Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Sidi Bouzid (Tunisie) : nouvelle manifestation émeutière contre le gouvernement
(Le 10 août 2012)

Tunisie : nouveaux tirs de sommation contre des manifestants à Sidi Bouzid

AFP / 10 août 2012 00h32

SIDI BOUZID (Tunisie) - La police tunisienne a tiré des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène pour disperser tard jeudi une manifestation contre le gouvernement à Sidi Bouzid, berceau de la révolution de 2011, après une première intervention dans la matinée, a constaté un journaliste de l’AFP.

Quelque 800 manifestants protestant contre l’intervention de la police dans la matinée et contre le gouvernement dominé par les islamistes d’Ennahda ont jeté des pierres sur les forces de l’ordre, qui ont répliqué par des tirs de balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène.


Tunisie : manifestations à Tunis et Sidi Bouzid, où la police intervient

AFP, 9 août 2012

SIDI BOUZID - La police tunisienne a dispersé jeudi en tirant des balles en caoutchouc une manifestation d’opposants à Sidi-Bouzid, berceau de la révolution de 2011, au moment où les critiques contre le gouvernement dominé par les islamistes se multiplient.

Les policiers ont procédé aux tirs de sommation et de gaz lacrymogène après que des centaines de manifestants, qui réclamaient la démission du gouvernement, ont tenté d’envahir le siège du gouvernorat (préfecture) de Sidi Bouzid (centre-ouest) en brisant le portail, selon un journaliste de l’AFP.

Une personne blessée par une balle en caoutchouc et quatre autres intoxiquées par le gaz ont été transférées à l’hôpital de la ville, a indiqué à l’AFP le surveillant général de l’établissement, Adel Dhaï, évoquant des blessures sans gravité.

Plusieurs partis d’opposition avaient participé au rassemblement comme le Parti républicain (centre), le Parti des travailleurs tunisiens (communiste), Al-Watan (la nation) et des indépendants.

"Les revendications du peuple relatives à l’amélioration de sa situation sociale deviennent de plus en plus insistantes mais malheureusement le gouvernement n’est pas au service de ce peuple", a déploré Mohamed Ghadri du Parti républicain.

Fin juillet, la police avait dispersé de la même manière à Sidi Bouzid des dizaines de manifestants qui avaient attaqué le gouvernorat pour protester contre des retards de salaires.

Le Parti des travailleurs a, dans un communiqué, dénoncé l’usage de la force par la police et exprimé son appui aux revendications des manifestants exigeant entre autres le limogeage du gouverneur (préfet), du chef de la Garde nationale et du procureur de la république.

Le parti communiste réclame dans son communiqué la libération de quatre manifestants interpellés jeudi, selon lui.

Sidi Bouzid est située dans une région particulièrement pauvre et marginalisée sous l’ancien régime. Or, selon des analystes, la situation ne s’y est guère améliorée depuis la révolution.

"Les habitants de Sidi Bouzid vivent dans des conditions très difficiles surtout ces derniers temps avec les coupures d’électricité et d’eau", relève le politologue Ahmed Manaï, "il fallait s’attendre à ces manifestations", dit-il.

Ennahda critiqué sur tous les fronts

La ville est le berceau de la révolte qui a abouti le 14 janvier 2011 à la fuite du président tunisien Zine El Abidine Ben Ali en Arabie saoudite.

Le point de départ avait été la mort le 17 décembre 2010 de Mohamed Bouazizi, 26 ans, un vendeur ambulant qui s’est immolé par le feu pour protester contre les saisies musclées de la police de ses marchandises.

L’intervention musclée de la police jeudi intervient au moment où l’opposition et la société civile accusent le gouvernement d’une dérive autoritaire et islamiste.

Plusieurs ONG craignent une remise en cause de la liberté d’expression après l’introduction d’un projet de loi punissant de peines de prison les atteintes au sacré. Autre polémique, une proposition d’article de la Constitution évoque la complémentarité et non l’égalité homme-femme.

Différents mouvements d’opposition ont ainsi réuni quelque 200 manifestants jeudi à Tunis devant l’Assemblée nationale constituante pour dénoncer ces mesures. Quelques dizaines de manifestants ont tenté de forcer le portail de l’ANC, mais la police les en a empêchés.

Jawher Ben M’barek, dirigeant du réseau Doustourouna, a relevé que cette manifestation avait réuni pour la première fois différents courants de l’opposition au gouvernement dominé par le parti Ennahda.

"C’est l’une des rares actions où tous les partis se retrouvent", a-t-il dit.

Ennahda rejette en bloc ces critiques, son chef, Rached Ghannouchi, ayant même accusé récemment des médias et des syndicats de "menacer l’unité du pays".


Tunisie : Ennahdha s’engage à « purifier » Sidi Bouzid

Mag14, jeudi, 09 Août 2012 19:17

Le bureau d’Ennahdha à Sidi Bouzid a diffusé ce jeudi 9 août, un communiqué particulièrement virulent sur les événements de Sidi Bouzid. Le premier parti au pouvoir a ainsi accusé « des éléments du RCD de s’être alliés avec des bandits, des saboteurs, et des trafiquants d’alcool et de drogue pour semer l’anarchie dans la ville ».

Quant à la manifestation d’aujourd’hui, elle serait destinée, selon ce communiqué, « à faire pression sur le gouvernement pour le pousser à libérer ceux qui ont été arrêtés plus tôt sur ​​des accusations d’incendie criminel, de vandalisme, et de propagation du chaos dans la ville ».

De ce fait, Ennahdha exhorte les « fils honorables de Sidi Bouzid à prendre leurs distance avec ces mouvements illégaux et de ne pas servir la contre-révolution ».

Selon ce communiqué, « Ennahdha s’engage à poursuivre les responsables jusqu’à purifier Sidi Bouzid de ceux qui continuent à dissuader et chasser les investisseurs du gouvernorat ».

Suivant
Imprimer l'article