Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Sidi Bouzid (Tunisie) : affrontements et deux gouverneurs qui dégagent sous la protection de l’armée
(Le 5 octobre 2012)

Le gouverneur de Sidi Bouzid « dégagé » pour la énième fois

Un blog tunisien, 2012-10-05

La ville de Sidi Bouzid a été le théâtre, ce vendredi, de violentes échauffourées entre les forces de l’ordre et des groupes de manifestants qui ont pris d’assaut le gouvernorat pour réclamer la libération des jeunes arrêtés lors de récents mouvements sociaux à Menzel Bouzayane et à Omrane, dans la même région.

Les incidents ont commencé par des jets de pierres des manifestations, auxquels les forces de l’ordre ont riposté par des tirs de bombes lacrymogènes mais sans parvenir à les disperser. Les manifestants ont alors forcé la grille extérieure et se sont engouffrés en grand nombre dans le bâtiment intérieur en scandant des slogans hostiles au gouvernement. Le gouverneur qualifié d’"incompétent" par les manifestants a dû quitter le siège du gouvernorat sous la protection d’un détachement de l’armée et sous les huées des protestataires qui scandaient le cri de ralliement « Dégage ! ».

Par ailleurs, une grève générale a été observée à Meknassy, dans la région de Sidi Bouzid, à l’initiative de l’UGTT, pour protester contre l’absence de projets de développement.


Tunisie - Sidi Bouzid en ébullition

Un autre blog, 05/10/2012 | Mise à jour : 23:00

Tirs de sommation contre des manifestants, gaz lacrymogènes, tensions sociales, grèves, sit-in, et un gouverneur et son délégué contraints de décamper... A Sidi Bouzid, la tension est à son comble !

Depuis un certain temps déjà, Sidi Bouzid vit au rythme des grèves et sit-in en tout genres. Vendredi 5 octobre, la tension est montée d’un cran.

En effet, la police a été acculée à tirer des balles en caoutchouc et utiliser du gaz lacrymogènes pour disperser des centaines de manifestants qui réclamaient le départ du gouverneur accusé d’"incompétence".

Certains manifestants ont bien tenté d’envahir les locaux du gouvernorat, mais les forces de l’ordre se sont interposées pour disperser les protestataires surveillés par un dispositif important de la police et de l’armée.

Le gouverneur a été ensuite évacué de son bureau par la police après des négociations entre les manifestants et l’armée.

La veille, c’est le délégué de Sidi Bouzid ville-Ouest qui avait été contraint à quitter son bureau sous escorte militaire.

Les tensions sociales sont grandissantes et plusieurs manifestations contre la pauvreté, des coupures d’eau et des retards de salaires sont apparues ces dernières semaines, notamment à Sidi Bouzid.

Depuis le début du mois en cours, les manifestations se sont multipliées notamment pour protester contre l’arrestation de manifestants arrêtés à Menzel Bouzaïane et à El Omrane et pour exiger leur libération.

Suivant
Imprimer l'article