Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Tunis : la police disperse brutalement un rassemblement de jeunes
(Le 31 janvier 2011)

Tunis : la police disperse brutalement un rassemblement de jeunes

LEMONDE.FR avec AFP | 31.01.11 | 18h23

Alors que le calme était revenu depuis deux jours à Tunis, la police tunisienne a brutalement dispersé, lundi 31 janvier après-midi, à coups de matraque et de grenades lacrymogènes quelques dizaines de jeunes rassemblés dans le centre de la capitale, aux abords du ministère de l’intérieur.

Des journalistes ont vu des policiers pourchasser des jeunes et les frapper violemment à plusieurs reprises à l’aide de matraques, alors qu’ils étaient à terre. Plusieurs personnes ont été interpellées et traînées sans ménagement vers des fourgons de police. Dans la matinée, de petits groupes de manifestants s’étaient retrouvés sur l’avenue Habib-Bourguiba, la grande artère du centre de Tunis, pour exiger le départ de tous les fonctionnaires du ministère de l’intérieur issus de l’ancien parti au pouvoir, le RCD de l’ex-président Ben Ali, certains exigeant même la démission du ministre récemment nommé dans l’équipe de transition.

INTERVENTION DE LA POLICE ANTI-ÉMEUTE

Dans l’après-midi, quelques dizaines de jeunes étaient restés sur l’avenue alors que la plupart des manifestants avaient quitté les lieux. La police anti-émeute est intervenue pour disperser les derniers contestataires, alors que certains jeunes s’attaquaient aux vitrines de magasins. L’intervention de la police a duré moins de dix minutes, et le calme est immédiatement revenu dans le centre.

En dépit de quelques heurts sporadiques, la capitale ne connaît plus de violences depuis l’évacuation musclée de la place de la Kasbah vendredi soir, épicentre de la contestation contre le gouvernement de transition qui gère le pays depuis la chute de Zine El-Abidine Ben Ali le 14 janvier.

Suivant
Imprimer l'article