Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Los Angeles : Nouvelle nuit d’émeutes après la mort d’un immigré guatémaltèque
(Le 9 septembre 2010)

Los Angeles : Nouvelle nuit d’émeutes après la mort d’un immigré guatémaltèque

Par RFI, 9 septembre 2010

La police anti-émeutes de Los Angeles a interpellé dans la nuit du 8 septembre 2010 vingt-deux personnes réunies à nouveau pour protester contre la mort, dimanche 5 septembre, d’un ouvrier guatémaltèque tué par la police. Selon les forces de l’ordre, l’individu portait un couteau et ignorait les sommations. Une version contestée par un manifestant.

Pour la troisième nuit consécutive, la foule a provoqué les forces de l’ordre et jeté des projectiles aux unités postées non loin du lieu de l’incident de dimanche dernier. Ce sont des scènes auxquelles la population n’est plus habituée dans les rues de Los Angeles, depuis l’affaire Rodney King, il y a dix-huit ans.

Mais la mort de Manuel Jamines a réveillé les tensions raciales et économiques. La police a patrouillé le quartier de West Leg toute la nuit, de peur de nouvelles échauffourées.

Cet immigrant guatémaltèque, âgé de 37 ans, a été tué par un policier alors qu’il brandissait un couteau en pleine rue. Le policier a été temporairement suspendu de ses fonctions. Les médias ont révélé qu’il avait déjà ouvert le feu et blessé deux personnes lors de précédentes arrestations.

Le chef de la police de Los Angeles a tenté d’apaiser les esprits en se rendant sur place. Il a été accueilli par des sifflets. Une enquête interne a été ouverte par la police pour déterminer s’il y a eu bavure. La chef de la police a promis qu’elle serait impartiale et juste.


Vives protestations à Los Angeles après la mort d’un immigrant

LEMONDE.FR avec AFP | 08.09.10 | 15h00

La mort d’un ouvrier guatémaltèque, tué dimanche 5 septembre par la police, a provoqué des troubles à Los Angeles. La police a interpellé vingt-deux manifestants et tiré à blanc pour disperser la foule au cours d’une seconde nuit d’émeutes, mardi soir. Personne n’a été blessé, mais une personne a reçu un jet de lance-pierre, selon la police.

Les protestataires arrêtés sont accusés de rassemblement illégal et refus de se disperser. Environ trois cents personnes avaient bloqué un carrefour plus tôt dans la soirée, et la police avait déclaré ce rassemblement illégal avant de charger.

Dimanche, la police avait tué Manuel Jamines, un ouvrier du bâtiment guatémaltèque de 37 ans, alors qu’il menaçait un passant avec une arme blanche et ignorait les sommations des officiers. Selon l’un des manifestants, Manuel Jamines était saoul mais pas dangereux. "Le gars ne parlait pas bien l’anglais, il traînait juste dans le coin, a-t-il déclaré. La police l’a couché au sol et l’a abattu."

Les protestations se sont intensifiées après que le chef de la police, Charlie Beck, a déclaré mardi qu’il soutenait les officiers impliqués dans cette mort. "Le suspect a porté le couteau au niveau de la tête et a avancé vers les officiers", a t-il déclaré pour expliquer que les policiers s’étaient défendus.

Les échauffourées entre la police et les communautés noires ou hispaniques réveillent toujours à Los Angeles la crainte d’une flambée de violence comparable aux émeutes de 1992, pendant lesquelles une cinquantaine de personnes avaient trouvé la mort, après l’acquittement de quatre policiers qui avaient passé à tabac un chauffeur de taxi noir.

Suivant
Imprimer l'article