Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Egypte : la "bataille des collines" contre les locaux des Frères Musulmans
(Le 23 mars 2013)

Egypte : heurts près du siège des Frères musulmans au Caire

Euronews, 22/03/13 22:25 CET

Des bus qui ont transporté dans l’après-midi des partisans des Frères musulmans ne subsistent que des carcasses calcinées.

Ils convergeaient vers le siège de la confrérie islamiste, sur la colline du Moqattam en banlieue du Caire, là-même où des manifestants de l’opposition s‘étaient donné rendez-vous.

Des heurts ont rapidement éclaté, faisant une quarantaine de blessés, dans les deux camps, en majorité atteints par des jets de pierre au visage.

Les opposants, estimés à environ 3000 personnes, ont ensuite cherché à forcer le cordon de sécurité qui protège le siège de la confrérie islamiste. La police anti-émeute est intervenue en usant de gaz lacrymogènes.

Ces manifestants, parmi lesquels des membres des Black Bloc, hostiles aux islamistes, continuent à reprocher au président égyptien Mohamed Morsi d’avoir trahi la révolution, de vouloir monopoliser le pouvoir et d‘être sous l’emprise de Mohamed Badie, le guide suprême des Frères musulmans.

D’autres locaux ont été pris pour cible ce vendredi, à Manial, un quartier du Caire, mais aussi à Mahalla, dans le delta du Nil.

En tout une trentaine de représentations de la confrérie islamiste ont été attaquées depuis l‘élection de Mohamed Morsi en juin 2012.


Egypte : heurts entre manifestants et islamistes dans la banlieue du Caire

RFI, samedi 23 mars 2013

Un manifestant fait le signe de la victoire devant un autobus appartenant à des Frères musulmans lors d’affrontements aux abords de leur siège des mouvements près du Caire, le 22 Mars 2013.

Plus de deux cents personnes ont été blessées le 22 mars dans des accrochages entre pro et anti Frères musulmans dans la banlieue du Caire. Plusieurs sièges du parti « Horiya wal Adala » des Frères ont été attaqués et saccagés dans le Delta tandis que les abords du quartier général de la Confrérie ont été le théâtre de batailles rangées qui se sont étendues dans la nuit.

C’est sur la colline du Mokatam qui domine Le Caire que les accrochages les plus violents ont eu lieu. Ils ont opposé les manifestants venus protester devant le quartier général des Frères musulmans et les militants de la Confrérie arrivés en bus des provinces.

Gourdins, machettes, pistolets artisanaux et pierres ont été utilisés dans une bataille qui s’est terminée à l’avantage des anti-Frères musulmans. Des manifestants qui ont été empêché par la police de s’approcher du siège des Frères par un barrage de grenades lacrymogènes. Le quartier général de la Confrérie est devenu la cible des révolutionnaires après l’agression la semaine dernière de Frères musulmans contre des dessinateurs de graffitis.


Égypte : les sièges des Frères Musulmans brûlent

Un trotskyste (Jacques Chastaing), 22 mars 2013

Aujourd’hui vendredi 22 mars 2013, des manifestations ont été appelées par une vingtaine de partis d’opposition devant les quartiers généraux des Frères Musulmans pour dénoncer la violence dont ces derniers ont fait preuve samedi dernier contre des journalistes devant leur siège et des auteurs de graffiti sur les murs de leur quartier général au Caire. La principale des manifestations, qui dure toujours à l’heure où j’écris, a eu lieu au Caire et s’est vite transformée en affrontements d’une violence jamais atteinte, après que les jeunesses des Frères Musulmans aient attaqué un des cortèges.

