Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Egypte : les manifestants défient à nouveau le couvre-feu
(Le 30 janvier 2011)

Egypte : les manifestants défient à nouveau le couvre-feu [dimanche 30 janvier]

Le Parisien, 30.01.2011, 17h24

Les Egyptiens manifestent ce dimanche pour la 6e journée consécutive contre le régime du président Hosni Moubarak. Ils étaient plusieurs milliers à défiler dans des rues abandonnées par la police, et en proie aux pillages. Cet après-midi, sur la place centrale du Caire, ils sont des centaines à défier à nouveau le couvre-feu tandis que des avions de chasse survolent la ville.

L’armée et les milices spontanément organisées par la population tentent de préserver l’ordre, alors que des milliers de repris de justice se seraient évadés de plusieurs établissements pénitenciaires du pays.

Hier samedi, des dizaines de milliers d’Egyptiens ont bravé le couvre-feu pour appeler à la chute d’Hosni Moubarak. Pour la première fois en 30 ans de « règne », le président a nommé un vice-président et changé de Premier ministre. La contestation, qui a déjà fait plus d’une centaine de morts et plusieurs milliers de blessés, a suscité de nombreuses réactions des diplomaties étrangères ce dimanche. La chaine Al-Jazeera, qui couvrait de près les évenements, a elle été interdite en Egypte par le pouvoir en place.

20h20. A la télévision d’Etat, le ministre sortant de l’Intérieur, Habib el-Adli, ordonne le retour de la police dans les rues de l’ensemble du pays. La police s’était retirée vendredi et de nombreux pillages ont eu lieu depuis.

20h10. La télévision d’Etat annonce que la durée du couvre-feu en vigueur dans au Caire, à Alexandrie et à Suez, va être prolongée d’une heure à partir de lundi : il débutera à 15 heures (14 heures en France) au lieu de 16 heures actuellement et se terminera à 8 heures (7 heures en France). Selon la télévision, la décision a été prise par le « gouverneur militaire », soit le président Hosni Moubarak.

19h45. Le Crédit Agricole évacue les familles de ses expatriés présents en Egypte. En revanche, la dizaine d’expatriés que comptent le groupe en Egypte « a souhaité rester sur place pour faire fonctionner la banque », précise le Crédit agricole.

19h30. Selon Al-Jazeera, la police patrouille à nouveau dans les rues du Caire.

19h20. Selon Al-Jazeera, les Frères musulmans estiment qu’El-Baradeï va négocier au nom de l’opposition.

19h05. Le groupe français Lafarge décide d’évacuer d’Egypte l’ensemble de ses expatriés et leurs familles, soit 200 personnes au total.

18h50. Interviewé sur France Inter, l’acteur égyptien Omar Sharif se dit « solidaire avec le peuple » égyptien et souhaite le départ du président Hosni Moubarak.

18h40. Le président égyptien de l’Assemblée nationale, Fathi Sorour, annonce que les résultats des législatives de novembre dernier, dénoncées comme irrégulières par l’opposition, seront « corrigés » en fonction de décisions de justice attendues prochainement. Le Parti national démocrate du président Hosni Moubarak avait raflé plus de 80% des sièges, alors que les Frères musulmans, première force d’opposition, et le parti Wafd, premier parti laïque, s’étaient retirés entre les deux tours en dénonçant des fraudes massives.

18h30. L’AFP rapporte que le trafic des marchandises de contrebande est nettement ralenti dans les tunnels creusés sous la frontière de l’Egypte et de la bande de Gaza, alors que le terminal de Rafah, traversé quotidiennement par 400 à 500 personnes, a été fermé ce matin. Les Gazaouis commencent à stocker des carburants par peur de pénurie et de longues files d’attente se forment devant les dépôts d’essence, selon des témoins.

18h05. Selon l’AFP, Mohamed el-Baradeï s’adresse aux milliers de manifestants de la place Tahrir grâce à un haut-parleur : « Je vous demande de patienter, le changement arrive », affirme-t-il, estimant que l’Egypte est « au début d’une nouvelle ère ».

18 heures. Al-Jazeera rapporte que l’opposant El-Baradeï, qui a rejoint les manifestants de la place Tahrir, a fait des déclarations. « Ce que nous avons commencé ne peut pas s’arrêter », a-t-il estimé, ajoutant que le changement devait venir de l’Egypte elle-même.

17h40. Les voyagistes français suspendent jusqu’au jeudi 3 février inclus tous les départs de vacanciers à destination de l’Egypte, annonce le président de l’Association des tour-opérateurs René-Marc Chikli.

17h20. Selon la chaîne Al-Jazeera, l’opposant au régime égyptien, Mohamed el-Baradeï, rentré en Egypte jeudi, a rejoint les manifestants de la place Tahrir, dans le centre-ville du Caire.

17h15. Des hordes de touristes, d’expatriés et d’Egyptiens angoissés, prennent d’assaut les guichets de départ de l’aéroport du Caire, cherchant à tout prix à quitter le pays.

16h55. Hormis la Grèce, les pays européens n’ont pas organisé le rapatriement de leurs ressortissants, mais ils déconseillent de s’y rendre. D’autres pays, comme la Libye, l’Inde, la Grèce, la Turquie, l’Irak, l’Azerbaïdjan et les Etats-Unis ont ou sont sur le point de dépêcher des avions pour rapatrier leur ressortissants. En revanche, les voyagistes français, belges et scandinaves ont suspendu des départs vers l’Egypte. Mais de nombreux touristes s’y trouvent encore : plusieurs dizaines de milliers de touristes français, 4 000 Belges, 15 000 Suédois, 2 500 Finlandais et 30 000 Britanniques, 25 000 Russes, 6 500 Ukrainiens, 6 500 Polonais...

16h30. L’opposant égyptien Mohamed el-Baradeï déclare sur CNN qu’Hosni Moubarak doit quitter le pouvoir « aujourd’hui » pour laisser place à un gouvernement d’unité nationale.

16h20. La Libye envoie quatre avions en Egypte pour assurer le rapatriement de ses ressortissants.

16 heures. Interrogé sur la chaîne américaine CBS, l’opposant égyptien Mohamed el-Baradei estime que les Etats-Unis perdent leur « crédibilité » en appelant à une démocratisation en Egypte et en continuant de soutenir le président Hosni Moubarak.

