Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Algérie : Les émeutes s’installent à Akbou (Béjaïa)
(Le 16 février 2011)

Les émeutes s’installent à Akbou

Algérie.dz, mercredi 16 février 2011.

Les affrontements entre plusieurs dizaines de manifestants et les forces de l’ordre ont repris hier au milieu de l’après-midi à Akbou pour la quatrième journée.

Les émeutes s’installent à Akbou. Une foule nombreuse a assiégé le commissariat de la ville d’Akbou vers 15 h. Aux jets de pierres et autres cocktails Molotov des insurgés, les forces antiémeutes ont riposté par des tirs de gaz lacrymogènes pour disperser la foule. La veille, vers les coups de minuit, des notables de la ville d’Akbou sont intervenus pour réclamer la libération des détenus arrêtés au cours des violences ayant secoué la ville depuis samedi dernier. Cinq détenus - quatre mineurs et un adulte - ont été relâchés suite à l’intervention des sages de la localité, selon notre source qui précise que cinq autres personnes demeureraient toujours arrêtées par les policiers dans la journée d’hier mardi.

Pour rappel, dans la même journée de lundi, les forces de l’ordre sont intervenus pour déloger les squatteurs de quelques 500 logements nouvellement construits à Akbou. Il ne restait dans la journée d’hier mardi qu’une trentaine de logements indûment occupés, selon notre source. Un délai d’une heure a été signifié vers 17 h aux indus occupants de ces logements situés à proximité du commissariat par les autorités locales et les forces de l’ordre pour leur évacuation, a-t-on appris localement. Dans la matinée de mardi, un appel au calme a été lancé par les habitants du centre-ville d’Akbou au cours d’une réunion tenue par ces derniers au centre culturel d’Akbou. Les initiateurs de cet appel ont exhorté la société civile d’Akbou à s’impliquer pour tenter de ramener le calme dans leur ville. Une autre réunion s’est tenue au siège de la daïra d’Akbou pour arrêter la liste des bénéficiaires de 495 logements. Notre source parle de plus de 8 000 demandes qui ont été formulées par des citoyens de la région pour obtenir enfin un logement décent.


Akbou : la police chasse violemment les squatteurs de 495 logements

15/02/2011 - 20:54 par SIWEL - Agence kabyle d’information

AKBOU (SIWEL) - L’atmosphère demeurait très tendue même si le calme est revenu ce mardi matin dans la ville d’Akbou, après une nuit ponctuée de heurts entre les manifestants et les policiers.

Une tension exacerbée par des opérations musclées menées par des policiers procédant au délogement des squatteurs des 495 logements sociaux locatifs implantés sur le territoire de la commune d’Akbou.

L’opération de délogement des familles ayant occupé ces logements début janvier se poursuivait encore mardi matin. Des centaines de familles avaient été déjà délogées hier soir par des policiers au quartier « ’ex-caserne »’.

Un autre assaut a été opéré mardi matin par les forces de sécurité au niveau de deux sites, la cité GMS et celle du stade. Dans le sillage de cette opération, au moins trente émeutiers et cinquante policiers ont été blessés au cours des affrontements qui ont éclaté dans la nuit de lundi à mardi.

Les manifestants avaient également procédé à la fermeture à la circulation de la RN26A reliant Vgayet (Béjaïa ) à Tizi-Ouzou via le col de Chellata en début de soirée de lundi. Dans la matinée de mardi, un appel au calme a été lancé par les habitants du centre-ville d’Akbou à l’issue d’une réunion tenue par ces derniers au centre culturel d’Akbou. Les initiateurs de cet appel exhortent la société civile d’Akbou à s’impliquer pour canaliser la révolte des jeunes.

Une autre réunion s’est tenue au siège de la daïra d’Akbou dont le but était d’arrêter la liste des bénéficiaires de 495 logements. Selon une source proche du dossier, plus de 8 000 demandes ont été formulées par des citoyens de la région pour obtenir un logement décent.


Nouvelle journée d’émeutes à Akbou (Béjaïa)
Plusieurs dizaines de blessés et saccage de l’agence de l’emploi

TSA Algérie, 14/02/2011 à 18:48

Le calme n’est pas prêt de revenir dans la ville d’Akbou, à l’ouest de la wilaya de Béjaïa. Pour le troisième jour consécutif, des émeutes ont éclaté, lundi 14 février entre des manifestants et les éléments de la brigade antiémeute. Bilan : plusieurs dizaines de blessés, dont certains dans un état grave, et le saccage de plusieurs édifices publics notamment l’agence locale de l’emploi.

Selon des militants des droits de l’Homme, c’est une mesure prise par le chef de daïra d’Akbou qui est à l’origine de cette nouvelle journée d’émeutes. En effet, le chef de daïra a décidé de mobiliser la force publique afin de déloger les familles qui ont squatté au début du mois de janvier les quelque 495 logements sociaux de la ville. Comme il fallait s’y attendre, les squatteurs ne se sont pas laissé faire. Ils ont réagi avec force en lançant des pierres et autres projectiles obligeant les policiers à battre en retraite, donnant le coup d’envoi à de nouvelles émeutes violentes.

Les émeutiers des dernières 48 heures ont alors rejoint le terrain des affrontements. Les squatteurs n’ont pas été délogés et le bilan est lourd. Plusieurs sources parlent de dizaines de blessés -dont certains grièvement-, aussi bien parmi les manifestants que les policiers. A 18 heures, les émeutes se poursuivaient toujours à proximité du siège de la daïra.

Suivant
Imprimer l'article