Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Seattle et New York : sabotages solidaires
(Le 21 septembre 2012)

[Pour en savoir un peu plus sur l’histoire des camarades qui résistent au GrandJury, voir ici et le tract ci-dessous]

Seattle : attaque de la Bank of America

Durant la nuit du 19 Septembre, nous avons attaqué la Bank of America. La fente pour mettre la carte dans le DAB a été collée et l’écran cassé, et 3 fenêtres de la banque ont été brisées.

Cela a été fait en solidarité avec Matt Duran et les autres résistant-e-s au Grand Jury, mais aussi ceLLESux qui font actuellement face à la répression en Italie.

Il est temps maintenant d’attaquer.

Toujours un pas en avant, un pas en arrière jamais.

Pas de compromis avec l’État et le capital.

Des anarchistes

Traduit de l’anglais par le chatnoiremeutier de Anarchist News, 20 septembre 2012 à 14h48


New-York : sabotage du rail en solidarité avec les anarchistes du nord-ouest

Le 17 Septembre, sous le silence de la nuit, nous avons saboté une voie ferrée au nord de New York. Avec des gants de travail standard, nous avons pris un morceau de fil de cuivre de gros calibre et on l’a attaché d’une piste à une autre, ce qui a perturbé le relais de signal.

Cela a rendu temporairement la voie inutilisable.

Nous l’avons fait en solidarité avec nos camarades anarchistes dans le Nord-Ouest, en particulier Matt Duran. Courage à tou-te-s ceLLESux qui continuent de nous inspirer.

Il est maintenant temps d’attaquer.

Des Anarchistes contre le mouvement linéaire

Traduit de l’anglais par le chatnoiremeutier de Anarchist News, 17 septembre 2012 à 02h41


En silence nous rugissons
A propos de la résistance anarchiste au Grand Jury dans le Pacific Northwest américain

Voici la traduction d’un tract diffusé depuis plusieurs semaines dans la région de Seattle, la plus grande ville de l’État de Washington et du nord-ouest américain, mais aussi ailleurs aux États-Unis. Pour plus d’information sur le contexte de cette dernière vague de répression massive contre les anarchistes du Northwest américain, on pourra se rendre ici. Pour plus d’informations sur ce que sont les Grand Jurys et la Joint Terrorism Task Force (JTTF), voir les encadrés à la fin de cet article.

À la fin de Juillet de cette année, des anarchistes de Portland (Oregon), Seattle et Olympia (Washington) ont été assignés à témoigner pour un Grand Jury. Certaines personnes ont reçu leur assignation et comparaîtront le 13 Septembre, tandis que d’autres ont évité l’assignation, ce qui signifie qu’ils ne sont pas légalement tenus de comparaître, et ont choisi de faire profil bas pendant la durée du Grand Jury. Conjointement avec la vague de citations à comparaître, le FBI et la Joint Terrorism Task Force (JTTF) ont fait une descente dans trois maisons anarchistes connues de Portland.

Bien que les raisons d’un Grands Jury ou les témoignages qui y sont faits ne sont pas publics, le but de ce Grand Jury semble être une enquête sur ce qui s’est passé dans le centre-ville de Seattle le jour du premier mai 2012. Les médias ont rapportés de partout entre 150 000 et 300 000 dollars de dégâts survenus ce jour-là, alors clairement l’Etat est à la recherche de personnes qu’ils peuvent punir pour ces actes. Mais la punition n’est pas la seule raison de cette chasse aux sorcières, il est clair que l’État souhaite également utiliser la peur pour faire taire les luttes anarchistes. La police, le FBI, et la JTTF veulent s’assurer qu’aucun autre incident de ce genre ne se reproduise dans le Nord-Ouest.