15h55. Selon l’envoyée spéciale du « Parisien », des centaines de manifestants continuent à affluer vers la place Tahrir, alors que quelques familles décident de quitter les lieux. Des avions de chasse survolent toujours la place à très basse altitude. Des témoins affirment même qu’ils peuvent voir l’intérieur du cockpit. « Les gens ne sont pas effrayés, ils sont persuadés que l’armée ne leur veut pas de mal. La plupart sont décidés à rester sur la place au moins jusqu’à la tombée de la nuit », raconte notre journaliste.

15h45. Citant la télévision égyptienne, Al-Jazeera indique que le couvre-feu est étendu à l’ensemble du pays, et non plus aux seules grandes villes.

15h10. Hillary Clinton estime que le président Hosni Moubarak n’a pas encore fait assez de pas vers la démocratisation de son pays et se prononce pour « une transition en bon ordre ». Pour la chef de la diplomatie américaine, « c’est à peine le début de ce qui doit se passer, un processus menant à des mesures concrètes pour aboutir aux réformes démocratiques et économiques que nous avons réclamées, et dont le président Moubarak lui-même a parlé dans son discours » vendredi.

15 heures. Le couvre-feu débute dans les grandes villes égyptiennes. Il durera jusqu’à 7 heures demain (8 heures en Egypte). Comme depuis deux jours, les milliers de manifestants qui défilent dans les rues ont décidé de le braver.

14h55. Des avions de chasse survolent le Caire à très basse altitude, constate l’envoyée spéciale du « Parisien », qui signale la présence d’hélicoptères au dessus de la place Tahrir, dans le centre-ville de la capitale. Des camions de l’armée sont également arrivés en renfort près de cette place où les manifestants se retrouvent depuis six jours.

14h50. Les Frères musulmans et d’autres mouvements d’opposition égyptiens chargent l’opposant Mohamed el-Baradei de « négocier » avec le régime du président Hosni Moubarak.

14h45. L’Irak annonce qu’il va organiser des vols spéciaux pour l’Egypte afin d’évacuer ses ressortissants.

14h40. L’armée ferme au public plusieurs lieux touristiques de la capitale. Des rondes de quartiers sont organisées au Caire par les habitants pour se protéger des pillards.

14h30. Des milliers de journalistes égyptiens ont signé une pétition demandant le départ d’Hosni Moubarak.

14h25. Des centaines de juges se sont joints aux manifestants dans le centre-ville du Caire, selon Al-Jazeera.

14h20. Le gouvernement américain recommande à ses ressortissants d’éviter de se rendre en Egypte en raison des troubles dans ce pays.

14h10. La secrétaire d’Etat Jeannette Bougrab, vraisemblablement recadrée par François Fillon, fait son mea culpa après avoir appelé au départ du président égyptien Hosni Moubarak. Convoquée dans la matinée à Matignon, Jeannette Bougrab a diffusé un communiqué rappelant « que la position de la France et de son gouvernement a été exprimée par le président de la République et le Premier ministre ».

14 heures. Les corps de 14 personnes ont été emmenés dans une mosquée proche d’une prison de l’est du Caire à la suite d’une émeute cette nuit, selon un journaliste de l’AFP. « Tous les détenus de la prison d’Abou Zaabel se sont évadés après l’émeute », ont indiqué des habitants du quartier où des tirs étaient encore entendus en début d’après-midi.

13h30. Les Frères musulmans, principale force d’opposition en Egypte, rejettent dans un communiqué les nominations politiques décidées la veille par le président Hosni Moubarak. Ils appellent également les opposants au régime à s’unir et demandent la dissolution du Parlement.

13h20. La Grèce annonce qu’elle va dépêcher des avions militaires en Egypte pour assurer le rapatriement de ses ressortissants.

13h15. Les Bourses de la plupart des pays arabes du Golfe, dont plusieurs firmes ont des intérêts en Egypte, ont plongent dans la foulée des tensions en Egypte. A la bourse de Dubaï, l’indice DFM clôture en baisse de 4,32% après avoir ouvert en recul de plus de 6%. Le géant immobilier, Emaar Properties, titre vedette de la bourse de Dubaï, perd à l’ouverture 10%, le seuil maximum autorisé par les régulations du marché. Il a fermé en recul de 8,26%.

13h10. Entre 3 000 et 5 000 personnes manifestent au Caire, selon Al-Jazeera.

13 heures. Le président égyptien Hosni Moubarak, dont des milliers de manifestants demandent le départ au Caire, visite un centre d’opération de l’armée, selon la télévision nationale.

12h50. Le voyagiste belge Jetair décide d’évacuer tous ses clients présents en Egypte. Les voyagistes britanniques ne prévoient pas, pour l’instant, d’évacuer leurs clients, ni de suspendre les départs vers le pays en crise, à la différence de tour-opérateurs belges ou français.

12h30. La retransmission d’Al-Jazeera est interrompue par le satellite Nilesat basé en Egypte.

12h20. Le mouvement Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, annonce la fermeture du terminal de Rafah, à la frontière avec l’Egypte, au motif que les fonctionnaires égyptiens ont quitté leurs postes à la suite des violences en Egypte.

12h15. Des tirs viennent d’être entendus place Tahrir, dans le centre-ville du Caire.

12 heures. L’armée a le contrôle du ministère de l’Intérieur, selon Al-Jazeera.

11h55. Un employé de l’ambassade d’Azerbaïdjan a été tué par balle samedi soir au Caire.

11h50. Nicolas Sarkozy assure depuis Addis Abeba, devant le sommet de l’Union africaine, que la France se tient « avec amitié et respect aux côtés des Tunisiens et des Egyptiens ». Il souligne aussi que la France préférait les « changements pacifiques » de régime.

11h40. 34 Frères musulmans incarcérés ont quitté leur prison abandonnée par ses gardiens, a appris l’AFP de source judiciaire. Par ailleurs, des dizaines de corps ont été trouvés gisant sur la chaussée près d’une prison au Caire, selon une source proche des services de sécurité.

11h30. Le bilan des émeutes en Egypte est désormais de 150 morts, selon Al-Jazeera. De nombreux manifestants convergent par ailleurs en direction de la place Tahrir au Caire pour ce qui s’annonce comme une nouvelle journée très tendue.

11h15. Les Etats-Unis se préparent à évacuer à partir de lundi leurs ressortissants d’Egypte, selon un communiqué de l’ambassade des Etats-Unis au Caire.

