Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Metlaoui, Kasserine (Tunisie) : incendies de comicos, expropriations des bureaux des douanes, des recettes des impôts
(Le 25 février 2011)

Actes de pillage et de vandalisme à Metlaoui

TAP, 25 février 2011

Une tentative de prise d’assaut, jeudi soir, du dépôt de la recette des finances de Metlaoui (Gouvernorat de Gafsa) par un groupe de jeunes, a fait un mort et un blessé.

Les forces de l’armée nationale présents sur place ont dû ouvrir le feu pour dissuader les assaillants.

Selon une source militaire à Gafsa, les soldats ont, tout d’abord effectué des tirs de sommation et lancé des avertissements au haut parleur mais le groupe de malfaiteurs munis d’armes blanches et de massues n’a pas renoncé à sa tentative de défoncer la porte d’accès au dépôt de tabac.

Les soldats ont donc tiré vers le sol. Une balle a retenti, tuant sur le coup un des malfaiteurs et blessant un autre au niveau de la cuisse.

Des témoins ont fait savoir que le groupe s’est rendu, ensuite, à l’hôpital régional de la ville et tenté de l’envahir par la force, provoquant une panique générale et l’affolement des employés de l’établissement dont certains ont été agressés.

M. Hassan Laâmouri, directeur de l’Hôpital a indiqué au bureau de la TAP à Gafsa, que ce groupe a détruit la façade de l’hôpital ainsi que les portes et les fenêtres avant de s’introduire dans le service des urgences et le bloc opératoire qui a pris en charge le jeune blessé.

Les malfaiteurs ont pillé des équipements et du matériel médical ainsi que des couvertures et des draps. Les habitants des quartiers voisins sont intervenus et sont parvenus à mettre fin à ces actes de vandalisme.

Les employés de l’hôpital, qui ont déjà vécu des scènes pareilles, ont observé, vendredi, un sit-in, revendiquant la protection de l’hôpital et la sécurité du personnel.

Ils ont, à cet égard, adressé des requêtes aux autorités concernées et au ministère de la santé publique pour renforcer la sécurité de l’établissement et soutenir les efforts déployés par l’armée nationale.

Le dépôt de la recette des finances de Metlaoui a été déjà pillé deux fois auparavant. La perte est estimée à 540 mille dinars, environ.


Des actes de vandalisme dans plusieurs services administratifs et de sécurité à Kasserine

TAP, 25 février 2011

La ville de Kasserine a été le théâtre, vendredi après-midi, d’actes de pillage et de de mise à feu commis par des groupes d’individus. Les forces de l’armée nationale sont intervenues par des tirs de sommation pour disperser les assaillants.

Ces actes ont ciblé, notamment, le district de la police le poste de police de la ville, le poste de police de circulation et la garde nationale ainsi que la recette des finances, la recette des douanes et la direction des domaines de l’État. Ces groupes d’individus qui ont d’abord, enflammé des pneus pour couper la route principale de la ville, ont attaqué le marché et plusieurs commerces au centre de Kasserine.

Ces agressions interviennent suite aux rumeurs qui ont circulé concernant le renoncement à des projets de santé qui étaient programmés dans la région, l’allocation d’importants investissements au profit du gouvernorat de Monastir et la programmation d’un Centre hospitalo-universitaire à Gafsa.


Troubles à Kasserine, des bâtiments publics incendiés

GlobalNet, 25 février 2011

Une récente manifestation à Kasserine. La ville de Kasserine, centre ouest de la Tunisie, a replongé de nouveau dans les troubles et l’instabilité.

Joint au téléphone par Gnet, un habitant de la région affirme que de nombreux bâtiments publics et administrations ont été incendiés dont le poste de police, le tribunal foncier, les recettes des finances, le bureau de la douane etc. « Les banques ont échappé au feu, car elles sont gardées par l’armée. Idem pour la société nationale Cellulose et Papier Alfa Kasserine qui est gardée par les blindés de l’armée, car, tout départ de feu en son sein aura des conséquences redoutables. »

Les manifestations ont commencé à partir de 13 heures ce vendredi, selon ce témoin oculaire, l’armée a tiré dans l’air pour disperser les manifestants, deux d’entre eux ont été blessés et ont été admis à l’hôpital. Selon notre interlocuteur, les auteurs de ces incendies seraient des ex-prisonniers. Quelque 2000 détenus ont fui la prison de Kasserine et n’y sont pas retournés.

La tension couve depuis ces derniers jours à Kasserie, et un lycée a été incendié hier à Tala, a-t-il indiqué. « La présence policière se fait rare, et des voitures de police ont été mises à feu ce vendredi. »

Suivant
Imprimer l'article