Cela fait un mois que la chasse a commencé, même si il semble que cela aurait pu être la semaine dernière ou même hier. En ces moments intenses, le temps tend à perdre son sens. Mais cette expérience ne nous a pas rendus plus faibles, mais plus forts. L’objectif d’isolement visé par l’État n’a fait que rapprocher un peu plus les communautés anarchistes. De nouvelles amitiés et des affinités ont déjà été formées et renforcées, et c’est un processus qui va se poursuivre. Malgré tous les moments difficiles, la curiosité de savoir qui va être mis en accusation, l’idée d’être conduit dans une salle d’audience enchainé, les appels téléphoniques aux parents expliquant pourquoi ils ne verront pas leur enfant pour les dix-huit prochains mois, les amis qui nous manquent et nous manqueront encore, nous restons non-coopératifs. Nous restons silencieux.

Nous répondons à cette chasse aux sorcières avec le silence, mais un silence loin de celui que désire l’État. C’est le silence du refus, pas le silence de la complicité. Nous utilisons ce silence pour protéger celles et ceux à qui nous tenons. Nous utilisons ce silence parce que certains d’entre nous étaient là, courant parmi les gens habillés tout en noir, écoutant la symphonie des éclats de verre tombant sur le trottoir et regardant les drapeaux noirs renforcés percer des fenêtres de Niketown d’une manière quasi synchronisée. Plus important encore, nous utilisons ce silence parce que ce sont quelques-uns des moments qui nous font nous sentir vraiment vivant, et un peu plus libre, et sans ce silence, ces moments ne pourraient pas exister. Ils recherchent un silence qui nous fera craindre leurs cages ; nous cherchons un silence qui les stoppera net sur leurs chemins.

Ce silence a déjà inspiré l’action, à la fois proche et lointaine. Des banques et des voitures de luxe vandalisées en France aux lâcher de banderole à New York, et toutes les autres actions de solidarité, il parait évident que beaucoup trouvent de l’inspiration dans ce silence. Que l’on choisisse de faire profil bas ou de faire face à la colère de la cour, par notre silence de refus, nous rendons leur mission de répandre la peur et l’isolement d’autant plus difficile. En silence, nous rugissons !

Des vagues se soulèveront sur l’eau silencieuse
Qu’ils se noient dans nos vagues de secrets.

Août 2012

[Tract traduit par non-fides de l’anglais le mercredi 12 septembre 2012 de pugetsoundanarchists.]


Un Grand Jury est, dans les systèmes juridiques de common law, un type de jury qui est réuni afin de déterminer si, dans une affaire, les preuves recueillies au cours de l’enquête de police, et qui lui sont présentées par un procureur, sont suffisantes pour ouvrir un procès, ou au contraire s’il convient de prononcer un non-lieu.
Aux États-Unis, même si l’obligation constitutionnelle (Cinquième amendement) ne s’applique qu’au gouvernement fédéral, les États prévoient tous un grand jury dans leurs textes, mais seulement 22 rendent son usage obligatoire pour inculper un accusé.
Les grands jurys sont traditionnellement composés d’un plus grand nombre de jurés (entre 16 et 23 grands jurés) que les jurys utilisés durant les procès, d’où leur nom. Cependant ils prennent leurs décisions à la majorité simple et à huis clos, en outre il n’y a ni juge ni avocat de la défense, seulement le procureur qui présente ses preuves. Les preuves illégales peuvent être présentés devant un grand jury. Le procureur peut aussi se servir du grand jury pour mener son enquête, comme par exemple pour citer des personnes à témoigner sous serment.

Une JTTF est une collaboration ponctuelle entre plusieurs secteurs et agences de maintien de l’ordre dans le cadre d’une menace terroriste. Les agences que comprennent généralement les JTTF sont le FBI, des départements de la sécurité intérieure (Homeland Security) comme la police des frontières, l’immigration, les douanes, les gardes-cotes, l’administration de la sécurité des transports, les services secrets ainsi que les services de sécurité diplomatiques, mais aussi les polices locales et fédérales ainsi que des agences spécialisées, comme la police des chemins de fers.

Suivant
Imprimer l'article