11h05. Al-Jazeera affirme que la décision des autorités égyptiennes d’interdire la chaîne satellitaire du Qatar pour sa couverture des manifestations vise à « faire taire le peuple égyptien ».

11 heures. Martine Aubry, la première secrétaire du PS, estime, à propos des événements en Egypte, que la France a été « trop longtemps silencieuse » et qu’il faut « condamner cette répression ».

10h50. Les départs de vacanciers français vers l’Egypte restent suspendus jusqu’à nouvel ordre, selon Georges Colson, président du Syndicat national des agences de voyage (Snav), qui précise que les retours se passent « sans incident ».

10h40. Le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, appelle Hosni Moubarak « à éviter le recours à la force contre des protestataires désarmés » et à permettre la liberté d’expression.

10h25. Le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon appelle « à la retenue, à la non violence et au respect des droits fondamentaux ».

10h15. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu affirme qu’Israël veut préserver la paix avec l’Egypte et la stabilité régionale.

9h50. Le ministre égyptien sortant de l’Information Anas el-Fekki ordonne l’interdiction de la chaîne satellitaire Al-Jazeera, qui a largement couvert les manifestations anti-gouvernementales

9h45. La Turquie annonce qu’elle va dépêcher deux avions en Egypte pour assurer le rapatriement de ses ressortissants.

9h15. Des mouvements de l’armée sont constatés dans la station balnéaire de Charm el-Cheikh.

9 heures. Sans la police, la population s’organise comme elle peut pour se protéger des pillages : les milices se multiplient, et l’armée encourage les jeunes à défendre leur propriétés et leur honneur, selon la chaîne Al-Jazeera.

8h50. Selon un témoin cité par Al-Jazeera, des tirs ont été échangés devant le ministère de l’Intérieur.

8h40. 500 touristes japonais sont coincés à l’aéroport du Caire en raison des manifestations dans le pays et de l’annulation des vols d’EgyptAir. Tokyo demande à l’Egypte d’aider à les rappatrier.

8h30. Plusieurs milliers de prisonniers se sont évadés de la prison de Wadi Natroun, au nord du Caire, après une émeute durant laquelle ils se sont emparés des armes de leurs gardiens, selon une source au sein des services de sécurité.


Egypte : les opposants au régime déterminés, Moubarak inflexible [samedi 29 janvier]

Parisien | Publié le 29.01.2011, 08h15 | Mise à jour : 30.01.2011, 01h14

Au lendemain du « vendredi de la colère » et après quatre jours de violentes manifestations antigouvernementales, la tension n’est pas retombée en Egypte. Malgré la promesse de réformes et l’annonce d’un nouveau gouvernement, des dizaines de milliers de manifestants continuent de demander le départ du président égyptien Hosni Moubarak.

Le bilan des heurts entre forces de l’ordre et protestataires ne cessent de s’alourdir, avec plus de 92 morts et des milliers de blessés depuis mardi. Les responsables occidentaux, Barack Obama en tête, multiplient les appels à la retenue en direction de Moubarak.

23 heures. Environ 2 000 manifestants se trouvaient toujours cette nuit dans le centre du Caire en dépit du couvre-feu, selon la chaîne de télévision Al Jazeera. L’armée aurait confié à de jeunes civils la sécurité des quartiers.

22 heures. Selon Al-Jazeera, le bilan des victimes atteint plus d’une centaine de morts depuis le début de la contestation en Egypte.

21h55. Citant les chaînes de la télévision égyptienne, Al-Jazeera indique que des « gangs » ont été arrêtés à Alexandrie. Des hommes auraient aussi été interpellés au Caire.

21h40. Al-Jazeera rapporte que des coups de feu ont retenti depuis le ministère de l’Intérieur, au Caire.

21h35. Selon Al-Jazeera, le siège du Parti national démocrate (PND) d’Hosni Moubarak, qui était en feu la nuit dernière, est de nouveau la proie des flammes. Le bâtiment est mitoyen du musée du Caire, qui renferme de milliers d’objets de l’antiquité égyptienne. Un incendie touche aussi un autre bâtiment tout proche, le National press club.

21h25. Au moins 92 personnes ont été tuées et des milliers blessées depuis le début de la contestation contre le régime Moubarak, dont 85 dans les violents heurts vendredi et samedi entre manifestants et policiers, selon des sources médicales. Ce samedi, 23 morts - douze à Béni Soueif, trois au Caire, trois à Rafah et cinq à Ismaïliya - ont été recensés au cours des affrontements, ont déclaré des sources hospitalières et de sécurité. Vendredi, les heurts ont fait 62 morts, dont 35 au Caire, d’après des informations obtenues auprès des hôpitaux. A ces 85 morts s’ajoutent sept autres personnes tuées lors des trois premiers jours de la contestation.

21h13. Le président américain Barack Obama a réuni son conseil à la sécurité nationale pour faire le point sur la situation en Egypte et exhorté à nouveau le pouvoir à mettre en oeuvre des réformes et à faire preuve de retenue envers les manifestants, a annoncé la Maison-Blanche. Un peu plus tôt, dans une déclaration conjointe, Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et David Cameron avaient appellé Hosni Moubarak à éviter « à tout prix » la violence.

20h55. Des sources au sein des services de sécurité indiquent que douze personnes ont été tuées samedi dans des accrochages entre manifestants et policiers à Béni Soueif, au sud du Caire.

20h35. Dans une déclaration conjointe, le président Nicolas Sarkozy, la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre britannique David Cameron appellent Hosni Moubarak à éviter « à tout prix » la violence. Ils l’encouragent également à « engager un processus de changement » face aux « revendications légitimes » de son peuple. « Le peuple égyptien (...) aspire à un avenir meilleur et plus juste. Nous appelons le président Moubarak à engager un processus de changement qui se traduise à travers un gouvernement à représentation élargie et des élections libres et justes », concluent-ils. Selon l’Elysée, le chef d’Etat français s’est entretenu dans la journée avec son homologue égyptien.

20h10. Selon la chaîne Al-Jazeera, des renforts militaires sont envoyés dans plusieurs zones de la capitale, alors que des milliers de manifestants continuent de réclamer le départ d’Hosni Moubarak et que des pillages ont lieu. Plus tôt dans la journée, l’armée a appelé la population à protéger ses biens.