Le siège des Frères Musulmans à Alexandrie a été complètement saccagé par les manifestants. Les meubles, ordinateurs, ont été jetés dans la rue. Des rumeurs disent aussi que le bureau des Frères également à Alexandrie dans la quartier d’Asafra a été brûlé pendant que les affrontements continuent ce vendredi soir à Sidi Gaber, juste en dehors de la zone militaire nord d’Alexandrie et dans la rue Feld Maréchal Ismail ainsi que dans les rues avoisinantes. À Mahalla le siège du parti Justice et liberté (parti des Frères Musulmans) a été brûlé pendant que des affrontements opposent manifestants et Frères Musulmans qui tentent de protéger leur siège à Tanta. Les quartiers généraux des Frères Musulmans auraient été brûlés dans 5 villes pendant que des affrontements ont lieu dans de nombreuses villes.

À Zagazig, la maison de Morsi a été encerclé par le mouvement du 6 avril qui appelle les habitants à venir les rejoindre et empêcher la famille de Morsi de rentrer chez elle. Le trafic des trains entre le Caire et la Haute Égypte a été bloqué par des barrages sur la voie à hauteur de Giza, Al Ayat et Al Badrasheen.

Au Caire plusieurs marches ont été organisées de différents endroits de la ville, place Nafoura (où ont eu lieu des affrontements), et place Sayeda Aisha par exemple, pour se rejoindre dans la banlieue de Moqattam où est situé le quartier général des Frères. Beaucoup de femmes dans les manifestants. Les manifestants ont brûlé sur leur route le bureau des Frères à El-Manial avant de se rendre à Moqattam, 6 km plus loin.

Les Frères Musulmans avaient mobilisé les Frères de tout le pays pour protéger leur quartier général. Quand les manifestants sont arrivés à Moqattam, les jeunesses des Frères Musulmans ont commencé à les attaquer violemment puis se sont réfugiés derrière les 3000 policiers qui protègent le quartier général des Frères Musulmans en scandant “État islamiste”, “Sharia contre l’État séculier” ou “Police et islamistes, front commun” pendant que les manifestants crient “Les Frères ne sont pas des musulmans”. Et toujours “Le peuple veut la chute du régime” ou “À mort Mohamed Badie” (le chef de la confrérie).

Une véritable guerre civile dans les rues autour de Moqattam a lieu actuellement entre manifestants et habitants d’un côté et la police et les Frères de l’autre. Les affrontements pourraient bien durer tout la nuit. Les habitants du quartier ont créé des milices pour protéger les maisons et pour empêcher les bus de Frères venant de tout le pays, d’approcher le quartier. Ce qui oblige ces derniers à venir à pied ou à être déposés à une station de métro pour ensuite rejoindre leur quartier général. Sur le trajet, des gens depuis leurs balcons encouragent les manifestants et injurient les Frères Musulmans ou leur jettent des objets sur la tête ou encore de l’urine. Le niveau de violence atteint est selon des participants hallucinant. Des Frères Musulmans tirent avec des armes à feu. Du coup, des bus qui les transportent ont été brûlés, des ambulances qui transportent des Frères blessés sont bloquées. Des Frères Musulmans qui ont été capturés par les manifestants sont lynchés, battus violemment par les manifestants, torturés même disent certains, et leurs corps ensanglantés abandonnés sur la chaussée.

Des Frères Musulmans ont enfoncé les portes de la mosquée de Moqattam pour s’y réfugier.

Manifestations dans la semaine avant ce vendredi

Jeudi 21 mars, à Port-Saïd des milliers de manifestants ont accompagné pour ses funérailles Salah Abdel Azim assassiné par la police. Les gens chantaient “Le peuple veut la chute du gouvernement” et “Aussi longtemps que le sang égyptien vaudra aussi peu, nous ferons tomber les gouvernements”.

À Suez, mercredi 20 mars, la troisième armée de campagne a procédé à l’évacuation de 120 familles qui occupaient illégalement des logements, pendant qu’un groupe de protestataires se rassemblait pour dénoncer la répression d’une manifestation de sans emplois par l’armée la veille mardi.

Mercredi toujours, les employés du Sénat au Caire ont manifesté pour dénoncer les appointements supérieurs de 90 membres qui ont des places plus importantes parce qu’ils font partie des Frères Musulmans et leur attitude persécutrice à leur égard.

