Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Guellala (Djerba, Tunisie) : émeute contre l’ouverture d’une décharge
(Le 7 octobre 2012)

Affrontements de Guellala : le cri de cœur écologique de Djerba

Un blog tunisien, 2012-10-07

Le report à fin 2013 de la fermeture d’une décharge publique à ciel ouvert a mis le feu aux poudres dans la pittoresque localité de Guellala, foyer des potiers, dans l’Île de Djerba. D’un rassemblement d’une quarantaine de manifestants qui ont bloqué samedi matin l’accès à la décharge, le conflit s’est rapidement transformé en affrontements violents entre la population et les forces de l’ordre, laissant des dizaines de blessés dont 49 policiers. Le calme est revenu, durant le week end, mais le problème reste entier : quand la décharge sera-t-elle fermée ?

A l’origine, l’aggravation de la situation de cette décharge : les digues des bassins de rétention des eaux usées ont cédé tout récemment. Craignant les graves conséquences que cela pourrait générer tant pour la santé que l’hygiène et l’environnement, la population locale, lasse de la vanité de ses multiples démarches auprès des autorités et déçue des décisions du gouvernement, s’est mobilisée pour demander la fermeture immédiate de la décharge. Et, c’est ainsi que le mouvement de protestation a failli embraser Guellala, mettant en émoi toute l’Ile de Djerba...


Tunisie : 49 policiers blessés lors d’affrontements à Djerba

AFP, 07-10-2012 16:48

Une manifestation contre la réouverture d’une décharge sur l’île de Djerba a dégénéré samedi, faisant 49 blessés parmi les forces de l’ordre.

C’est à coup de lance pierres et de cocktails molotov que des manifestants ont fait 49 blessés parmi des policiers, samedi 6 octobre en Tunisie. Les protestataires défilaient dans les rues de l’ile de Djerba afin de montrer leur désaccord face à la réouverture d’une décharge sur l’ile, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Six voitures des forces de l’ordre ont également été incendiées.

On compte seulement deux blessés parmi les manifestants, preuve que la violence venait bien de leur côté selon Khaled Tarrouche, un porte-parole du ministère. Selon ce dernier, le calme serait revenu en début de soirée au sein de ce lieu hautement touristique, grâce à l’envoi de renforts.

Aucune arrestation n’a eu lieu

Ce déferlement de violences est survenu suite à l’annonce par les autorités locales de la réouverture jusqu’en 2013 d’une décharge publique. Dès le matin, l’accès à la décharge était bloqué par une quarantaine de protestataires. Un représentant du parquet et de la police ont tenté d’engager des négociations, en vain, obligeant les forces de l’ordre à disperser les "bloqueurs" à l’aide de gaz lacrimogènes.

La foule de manifestants s’est alors intensifiée dans l’après-midi, envahissant les rues de Guellala (Sud de Djerba). C’est à ce moment qu’ils ont commencé à attaquer les policiers, explique le porte-parole. Et ce dernier d’ajouter que "la loi va être appliquée à tous ceux qui ont participé à ces violences". Aucune arrestation n’a eu lieu pour le moment. C’est la première fois que Guellala, 13 000 habitants, est touchée par ce genre de violences.

Suivant
Imprimer l'article