20 heures. Un bilan fourni par des sources médicales fait état d’au moins 73 morts et de milliers de blessés depuis vendredi, dans des heurts entre manifestants et forces de l’ordre en Egypte. Au total, 80 personnes ont été tuées en cinq jours de contestation contre le président Hosni Moubarak.

19h05. Comme il l’a fait plus tôt ce samedi dans une déclaration à France 24, l’opposant Mohamed El-Baradei appelle le président Hosni Moubarak à partir sans délai pour le bien de l’Egypte. S’exprimant sur Al-Jazeera, il juge insuffisante la nomination d’un vice-président et d’un nouveau Premier ministre annoncée par le président égyptien, qui a limogé vendredi soir le gouvernement.

18h50. François Hollande considère, à propos des événements en Egypte, que « la France doit parler » et « rappeler » que la démocratie est une « valeur universelle ».

18h30. Selon l’envoyée spéciale du « Parisien », les hôtels du Caire, invoquant des raisons de sécurité, demandent à leurs clients d’éteindre les lumières et de fermer les rideaux.

18h19. Le centre-ville du Caire est livré aux pillards, selon l’envoyée spéciale du « Parisien ». « La situation est extrêmement chaotique, des pillards s’emparent de tout ce qu’ils trouvent un peu partout. On entend des détonations dans la ville, c’est très tendu », souligne-t-elle.

18 heures. Environ 700 personnes selon la police ont bruyamment manifesté cet après-midi devant l’ambassade d’Egypte à Paris pour réclamer l’instauration de la démocratie. « Moubarak dégage », scandait la foule, contenue par des gendarmes mobiles à moins d’une centaine de mètres du bâtiment, avenue d’Iena (XVIe arrondissement).

17h35. Des centaines de manifestants occupent la place Tahrir, dans le centre du Caire, déterminés à passer la nuit sur place en dépit du couvre-feu qui a débuté à 16 heures. Sur les images diffusées par la chaîne Al Jazeera, les protestaires sont assis alors que la nuit est tombée.

17h30. Israël a rapatrié les familles de ses diplomates en Egypte compte tenu de l’ampleur des manifestations dans ce pays, annonce le ministère israélien des Affaires étrangères. « Un avion spécial a ramené samedi en Israël les familles des diplomates et d’autres envoyés officiels ainsi qu’une quarantaine d’Israéliens qui séjournaient à titre privé au Caire et souhaitaient repartir », explique le porte-parole du ministère, Yigal Palmor.

17h05. Selon la chaîne Al-Jazeera, Ahmad Chafic, l’ancien ministre de l’Aviation, a été nommé Premier ministre. Il est chargé de former le nouveau gouvernement

16h50. Berlin appelle « les responsables en Egypte et les forces de sécurité » à renoncer à la violence contre « les manifestations pacifiques », selon un communiqué de son ministère des Affaires étrangères.

16h30. Les médias officiels rapportent que le chef du Renseignement, Omar Souleimane, prête serment en tant que vice-président. C’est le premier poste du genre depuis que le président Hosni Moubarak a pris le pouvoir en 1981. Le général Souleimane, né en 1934, joue un rôle politique important depuis plusieurs années. Il est responsable de dossiers délicats de politique étrangère, notamment celui du conflit israélo-palestinien.

16h15. La télévision d’Etat indique que le président Hosni Moubarak tient « une réunion politique importante » au siège de la présidence, au Caire.

16h10. Les secouristes confirment les trois décès annoncés plus tôt par Al-Jazeera. Par ailleurs, selon eux, plusieurs dizaines de personnes ont aussi été blessées lors de l’immense rassemblement qui s’est déployé dans le centre du Caire.

16h05. En France, le MoDem appelle le gouvernement de François Fillon à « prendre la mesure du réveil de la rue arabe » et à être, contrairement à la révolution tunisienne, « cette fois dans le camp de ceux qui se battent pour la démocratie » en Egypte.

16 heures. Selon l’envoyée spéciale du « Parisien », les manifestants n’ont pas l’intention de partir : « Ils comptent bien passer la nuit sur place. Au son de tambours, ils font le tour de la place Tahrir et continuent de scander le slogan qu’on entendait déjà en Tunisie : Le peuple veut la chute du Raïs (chef, NDLR). A chaque fois qu’un véhicule militaire passe, ils l’acclament. Ils sont persuadés que l’armée est du côté du peuple. »

15h50. Des jeunes Egyptiens forment une chaîne humaine autour du musée du Caire, qui abrite des trésors de l’antiquité.

15h40. Selon la chaîne Al-Jazeera, qui diffuse en direct des images de la « marée humaine » qui a envahi le centre du Caire, au moins trois manifestants qui tentaient de pénétrer dans le ministère de l’Intérieur ont été tués.

15h35. Le plus influent prêcheur du monde arabe, cheikh Youssef Al-Qardaoui, affirme que seul le départ du président Hosni Moubarak peut régler la crise en Egypte. Il appelle le peuple à poursuivre son « soulèvement » pacifiquement, dans une déclaration à la chaîne Al-Jazeera.

15h30. Un haut responsable du parti au pouvoir en Egypte, Ahmad Ezz, a démissionné du Parti national démocrate, annonce la télévision d’Etat. Il était largement perçu comme un pilier d’un régime corrompu. Sur la place centrale du Caire, une immense clameur s’est élevée à ce moment-là, selon notre envoyée spéciale, une rumeur donnant une nouvelle fois le président Moubarak démissionnaire.

15h25. Londres appelle Hosni Moubarak à « écouter de manière urgente les aspirations de la population égyptienne ».

15h15. Des milliers de personnes continuent à réclamer le départ de Moubarak, place Tahrir, dans le centre du Caire, témoigne l’envoyée spéciale du « Parisien ». « Les manifestants invitent l’armée à rejoindre leur mouvement. On entend de manière sporadique des tirs de balles en caoutchouc dans les coins alentours, mais sur la place, c’est une manifestation pacifiste, avec des familles, des enfants, des personnages âgées, des hommes en costume-cravate, d’autres plus démunis. » La place centrale de la capitale est recouverte d’une épaisse fumée en provenance du bâtiment du parti présidentiel qui continue à brûler depuis vendredi soir.

15h05. Le couvre-feu vient de débuter dans les grandes villes égyptiennes. Des dizaines de milliers de manifestants continuent de défiler dans les rues et demandent la chute du régime de Moubarak.

15 heures. L’armée appelle la population à se protéger face aux pilleurs.