Les résidents de Salloum dans le gouvernorat de Matrouh ont bloqué la route dans la semaine reliant l’Égypte et la Libye pour protester contre les règles imposées par les nouveaux visas de Tripoli. Les autorités libyennes exigent maintenant que les Égyptiens d’acquérir un visa de 10 jours coûte l’équivalent de LE500. Les manifestants ont bloqué la route aux camions libyens entrant et sortant du pays.

Les étudiants de l’université religieuse Al Azhar qui forme les principaux religieux du pays, ont manifesté toute la semaine pour dénoncer les mauvaises conditions d’hébergement dans les dortoirs, la mauvaise nourriture et les violences faites par la police aux étudiantes en grève de la faim pour les mêmes raisons. Ils réclament la démission du responsable des résidences étudiantes.

Mardi 19 mars, les journalistes photos ont manifesté devant le Sénat pour dénoncer les attaques croissantes dont les salariés des médias sont victimes.

Le 19 mars également les amis de Okacha présentateur télé ont manifesté devant la Haute Cour pour demander l’annulation de sa condamnation à 6 mois de prison pour avoir insulté le président.

Lundi soir 18 mars, deux personnes sont mortes lors d’affrontements au Caire dans le quartier de Shubra. Un jeune de 15 ans a été assassiné par le fils de Gamal Saber, coordinateur du Lazem Hazem - un groupe de soutien salafiste à l’ancien candidat à la présidentielle Hazem Salah Abou-Ismail.

Aussitôt environ 200 personnes, avec les parents du garçon mort, ont voulu venger cette mort en essayant de lyncher l’assassin salafiste en tirant grenaille, lançant des cocktails Molotov et brandissant des armes blanches contre les policiers qui le protégeaient. Soixante-dix voitures particulières ont été brisées et quatre magasins ont été attaqués au cours des violences. Deux personnes ont été tuées dans les affrontements. Le criminel a été finalement arrêté. Les habitants du quartier de Shubra ont salué l’arrestation du criminel par la police, un certain nombre d’entre eux formant des chaînes humaines autour de la station de police dans lequel le fils de Saber était détenu pour empêcher qu’il soit libéré par les salafistes.

Lundi 18 mars aussi a eu lieu une manifestation à Alexandrie en solidarité avec le militant Hassan Mustafa, qui a été condamné à 2 ans de prison sans raison.

La contestation se déplace sur le terrain social

Des milliers de travailleurs de la Société Idéal ont protesté contre le Conseil d’État lundi 18 mars demandant l’annulation de la décision de privatisation de l’entreprise.

Idéal était une société d’État jusqu’à sa privatisation en 1997. Les nouveaux propriétaires de l’entreprise ont donné aux travailleurs le choix de continuer à travailler pour eux ou de quitter l’entreprise avec une indemnité de deux mois de salaire pour chaque année travaillée.

Mais les travailleurs privatisés ont un salaire mensuel de 900 LE, pouvant être licenciés à tout moment alors que les employés de la société d’État recevaient 1200 LE sans pouvoir être licenciés.

Mais surtout dimanche 17 mars, la violence dans différents gouvernorats a été causée par les conditions que le FMI a mis à l’Égypte pour lui donner son aide. Le gouvernement a accentué ses restrictions du gasoil subventionné, ce qui a eu comme conséquence la hausse de son prix au marché noir et rendu la vie des gens de plus en plus difficile. Il y a eu plusieurs dizaines de blessés et 1 tué dans des affrontements à Beni Suef, Qalyubiya et Assiut. Plusieurs automobilistes ont coupé la route entre Beni Suef et Gharbiya. À Qalyubiya, les affrontements ont eu lieu les armes à la main. Le train et les véhicules ont été complètement bloqués à Mahalla al-Kobra pour la deuxième journée consécutive. À Kafr el Sheikh, les manifestants ont bloqué la mairie avec des chaînes. Les paysans à Beheira se disant incapables de payer le gasoil ont attaqué une station pour se servir. Pareil à Daqahliya. La route a été coupée à Hurghada. Des bagarres ont également eu lieu entre automobilistes provoquant la mort de l’un d’entre eux à Giza.

