Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Baraki (Alger) : Emeutes pour le logement à la cité Diar El Baraka
(Le 11 janvier 2012)

Logement social, Violents affrontements à Alger

TSA, 11/01/2012 à 18:15

De violents affrontements ont opposé ce mercredi 11 janvier les forces de l’ordre aux habitants de la cité Baraka à Baraki, dans le sud d’Alger. Les manifestants protestaient contre la suspension par les autorités de l’opération de relogement, selon des témoins oculaires. Des dizaines de personnes ont bloqué la route reliant la commune de Baraki à celle Larabâa avec des pierres et des pneus brûlés, selon la même source.

Les affrontements ont commencé après l’intervention des forces de l’ordre pour débloquer la route. Alors que les manifestants utilisaient des pierres et des cocktails Molotov, les policiers ont usé de balles en caoutchouc pour disperser la foule. Les manifestants ont attaqué le siège de la sûreté de daïra, assurent des témoins sur place. Plusieurs arrestations auraient été effectuées, selon les habitants.


Baraki (Alger) : Emeutes Diar El Baraka

Le Temps, 11-01-2012

Les émeutes à cause du relogement sont de retour à Diar El Baraka à Baraki . Plusieurs personnes ont été blessées hier soir, suite aux jets de cocktails Molotov par les manifestants,. Les échauffourées entre les éléments de la police antiémeute et les habitants du quartier ont commencé dans l’après midi d’hier, et se sont terminés à une heure tardive.

"Nous avons renoué à crier notre colère et à barricader la route par des pneus brûlés et des jets de cocktails Molotov parce qu’on a le ras-le-bol d’attendre ".

Ces derniers ont ajouté que le recours aux manifestations devient pour eux, la seule alternative pour faire entendre leur voix face aux responsables. Les forces de l’ordre se sont installés sur les lieux pour étouffer cette manifestation.

Suivant
Imprimer l'article