14h50. Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a téléphoné à Hosni Moubarak pour exprimer sa « solidarité » et son espoir que l’Egypte surmonte la contestation sans précédent débutée mardi.

14h40. Des tirs fournis ont été entendus au Caire, du côté de la Banque Centrale et près d’une prison dans le sud de la ville, selon Al-Jazeera.

14h35. Des milliers de manifestants tentent d’attaquer le ministère de l’Intérieur au Caire, selon la chaîne Al-Jazeera citée par la radio France-Info. Ils sont en train de brûler les voitures de police à proximité de l’immeuble. Plusieurs cortèges se dirigent également vers l’immeuble de la télévision d’Etat.

14h30. « Il faut que les violences s’arrêtent », estime François Fillon. « C’est le peuple égyptien qui décide » déclare également le Premier ministre français.

14h05. Les échanges entre les soldats et les manifestants sont « amicaux » selon Al-Jazeera. La télévision d’Etat avertit que quiconque viole le couvre-feu est en danger.

14 heures. Au moins huit personnes ont été tués par balles dans une prison près de la capitale égyptienne.

13h55. 36 personnes seraient mortes ces derniers jours dans la seule ville d’Alexandrie.

13h45. L’Union africaine est « préoccupée » par les manifestations violentes et la situation politique en Egypte, déclare le président de la Commission de l’organisation continentale Jean-Ping, lors d’une conférence de presse à Addis Abeba.

13h40. La Bourse du Caire restera fermée dimanche, selon la télévision d’Etat.

13h30. Les Frères musulmans appellent à une passation pacifique du pouvoir.

13h20. Près de 70 responsables islamiques et syndicalistes participent à un rassemblement devant l’ambassade d’Egypte à Amman, en Jordanie, pour exprimer leur « soutien au peuple égyptien dans sa révolution contre le dictateur Moubarak ».

13 heures. « La situation est fébrile, souligne l’envoyée spéciale au Caire du « Parisien », Ava Djamshidi. Les militaires se sont déployés partout dans les rues. Les policiers ont déserté les rues. Et des cortèges de manifestants convergent vers le centre ville en scandant "Non à Hosni Moubarak". »

12h45. Le roi Abdallah d’Arabie saoudite téléphone au président égyptien Hosni Moubarak pour lui exprimer sa solidarité et dénoncer « les atteintes à la sécurité et la stabilité » de l’Egypte. Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a lui aussi appelé son voisin direct, selon l’agence officielle libyenne Jana, qui ne donne pas d’autre détail.

12h35. La durée du couvre-feu est prolongée, annonce la télévision d’Etat. Dans les grandes villes, il est désormais instauré de 16h à 8h du matin (de 15h à 7h, heure de Paris). Ce couvre-feu n’a pas été respecté dans la nuit de vendredi à samedi.

12h30. L’Union Européenne appelle à l’arrêt des violences et des effusions de sang, alors que 50 000 personnes défilent au Caire, au 5eme jour des manifestations contre le régime d’Hosni Moubarak.

12h25. L’armée sécurise le Musée égyptien du Caire, après que les manifestants ont mis le feu à des immeubles alentours.

12h20. Le bilan des émeutes est désormais d’« au moins 95 morts », annonce Al-Jazeera. Le ministère de la Santé fait état de 38 morts sur la seule journée de vendredi.

12 heures. Le siège de la Sûreté de l’Etat a été attaqué à Rafah, trois policiers auraient été tués.

11h35. Le Parti communiste français appelle Nicolas Sarkozy à « sortir de son silence complaisant et scandaleux » sur les manifestations en Egypte.

11h30. Les manifestations en Egypte ont fait au moins 1 030 blessés ces derniers jours. L’armée à enjoint la population à respecter le couvre-feu.

11h25. Le gouvernement égyptien démissionne.

11h20. La démission du gouvernement est imminente. Hosni Moubarak annoncera dans la foulée la personnalité du nouveau Premier ministre.

11h15. 30 cadavres, dont ceux de deux enfants, viennent d’être amenés dans un hôpital du Caire, annonce la radio France Info. Les manifestations de vendredi, pacifiques au départ, ont vraisemblablement dégénéré.

11h10.« L’Iransuit et observe attentivement les événements en Egypte, et attend des responsables du pays qu’ils écoutent la voix de la nation musulmane et qu’ils se soumettent à ses exigences légitimes », déclare le porte-parole de la diplomatie iranienn. Le Caire et Téhéran ont rompu leurs liens diplomatiques il y a trente ans.

10h55. Hosni Moubarak « doit partir », estime l’opposant et prix Nobel de la paix Mohamed el Baradeï sur France 24. « Je descendrai dans la rue aujourd’hui (samedi) avec mes collègues pour contribuer à apporter un changement (...) et pour dire au président Moubarak qu’il doit partir », ajoute-t-il.

10h25. Le mot « Egypte » est censuré sur plusieurs sites de micro-blogging en Chine, où le parti communiste au pouvoir se méfie des questions des réformes politiques, y compris à l’étranger.

10h20. Les manifestations récentes ont fait au moins 53 morts, affirme Al Jazeera. 15 personnes ont été tuées à Suez et 23 à Alexandrie, deuxième ville du pays.

10h15. Plusieurs témoins font part à l’AFP de heurts violents entre manifestants et policiers à Ismaïliya.

10h05. Un supermarché du géant français Carrefour a été pillé samedi à la périphérie du Caire, selon des témoins.

9h50. « Il est conseillé de différer tout voyage qui n’aurait pas un caractère d’urgence » vers l’Egypte, souligne la rubrique Conseils aux voyageurs du site du Quai d’Orsay.

9h20. Un « bon millier de manifestants » sont réunis place Tahrir, dans le centre du Caire, constate le photographe du « Parisien » présent sur place. « Il y a des chars de l’armée mais les militaires laissent les manifestants monter dessus, ce n’est pas hostile ».

9h15. Selon l’agence Reuters, des policiers ont tiré au Caire.

9h10. Une présence militaire importante est constatée à Suez par un journaliste de Reuters.

9h05. Un journaliste de l’AFP rapporte la présence de milliers de manifestants dans le centre-ville du Caire.

9h00. Les téléphones portables fonctionnent à nouveau, constate l’envoyée spéciale du « Parisien » au Caire. Les services de téléphonie mobile ont été partiellement rétablis, selon l’AFP.

