Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Tunisie : La délégation de Gafsa Sud saccagée
(Le 15 février 2012)

Tunisie : La délégation de Gafsa Sud saccagée

TAP, 15/02/2012 15:17

Plusieurs groupes d’individus ont fait irruption, mercredi 15 février 2012, dans le siège de la délégation de Gafsa Sud en signe de protestation contre ce qu’ils considèrent comme une manière de trainer et de ne pas répondre à leurs revendications pour être bénéficiaires du programme d’appui des moyens d’existence selon une déclaration d’un des protestataires à la TAP.

Après avoir bloqué la route principale par des pneus enflammés, ce groupe a, également, saccagé les lieux par la détérioration des meubles et des dossiers d’archives ainsi que par des jets de pierre.

Ces protestataires se sont regroupés, depuis le matin, devant le siège de la délégation, suite à une annonce précédente qui stipulait la distribution d’une nouvelle tranche d’aide à cette date du 15 février.

Le SG du gouvernorat de Gafsa a indiqué à la TAP que les services de la délégation de Gafsa Sud ont reçu, au cours des derniers mois, 3.600 demandes pour bénéficier de ce programme auquel l’Etat a alloué 350 mille dinars, sachant que depuis le mois de janvier, les aides ont commencé à être distribuées.

On note également que d’autres protestataires se sont réunis devant le gouvernorat de Gafsa et ont essayé d’y faire irruption, mais l’arrivée des forces de l’ordre ont mis en échec l’attaque. Les forces de sécurité ont demandé aux manifestants de se disperser, la majorité a obtempéré, les autres sont restés pour dialoguer avec des cadres des forces de sûreté et de l’armée concernant leurs revendications.

Suivant
Imprimer l'article