Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Egypte : Des bâtiments de la sécurité d’Etat pris d’assaut
(Le 6 mars 2011)

Des bâtiments de la sécurité d’Etat pris d’assaut en Egypte

Le Nouvel Observateur, 6 mars 2011

Des bâtiments de la sécurité d’État ont été pris d’assaut samedi en Égypte par des manifestants à la recherche de preuves d’abus commis par ce puissant appareil dépendant du ministère de l’Intérieur, dont des militants exigent la dissolution, ont indiqué des témoins.

Environ 2.500 manifestants ont fait irruption dans le bâtiment de la sécurité d’État à Nasr City au Caire « s’emparant de documents officiels avant que les responsables ne les brûlent ou les déchirent », a dit un responsable des services de sécurité.

À Cheikh Zayed, dans la banlieue du Caire, des centaines de manifestants ont tenté de pénétrer dans le siège local de la sécurité d’État. Des employés ont tiré des coups de feu en l’air avant que l’armée ne s’interpose pour empêcher que le bâtiment soit pris.

La dissolution de ces services, accusés par des organisations de défense des droits de l’Homme d’abus et de torture, est l’une des principales revendications des militants pro-démocratie.

L’un des manifestants a affirmé à l’AFP que le but était de s’emparer des dossiers de la sécurité d’État « de crainte que les preuves de violations ne soient détruites ». « On pouvait voir la police à l’intérieur en train de brûler des papiers », a-t-il dit.

« Les fenêtres étaient ouvertes et des papiers s’envolaient par les fenêtres », a ajouté un autre manifestant, joint par l’AFP par téléphone.

À Marsa Matrouh, ville située au nord-ouest du Caire sur la côte méditerranéenne, un groupe de manifestants a pu entrer dans le siège de la sécurité et s’emparer de documents, avant de mettre le feu au bâtiment d’où s’élevait une épaisse fumée noire, a rapporté un témoin à l’AFP.

Les manifestants se sont ensuite attablés à un café non loin de là pour éplucher les papiers récupérés, a-t-il ajouté.

À Zagazig, ville du Delta du Nil, des manifestants s’en sont également pris à des bureaux de la sécurité d’État, ainsi qu’à Fayoum, au sud du Caire, selon des responsables des services de sécurité.

Vendredi, des manifestants avaient été blessés par balle lors d’un rassemblement réclamant la dissolution de la sécurité d’État à Alexandrie, la grande ville du nord de l’Égypte.

L’armée, qui gère le pays depuis la démission sous la pression populaire du président Hosni Moubarak le 11 février, avait dû intervenir pour ramener le calme.

Selon un responsable des services de sécurité, près de 100.000 personnes travaillent à la sécurité d’État, sans compter les informateurs.

Vendredi, entourant le nouveau Premier ministre Essam Charaf, les manifestants de l’emblématique place Tahrir au Caire avaient scandé « Le peuple veut la fin de la sécurité d’État ».

« Je prie pour que l’Égypte soit un pays libre et que ses services de sécurité soient au service des citoyens », a répondu M. Charaf, nommé jeudi en remplacement d’Ahmad Chafic.

La colère contre les abus quotidiens et la torture par la police ont été l’un des éléments déclencheurs le 25 janvier des manifestations sans précédent contre le régime de M. Moubarak, qui était en poste depuis près de 30 ans.

Suivant
Imprimer l'article