8h50. « Il y a eu des détonations dans le centre ville, et le couvre-feu n’a pas du tout été respecté », constate l’envoyée spéciale du « Parisien » au Caire, Ava Djamshidi, ajoutant que ça « sentait » encore la fumée dehors.

7h30. « Il y a du verre partout...les carcasses de voitures de police brûlées ont été retirées » rapporte une journaliste d’Al Jazeera au Caire, ajoutant qu’il y a eu « des heures et des heures d’escarmouches dans les rues de la capitale » durant la nuit. Le siège du parti présidentiel est toujours en feu au petit matin.


« Jour de colère » meurtrier en Egypte : Moubarak limoge le gouvernement [vendredi 28 janvier]

Le Parisien, 28.01.2011, 07h26 | Mise à jour : 29.01.2011, 00h45

Après quatre jours de manifestations, le président Hosni Moubarak est sorti de son silence vendredi soir pour annoncer la formation, dès ce samedi, d’un nouveau gouvernement. Il a par ailleurs annoncé qu’il prendrait des mesures rapides pour lutter contre la misère et le chômage, et pour la démocratie. L’homme fort de l’Egypte résiste à la forte pression de la rue au soir d’une journée de manifestations et de violents affrontements entre protestataires et force de police qui auront fait au moins 20 morts, dont 13 à Suez, portant à 27 le nombre de victimes depuis mardi. Des centaines de blessés sont à déplorer.

Des centaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues du pays pour ce « jour de la colère », à l’appel du Mouvement du 6 avril. Le centre du Caire a été le théâtre de violents heurts. Des bâtiments public, des postes de police, le siège du parti présidentiel au Caire ont été incendiés.

Alors que le président a fait appel à l’armée en fin de journée et bien que le couvre-feu ait été décrété au Caire, à Alexandrie et à Suez, des milliers de personnes manifestaient toujours dans la soirée. On pouvait voir des soldats faisaient le « V » de la victoire et des policiers serraient la main de manifestants.

Retour sur une journée de très fortes tensions en Egypte.

0h30. Barack Obama et Hosni Moubarak ont discuté par téléphone pendant 30 minutes, indique un responsable américain sous couvert de l’anonymat. Le président américain s’apprête à faire une déclaration sur la situation en Egypte

23h40. Le président refuse de quitter le pouvoir et estime que les manifestations sont possibles « grâce aux libertés qui existent en Egypte ». Il annonce prendre « des mesures rapides pour combattre la pauvreté, le chômage et la corruption ».

23h36. Selon l’AFP, deux personnes auraient été tuées pendant les manifestation du jour dans la ville de Mansoura, dans le delta du Nil, selon des témoins. Ce qui porterait à 20 le nombre de victimes de ce vendredi « de la colère ».

23h35. Au terme d’une allocution d’une dizaine de minutes, le président Hosni Moubarak a indiqué avoir limogé le gouvernement et la formation d’un nouveau samedi matin. Il a par ailleurs annoncé de « nouvelles mesures » pour la démocratie.

23h20. Le président Hosni Moubarak s’adresse actuellement à la télévision égyptienne.

23h14. Hosni Moubarak devrait très vite s’adresser à son peuple à la télévision d’Etat, selon la chaîne, mais aussi Al Jazeera.

22h54. Selon Reuters, repris par le Jerusalem Post, des jets privés auraient quitté le sol égyptien avec à leurs bords des membres du gouvernement et des hommes d’affaires. Une information aussitôt démentie par la télévision d’Etat.

22h45. Le président de l’Assemblée du peuple, Fathi Srour, a déclaré qu’une « importante annonce » serait faite sous peu, rapporte la télévision égyptienne.

22h10. Al Jazeera annonçait qu’au moins onze personnes ont été tuées aujourd’hui à Suez, 150 blessées dont 20 seraient dans un état critique. Ce sont en fait 13 personnes qui ont trouvé la mort dans la ville portuaires, selon des sources médicales citées par Reuters, puis par l’AFP. L’agence Reuters annonce également plus d’un millier de blessés au Caire.

21h50. Selon Reuters, le Musée du Caire, où repose le trésor de Toutankhamon, est protégé par l’armée.

21h30. Le numéro un de l’armée égyptienne écourte un déplacement à Washington. Le chef d’état-major égyptien, Sami Anan, qui conduisait une délégation militaire pour des entretiens au Pentagone, est rentré en Egypte vendredi.

21h15. Selon la chaîne d’infos Al Jazeera, une chaîne humaine de civils s’est formée autour du Musée des antiquités du Caire pour empêcher les pillages.

21 heures. L’envoyée spéciale du Parisien au Caire confirme que le couvre-feu n’est pas respecté par les manifestants malgré la présence de l’armée. Ils sont encore des milliers à protester dans les rues de la capitale.

20h43. La France recommande aux tour-opérateurs de suspendre les départs de vacanciers prévus samedi pour l’Egypte. Dans l’après-midi, un vol d’Air France qui devait atterrir au Caire a été dérouté vers Beyrouth, au Liban.

20h27. Des soldats, stationnés à proximité de la télévision d’Etat, tentent de disperser des protestataires qui veulent prendre d’assaut le bâtiment abritant la chaîne, selon Reuters.

20h15. L’armée s’est déployée au Caire. Sur les images transmises par Al Jazeera, des tanks ont été salués par la foule. Les soldats ne semblent pas vouloir engager d’action contre les protestataires présents dans les rues, selon plusieurs médias. On indique également des mouvements de troupes en direction du Musée national, au Caire, du port et des raffineries, à Suez. En revanche, la police aurait quitté les lieux de l’affrontement.

20h12. Un bilan non officiel fait état de cinq morts et de 870 blessés dans la journée dans la capitale égyptienne, d’après des sources médicales.

20h09. L’Union européenne appelle à la libération immédiate des manifestants emprisonnés

20h05. L’agence officielle annule l’extension du couvre-feu.

19h58. Washington appelle les Américains à reporter les voyages en Egypte.

19h55. Al Jazeera diffuse des images de pillage du siège du parti présidentiel, au Caire.

19h47. Le gouvernement italien appelle à la « fin immédiate » des violences.

19h45. Des échanges de tirs « intenses » sont signalés dans le quartier des ministères, au Caire.

19h42. Michèle Alliot-Marie appelle l’Egypte « à la retenue et au dialogue ».

