Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Sidi Bouzid (Tunisie) : émeute, pillages et un mort
(Le 18 juillet 2011)

Tunisie : un mort et deux blessés graves dans des violences à Sidi Bouzid

AP, 18 juillet 2011

Un enfant a trouvé la mort et deux autres personnes au moins ont été grièvement blessées lors de troubles violents qui se sont produits dans la nuit de dimanche à lundi dans la ville de Sidi Bouzid, localité du centre-ouest tunisien d’où est partie l’étincelle du soulèvement populaire qui a fait chuter le régime de Ben Ali en janvier dernier, a rapporté lundi l’agence officielle TAP.

La victime âgée de 14 ans a été atteinte d’une « balle perdue » dans les affrontements entre forces de l’ordre et manifestants, a précisé l’agence qui se réfère aux explications du chef du district de la sécurité de Sidi Bouzid Samir Melliti. Ce dernier a indiqué que les forces de l’ordre avaient auparavant tenté en vain de disperser la foule des manifestants.

Selon la TAP, des manifestants s’étaient attaqués dimanche vers 22h00 locales aux unités de l’armée et de police avec des jets de cocktails Molotov et de pierres, en barrant la route et en mettant le feu à des pneus, ce qui a conduit les militaires à riposter en procédant à des tirs de sommation.

Neuf personnes ont été interpellées, quatre sur place et cinq lors d’opérations de ratissage, a ajouté l’agence qui ne donne aucune indication sur les mobiles des troubles.

Les actes de vandalisme et les affrontements se sont poursuivis jusqu’à l’aube du lundi. Des renforts militaires ont été acheminés sur les lieux tandis qu’un hélicoptère de l’armée sillonnait le ciel au-dessus de la ville.

La TAP fait état par ailleurs du vol de motos et de six voitures dans les dépôts municipal et du commissariat à l’agriculture et de dégâts occasionnés aux véhicules qui s’y trouvaient. Des documents officiels ont été en outre détruits. Les manifestants ont mis le feu dans l’artère principale de la ville à l’une des voitures volées et brisé les devantures de magasins.

Le calme semblait à revenir lundi matin à Sidi Bouzid, selon l’agence qui signale cependant une situation tendue dans la ville de Regueb, à une trentaine de kilomètres de Sidi Bouzid.

Les troubles de Sidi Bouzid surviennent dans la foulée d’une flambée de violence dans plusieurs villes du nord et du centre de la Tunisie.

Les actes de violence les plus graves ont eu lieu à Menzel-Bourguia, à 70 km au nord de Tunis où, selon le ministère de l’Intérieur, quatre membres des forces de l’ordre ont été grièvement blessés.

Dans un entretien à l’Associated Press, le porte-parole du ministère Mohamed Hichem Mouaddeb a accusé des islamistes extrémistes d’être à l’origine de ces troubles. Il a également mis en cause la chaîne publique Al Watania, l’accusant de mettre de l’huile sur le feu en diffusant des informations inexactes.

Suivant
Imprimer l'article