Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Jijel (Algérie) : émeute suite au harcèlement policier d’un vendeur ambulant
(Le 30 avril 2012)

Tentative d’immolation d’un jeune, violentes émeutes : Jijel s’embrase

El watan, 30.04.12 | 10h00

Des agents de la sûreté démolissent la bicoque d’un jeune qui y vendait des cigarettes et des cosmétiques, celui-ci tente alors de s’immoler par le feu, se brûlant au 3e degré. S’ensuivent des émeutes où 11 policiers sont brûlés ou blessés et une dizaine de véhicules saccagés.

Une bonne partie de la basse ville de Jijel était, hier, une cité morte suite aux émeutes qui se sont déclenchées après la tentative d’immolation d’un jeune homme de 25 ans, au quartier dit Village Moussa, à l’est du chef-lieu de wilaya. Tout a commencé dans la matinée d’hier, quand des policiers se sont présentés devant le jeune R. Hamza pour lui ordonner de démanteler la boutique de fortune qu’il avait installée pour vendre des cigarettes et des cosmétiques. L’échange de propos avec les policiers a apparemment énervé le jeune Hamza.

Selon des témoins que nous avons rencontrés près de la bicoque de la victime, c’est un coup de pied d’un policier qui a mis le feu aux poudres ; il a cassé les vitres d’un comptoir en aluminium, suscitant la colère du jeune homme, qui n’a pas hésité à remplir une bouteille d’essence puisée d’une mobylette, de la déverser sur son corps avant d’y mettre le feu. Il s’est ensuite jeté sur les deux agents et a sauté à l’intérieur du fourgon de la police. Transporté dans un premier temps à l’hôpital Mohamed-Seddik Benyahia, le jeune homme sera, après les premiers soins, évacué au CHU de Constantine.
Les deux policiers ont été légèrement blessés. Une source hospitalière nous a affirmé que la victime se trouve dans un état grave et souffre de brûlures du 3e degré.

Cet acte de désespoir a suscité un grand émoi chez les habitants de Village Moussa, particulièrement les jeunes qui ont instantanément investi la rue pour crier leur colère. La situation a rapidement dégénéré en émeute.

Les jeunes en furie se sont attaqués à la sûreté urbaine de Village Moussa avec des pierres, avant de se rendre au centre-ville. En cours de route, les panneaux d’affichage de listes des candidats se trouvant place du Bateau ont été arrachés alors que les vitres d’une dizaine de véhicules stationnés près de la prison de Jijel ont volé en éclats sous les jets de pierres.

L’appel à la rescousse des forces antiémeute n’a pas, jusqu’en fin d’après-midi, atténué la tension ; des dizaines de jeunes émeutiers se trouvaient toujours près du siège de la wilaya, faisant face aux policiers. La ville basse était quasi déserte et les commerces avaient baissé rideau de peur de subir la colère des jeunes. Aux abords du quartier Village Moussa, l’air pollué picotait fortement les narines du fait des gaz lacrymogènes, alors que du côté de la police, au moins une dizaine d’éléments ont été évacués vers les urgences de l’hôpital pour des soins. Un policier que nous avons croisé au niveau de l’établissement hospitalier avait la lèvre inférieure fendue.


Alors que la police tentait de saisir sa marchandise Un jeune s’immole et provoque l’émeute à Jijel

Liberté, Lundi, 30 Avril 2012 10:00

Un jeune homme, âgé d’une trentaine d’années, s’est immolé hier dans un quartier du village Moussa, à quelques encâblures du centre-ville de Jijel. Répondant aux initiales de H. R, ce jeune homme sans emploi revendait des cigarettes, dans un comptoir illicite “tabla”, quand des éléments de la police ont tenté de lui confisquer sa marchandise. Furieux et désespéré, le jeune Hamza s’immole devant tout le monde, selon des témoignages recueillis auprès des habitants du village Moussa. Les jeunes du quartier se sont alors réunis en signe de solidarité avec leur ami et voisin. Ces derniers ont bloqué la route du côté de l’arrêt de bus. Ils ont saccagé les panneaux d’affichage des listes des candidats pour les élections du 10 mai prochain. S’ensuivrent après, de violents affrontements avec les éléments de la brigade anti- émeute. Ces jeunes, dont la plupart d’entre eux sont des chômeurs, réclament du travail. “L’État ne nous donne pas de travail, et quand on essaye de travailler ou faire du commerce pour gagner quelques sous, on nous arrête !” dirons les jeunes protestataires qui ont tout saccagé sur leur passage et jeté des pierres et autres projectiles sur la police. Ces jeunes en colère se sont dirigés ensuite vers le siège du commissariat de police du village Moussa. Ces manifestants ont assiégé le commissariat et ont lancé des pierres sur les policiers qui se trouvaient à l’intérieur.

Les protestataires ont même essayé d’allumer un feu à l’aide de pneus usagés pour bloquer la route entre la maternité et la brigade de la gendarmerie du village Moussa.

Suivant
Imprimer l'article