Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Egypte : 18 personnes arrêtées accusées d’être membres du Black Bloc
(Le 1er février 2013)

Egypte : 18 personnes arrêtées accusées d’être membres du Black Bloc

Traduit de l’anglais d’Egyptindependent, 31 janvier 2013

18 suspects accusés d’appartenir au groupe de protestation connu sous le nom de Black Bloc ont été arrêtés jeudi, et au moins un est accusé d’avoir des liens avec Israël, selon le bureau du procureur général.

Le Black Bloc, un groupe auparavant inconnu (en Egypte) a commencé à apparaître lors des manifestations qui ont eu lieu la semaine dernière lors du 2e anniversaire de la révolution du 25 janvier.

Un suspect a été arrêté dans un immeuble place Tahrir, et aurait été trouvé en possession de plans et documents appartenant à des institutions importantes du Caire, dont des banques et compagnies pétrolières, selon les déclarations du bureau du procureur à l’agence de presse de l’Etat égyptien MENA.

L’accusation prétend que le plan en question provient d’Israël, mais ne précise pas comment les autorités sauraient qu’Israël en serait à l’origine.

L’AFP cite le porte-parole du ministre des affaires étrangères israëlien Yigal Palmor disant qu’il n’avait aucune idée de si le Black Bloc avait l’intention ou non de procéder à un sabotage, mais que l’affirmation d’une implication d’ Israël était "totalement insensée". Un autre individu a été arrêté à Malhalla, il aurait été surpris en train de négocier avec le propriétaire d’une usine de vêtements la confection de masques noirs et de la tenue utilisée par le Black Bloc, selon l’accusation.

Le suspect de Malhalla aurait essayé de recruter des étudiants et jeunes à l’université pour rejoindre le groupe, selon Yassin qui prétend qu’un certain nombre d’étudiants ont témoigné que le suspect les avait invités à rejoindre le Black Bloc.

L’ordre a été donné aux officiers de la police et de l’armée d’arrêter immédiatement toute personne portant un masque de Black Bloc.


Des dizaines de manifestants en solidarité avec le Black Bloc ; quatre membres supposés arrêtés.

Traduit de l’anglais d’Egyptindependent, 30 janvier 2013

Des dizaines de personnes ont protesté devant la Cour Suprême du Caire mercredi (30.01.13) contre la décision du procureur général d’arrêter les membres du Black Bloc sous l’accusation de terrorisme.

Le procureur général Talaat Abdallah a ordonné mardi l’arrestation de tous les membres du groupe, ainsi que de quiconque les rejoint ou met leur tenue, affirmant que le groupe accomplit des actions "terroristes".

Les forces de sécurité ont arrêté quatre personnes masquées, dont ils disent qu’ils sont membres du Black Bloc, pendant qu’elles se dirigeaient avec d’autres manifestants vers le bureau du procureur général pour protester. Trois des suspects ont été emmenés à l’intérieur de la cour, tandis que le quatrième a été embarqué dans un véhicule de police vers une destination inconnue.

Pendant ce temps, les autorités ont imposé des mesures de haute sécurité autour de la Cour Suprême. La sécurité du Caire a déployé 15 véhicules armés, ainsi que des centaines de troupes des Forces Centrales de Sécurité pour arrêter les membres du Black Bloc. Ils ont également évacué les habitants et employés du bâtiment, craignant des émeutes.

Suivant
Imprimer l'article