Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Sidi Bouzid (Tunisie) : les ouvriers municipaux occupent le gouvernorat puis saccagent le local d’Ennahdha
(Le 26 juillet 2012)

Sidi Bouzid : Les employés des chantiers saccagent le local d’Ennahdha

Tuniscope, 26 juillet, 2012 à 14:48

Les employés des chantiers ont envahi le local du gouvernorat de Sidi Bouzid en guise protestation contre le non-versement de leurs salaires. Suite à des affrontements avec les forces de l’ordre, les protestataires ont quitté les lieux pour envahir le local d’Ennahdha et le saccager.

Après avoir envahi le gouvernorat de Sidi Bouzid, les employés des chantiers ont mis à la porte les employés du gouvernorat. Ensuite, ils ont bloqué la route et mis le feu à des pneus devant le gouvernorat.

Les forces de l’ordre ont alors riposté en jetant des bombes à lacrymogènes pour disperser les protestataires, selon Mosaïque FM. 

Ces derniers, ont quitté les lieux pour se rassembler de nouveau devant le local d’Ennahdha et protester contre le non-versement de leurs salaires. La situation a vite dégénéré : les protestataires ont détruit plusieurs documents et ont saccagé le local du parti.


Tunisie : Sidi Bouzid s’enflamme, prémices d’une nouvelle Révolution ?

Mag14, jeudi, 26 Juillet 2012 13:43

Dans la matinée de ce jeudi 26 juillet, Sidi Bouzid, le berceau de la Révolution, s’est de nouveau enflammé. Des manifestants ont brûlé des pneus de voitures dans l’artère principale de la ville. Le siège du gouvernorat a été pris d’assaut par une foule en colère qui a obligé les employés à sortir de leurs bureaux.

Le gaz lacrymogène charge de nouveau une atmosphère déjà pesante.La revendication des manifestants ? Le versement de leur salaire. Tout simplement. Puisque cela fait plus deux mois que ces ouvriers de chantiers n’ont pas été payés, malgré les promesses des autorités régionales. Plus de deux mois sans salaires, alors que nous sommes en plein Ramadan. Un mois durant lequel les dépenses se multiplient en Tunisie. Ce qui rend la situation de ces travailleurs d’autant plus difficile à accepter. Mais s’agit-il véritablement d’une surprise ?

Un jour plus tôt, Moncef Marzouki s’interrogeait, à la tribune de l’Assemblée Constituante : « Quelle valeur pour une démocratie qui ne nourrit pas les ventres affamés » ? Une question qui trouve un écho dans les mouvements de colère qui ont eu lieu aujourd’hui, à Sidi Bouzid. Le souci n’est pas nouveau, puisque Marzouki est visiblement taraudé par cette problématique.

sidi bouzidLors d’un entretien accordé à la chaîne Al Jazeera (international, en anglais), le président de la République avouait déjà, le 12 mai dernier : « La pauvreté dans certaines régions a été à l’origine de cette Révolution (...) Nos jeunes sont extrêmement impatients et je peux le comprendre... Parfois, j’ai une sorte de cauchemar, en pensant que nous pouvons avoir une autre Révolution, en provenance des mêmes régions et que nous pourrions avoir des morts ou des blessés dans des manifestations ».

Fort heureusement, nous n’en sommes pas encore là. Aussi explosive soit-elle, la situation est encore (relativement) sous contrôle, nous ne déplorons pas de morts ou de blessés graves. Mais le cauchemar de Marzouki, celui d’une deuxième Révolution en marche, n’est pas un pur produit de l’imagination.

Dans son allocution prononcée au Bardo, pour commémorer le 55ème anniversaire de la Fête de la République, il a clairement averti les parlementaires : « Le peuple qui vous a élus n’acceptera pas une démocratie de façade, il pourrait alors être poussé à une nouvelle révolution ».

D’un autre côté, le mouvement Ennahdha que les urnes ont placé à la tête du gouvernement ne semble pas prêt à rompre complètement avec l’ancien système, et à réaliser ainsi l’une des principales revendications de la Révolution. Les médias auront d’ailleurs relevé le lapsus de Hamadi Jebali, quand sa langue a fourché en prononçant son discours, à l’ouverture du congrès d’Ennahdha. Nous allons bâtir la nouvelle « dictat... » a-t-il ainsi clamé, avant de se rattraper, pour finir par lâcher le mot « démocratie ». Le lapsus du chef du gouvernement serait-il révélateur d’un processus déjà en marche, ou, au moins, d’un état d’esprit ?

« La révolution (de janvier 2011) nous a permis de parachever notre indépendance et nous a offert la démocratie et la République (...), mais ni l’indépendance ni la démocratie ni la république ne sont des acquis garantis à long terme » rétorque Marzouki. Or ce sont justement les révoltés de Sidi Bouzid, les rebelles du bassin minier, et tous les hommes des régions défavorisées prêts à se battre pour leurs droits qui apportent ces garantis. Et non les partis, le gouvernement, et encore moins la fameuse majorité silencieuse.

Suivant
Imprimer l'article

Le blocage de la route

Début de l’attaque contre le siège d’Ennahdha

La manif devant le gouvernorat un peu avant