19h34. CNN et Al Jazeera montrent des images d’un convoi de tanks accueilli par une foule en liesse dans les rues du Caire. Certains éléments de l’armée se rangeraient ils aux côtés des manifestants.

19h13. Le correspondant de la BBC, Khaled Ezzelarab, indique que des hélicoptères de l’armée tournent dans le ciel du Caire.

18h 54. Les opérateurs téléphoniques ont été obligés de « suspendre leurs services », indique l’opérateur britannique Vodafone.

18h37. Le couvre-feu est étendu à tout le pays, annonce la télévision publique.

18h32. Inquiétudes quant à une probable propagation de l’incendie du siège du NDP, le parti de Moubarak, au Musée national du Caire où sont exposés plus de 160 000 objets, et notamment le trésor de Toutânkhamon.

18h28. Le Quai d’Orsay appelle les ressortissants français à limiter leurs déplacements en Egypte.

18 h 24. Les manifestants ont pris d’assaut le ministère des Affaires étrangères, annonce Al Jazeera.

18h20. L’armée fait mouvement dans les villes d’Alexandrie et de Suez. Au Caire, des feux font rage en différents endroits de la ville.

18h17. La chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton, appelle le gouvernement égyptien à « faire tout ce qui est en son pouvoir pour réfréner les forces de l’ordre » et dénonce le blocage « sans précédent » des communications dans le pays. Elle réclame par ailleurs « immédiatement » des « réformes économiques, politiques et sociales » de la part du gouvernement.

18h15. La chancelière allemande Angela Merkel appelle Moubarak à autoriser les « manifestations pacifiques ».

17h46. Selon la chaîne de télévision Al Jazeera, l’armée aurait ouvert le feu alors que des manifestants tentaient de monter sur des tanks.

17h42. Barack Obama s’est dit « très préoccupée » par les événements qui se déroulent en Egypte et a de nouveau appelé le Caire à respecter les droits des Egyptiens et à rétablir l’accès à internet et aux réseaux sociaux.

17h35. Comme la Suède un peu plus tôt, le Danemark déconseille à ses ressortissants tout voyage non nécessaire en Egypte, à l’exception des destinations touristiques sur les côtes de la mer Rouge.

17h25. Des manifestants mettent le feu au siège du Parti national démocrate au pouvoir au Caire. Le bâtiment, qui donne sur le Nil, est en flammes, selon des images retransmises en direct par la télévision.

17h18. Les manifestants ont des « raisons de mécontentement légitimes », estime le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, qui s’est dit très « inquiet quant aux images provenant d’Egypte », appelant « toutes les parties à la retenue ».

17h07. Selon CNN, le président Hosni Mubarak devrait s’exprimer dans la soirée, rompant le silence qu’il observe depuis le début des manifestations en Egypte mardi.

16h55.« La violence doit être évitée et les droits fondamentaux respectés », estiment les Etats-Unis qui jugent « profondément inquiétants » les événements qui se déroulent en Egypte.

16h49. Hosni Moubarak en appelle à l’armée. Le président égyptien a demandé aux forces armées de prêter main forte à la police pour faire respecter la sécurité et appliquer le couvre-feu décrété au Caire, à Alexandrie et Suez, a annoncé la télévision d’Etat. Selon un journaliste de l’AFP, un char de l’armée est stationné aux abords de l’immeuble de la télévision nationale.

16h43. La Haut Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme Navi Pillay a demandé la levée de l’état d’urgence en vigueur depuis près de 30 ans dans le pays. C’est attendu « depuis longtemps et est à l’origine d’une grande partie de la frustration et de la colère qui déborde actuellement dans les rues », a-t-elle déclaré.

16h37. Le couvre-feu est décrété au Caire, à Alexandrie et à Suez, selon la télévision d’Etat qui annonce l’arrivée de renforts au Caire.

16 h 34. Selon des témoins, les manifestants mettent le feu à deux commissariats au Caire où les affrontements se poursuivent dans les rues.

16h21. Des dizaines de personnes ont été blessées dans le centre-ville du Caire, près de la place de l’Opéra, selon un journaliste de l’AFP. Les ambulanciers évacuaient des manifestants blessés dans ce secteur du centre-ville en fin de journée alors que les rues de la capitale égyptienne ne désemplissaient pas.

16h16. Des journalistes de médias étrangers son pris à partie par la police au Caire. « Ils visaient les journalistes de manière délibérée », a témoigné le reporter de la BBC, Assad Sawey, sur les ondes de son média. « Ils ont pris ma caméra et quand ils m’ont arrêté, ils ont commencé à me frapper avec des matraques métalliques, puis des matraques électriques », continue-t-il, ajoutant que plusieurs journalistes étrangers couvrant la même manifestation dans le centre du Caire avaient été « chargés dans des camions et emmenés quelque part ».

16h10. Des manifestants ont mis le feu au siège du gouvernorat d’Alexandrie, dans le centre de la deuxième ville d’Egypte, selon un journaliste de l’AFP. Plusieurs manifestants ont forcé l’entrée de l’enceinte d’un commissariat d’un autre quartier du centre-ville.

15h55. Des témoins rapportent que des manifestants se sont emparés d’armes dans le poste de police du quartier d’Arbayine, à Suez, auquel ils venaient de mettre le feu. Huit voitures de police ont été brûlées.

15h39. Un mort annoncé à Suez. Selon des témoins, cités par l’AFP, un manifestant a été tué à Suez. Il s’agit d’un chauffeur de 30 ans qui a été tué d’une balle dans la tête alors que plusieurs milliers de manifestants tentaient de prendre d’assaut le commissariat de la ville. Ce nouveau décès porterait à 9 le nombre de victimes depuis le début des événements.

15h23. « Il y a beaucoup de monde dans les rues. C’est inouï, les gens veulent renverser Moubarak ! » explique au Parisien.fr le réceptionniste d’un hôtel situé dans le quartier populaire Tahrir (liberté), en plein coeur du Caire. « Il y a du monde partout, je les vois de ma fenêtre, la police charge avec des gaz lacrymogènes. Je les vois courir. Il y a beaucoup qui veulent entrer dans l’hôtel pour se mettre à l’abri », continue-t-il. « La situation devient dangereuse pour mon pays. La police charge. Elle charge encore avec des gaz. Ca me fait mal », lance-t-il avant de mettre fin à la conversation, craignant d’être arrêté par la police, omniprésente de le quartier selon lui.

