là, selon la même source, que le jeune, qui roulait à vive allure, est entré en collision avec un véhicule douanier qui barrait la route. Le jeune Boulouiz décède sur le coup, tandis qu’un douanier a été blessé et évacué en urgence à l’hôpital de Maghnia. Selon des témoignages, les tuniques grises auraient embouti le véhicule du fuyard, causant sa mort.

Aussitôt la nouvelle répandue, un millier de jeunes en colère de Bab El Assa, selon des recoupements, se sont déplacés à Boukanoun, 3 km plus loin, pour s’en prendre aux deux parcs automobiles de la douane. Bilan : 309 véhicules stationnés dans le parc des saisies et quatre des services de la douane et quatre voitures particulières ont été complètement incendiés. Dans la foulée, l’incendie s’est propagé au siège de la police des frontières, situé à proximité de celui de la douane, qui prendra feu à son tour. Les jeunes en furie criaient à la vengeance et ont obstrué la route nationale, créant une panique générale dans le périmètre. Appelés en renfort, les éléments de la Gendarmerie nationale ont réussi à disperser les émeutiers et à maîtriser la situation vers les coups de minuit, mais la région est restée en alerte pendant de longues heures.

Une vingtaine de personnes ont été arrêtées jusqu’à hier par la gendarmerie qui poursuit ses recherches pour appréhender les auteurs des troubles. Cet incident tragique survient quelques semaines seulement après la mort par balle du jeune Benchour, tué par des gardes-frontières marocains alors qu’il roulait sur le tracé frontalier. Il y a deux ans, un autre jeune de Souani a été tué dans les mêmes conditions par des gardes-frontières algériens. Enfin, il y a quelques mois, du côté de Zouïa, dans la localité de Beni Boussaïd, un jeune a été également tué par balle par un soldat algérien, au niveau d’un poste avancé.

El Watan, 24 mai 2010.

Suivant
Imprimer l'article