15h10. « Nulle part au monde la sécurité n’est capable de mettre fin à la révolution », déclare Mostapha al-Fekki, le président de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée et membre du Parti national démocrate au pouvoir. Il appelle Hosni Moubarak à « des réformes sans précédent ». 14h55. Les quatre journalistes français interpelés au Caire par la police ont été libérés, selon l’AFP qui cite Philippe Gelie, un des rédacteurs en chef du Figaro. « Les policiers en civil les ont relâchés après plus d’une heure de discussions », précise-t-il. Les journalistes travaillent pour le Journal du Dimanche, Le Figaro, l’agence photo Sipa et Paris-Match.

14h20. Plusieurs sources évoquent la mort d’un manifestant, une femme d’âge moyen, place Tahrir, au Caire.

14h15. Selon son fils, Ayman Nour, chef du parti centriste, libéral et non-religieux d’opposition Hizb al-Ghad, aurait été blessé à la tête par un jet de pierre et se trouverait à l’hôpital.

14h07. A Suez, des manifestants auraient pénétré de force dans un commissariat et auraient libéré des personnes interpellées ces deux derniers jours lors de manifestations.

13h55. Selon des témoins et des journalistes d’Al Jazeera, il y aurait actuellement 40 000 manifestants à Mansoura.

13h40. Les images des télévisions à Suez montrent un cordon de policiers, peu nombreux, débordés sans difficulté par les manifestants.

13h35. Des manifestants se répandent sur le pont du 6 octobre, le nom donné à la route qui relie Le Caire à l’aéroport.

13h27. Ahmad Ali, journaliste à Al Masry Al Youm, grand journal d’opposition, estime à 100 000 le nombre de manifestants rassemblés dans les rues d’Alexandrie.

13h15. La police a brisé des caméras de CNN et d’une télévision allemande.

13h10. Le géant des télécommunications Vodafone assure sur son site internet que toutes les sociétés de téléphonie mobile présentes en Egypte ont reçu l’ordre de suspendre leurs services dans certaines zones du pays.

13 heures. Selon la BBC en arabe, le siège du NDP, le parti d’Hosni Moubarak, à Ismaïlia, a été saccagé. De nombreuses femmes âgées, ainsi que des ouvriers, ont pris part aux cortèges de protestation.

12h57. ElBaradei ne serait pas arrêté mais empêché de quitter la mosquée, selon Channel 4.

12h54. La foule se presse sur la grand route proche du siège du parti d’Hosni Moubarak, en scandant « la démocratie pour le peuple ».

12h50. Quatre journalistes français ont été arrêtés au Caire, selon le ministère Affaires étrangères. Ils travaillent pour le Journal du Dimanche, Le Figaro, l’agence photo Sipa et Paris-Match.

12h45. L’opposant ElBaradei serait aux mains de la police.

12h42. En Jordanie, à Amman, plus de 3 000 personnes défilent contre la vie chère et la politique économique du gouvernement. « O Egypte, déploie tes hommes et débarrasse-nous de Hosni Moubarak », crient les Jordaniens.

12h40. Des milliers de manifestants, selon des témoins cités par Reuters, convergent au centre du Caire, ainsi qu’à Suez, Mansoura et Sharqiya.

12h34. Al Jazeera rapporte que des manifestants s’approchent d’une résidence d’Hosni Moubarak.

12h20. La police utilise des gaz lacrymogènes et des balles caoutchoutées pour disperser une foule d’un millier de personnes à Alexandrie. Selon CNN, des jeunes manifestants ripostent en lançant des pierres.

12 heures. Une marche de protestation a commencé dans la ville de Kafr Al-Dawar, une cité industrielle à une poignée de kilomètres d’Alexandrie.

11h54. Des accrochages éclatent entre police et manifestants en présence d’ElBaradei, devant la mosquée al-Azhar du Caire.

11h50. L’opposant Mohamed ElBaradei, rentré jeudi soir en Egypte, participe à la prière hebdomadaire avec 2 000 personnes sur une place publique du centre du Caire.

11h30. L’ONU s’en mêle. La liberté d’expression doit être « totalement respectée » en Egypte, a demandé Ban Ki-Moon en marge du sommet économique de Davos (Suisse). Le secrétaire général de l’ONU a également invité les autorités politiques de la région à considérer cette situation comme une « opportunité à s’engager sur les moyens de répondre aux aspirations légitimes de leurs peuples ».

10h30. La police se déploie en masse dans la capitale, selon CNN.

10 heures. Sur Twitter, les messages se multiplient : les réseaux de téléphonie portable sont coupés, seuls les téléphones filaires fonctionnent.

8 heures. Les communications coupées. Le réseau internet est inaccessible, l’information est confirmée dans tous les grands hôtels cairotes contactés par l’AFP.

7 heures. Les réseaux sociaux et les SMS ne passent plus depuis minuit dans certains quartiers du Caire, la capitale. Les Egyptiens s’attendent à ce que les réseaux de téléphonie soient bientôt coupés, comme mardi lors des premières manifestations.

3h30. Les autorités se crispent. Une vingtaine de membres des Frères musulmans, première force d’opposition en Egypte, ont été arrêtés dans la nuit de jeudi à vendredi, dont cinq anciens députés. Un peu plus tôt, cette formation qui représente 5 millions de personnes avait appelé à participer aux manifestations de vendredi.

2h54. Human Right Watch dénonce l’usage disproportionné de la force. L’ONG indique par ailleurs avoir de « vraies préoccupations au sujet de possibles mauvais traitements » dont pourraient faire l’objet les personnes arrêtées dans le cadre des manifestations.

1h40. Un comité de solidarité avec la lutte du peuple égyptien appelle à se réunir ce soir, à 18h30, place de la Fontaine des Innocents, derrière les Halles, à Paris.

Vendredi, 0h07. « La violence n’est pas une solution aux problèmes de l’Egypte », assure Barack Obama. Le président américain s’est livré à un discours ménageant la chèvre et le chou, Moubarak et les réformateurs.

Jeudi, 23h50. Le ministère égyptien de l’Intérieur met en garde les manifestants qui comptent protester de nouveau vendredi. « Le ministère de l’Intérieur affirme que des mesures décisives seront prises pour faire face à de telles actions, en conformité avec la loi », indique un communiqué.

Suivant
Imprimer l'article