Parmi les mesures récemment évoquées pour satisfaire le FMI, il y a le fait de relever de 9000 à 12’000 LE le plafond de l’exonération d’impôts sur le revenu, l’augmentation des tarifs douaniers sur les produits de luxe ainsi que les taxes sur les alcools, les cigarettes, l’acier et le ciment qui avaient provoqué un soulèvement en décembre et d’autres mesures encore. Outre ces mesures, le gouvernement entend augmenter les prix du carburant, de l’essence et du gasoil, ce qui entraînerait une hausse des prix de 50 % d’après les experts. Ce qui serait une catastrophe. Déjà 20 % des Égyptiens vivent avec à peine plus d’un dollar par jour.

Mais surtout ce qui inquiète toute l’Égypte ce sont les restrictions ou la hausse annoncée du prix du pain, par l’abandon d’une partie des subventions d’État. Or le pain subventionné est la base de l’alimentation égyptienne. Ce qui rendra la situation hautement explosive dans toute l’Égypte. Tout le monde ayant le souvenir des émeutes du pain en 1977 et 2008. Une première expérimentation devrait avoir lieu dans deux mois à Port-Saïd.

Déjà des centaines de boulangers subventionnés ont saccagé pour la deuxième fois ce mardi 19 mars le ministère de l’alimentation pour protester contre les restrictions de gasoil qui font monter les prix en criant “À bas Morsi, à bas Bassem Ouda” (le ministre).

Après les étudiants, les islamistes perdent les élections chez les journalistes

Dans les élections professionnelles étudiantes, sur 21 universités publiques (Port-Saïd n’a pas encore voté), les groupes d’opposition laïcs ont obtenu 66% des sièges contre 34% aux Frères Musulmans, ces derniers n’obtenant la majorité que dans une seule université semble-t-il, alors qu’ils ont mis tout leur poids pour influencer le vote, leur base sociale se trouvant surtout là et sachant que l’an passé ils avaient la majorité dans 12 universités.

Pour les élections professionnelles dans la presse, malgré une violente campagne hostile du pouvoir, les journalistes ont élu un opposant au régime des Frères, Diaa Rashwan, qui a remporté la présidence du syndicat des Journalistes avec 1280 voix contre 1015 voix pour son principal concurrent Abdel-Mohsen Salama.

Quant aux 6 membres élus du conseil du syndicat, ils représentent tous le « courant de l’indépendance » opposé à l’intervention de l’État dans les affaires du syndicat et connu pour son hostilité au régime des Frères Musulmans.

Les résultats de ces élections sont perçus comme un message fort adressé au régime des Frères Musulmans, accusé de vouloir mettre au pas les journalistes indépendants.

Pour Gamal Fahmi, membre réélu du conseil, ces élections sont le début d’un combat crucial. “Aujourd’hui, le syndicat des Journalistes s’est libéré de la poigne des Frères musulmans et de leurs tentatives de le kidnapper.”

Depuis l’élection du président Mohamad Morsi il y a près de huit mois, deux journalistes ont été tués sur le terrain, plus de 150 ont été convoqués par le Parquet général pour des délits de publication, dont 25 accusés de diffamation du président de la République. Les agressions corporelles contre les journalistes hostiles aux islamistes se sont multipliées, alors que plusieurs publications ont vu leurs numéros confisqués et leurs locaux assiégés ou incendiés. Sous une nouvelle Constitution qui n’exclut pas la peine de prison pour les délits de publication et qui autorise la fermeture des journaux, les journalistes se sentent sans défense.

À l’annonce des résultats, des centaines de journalistes en liesse ont investi les locaux du syndicat et des slogans hostiles aux Frères Musulmans y ont retenti.

Après les élections des unions estudiantines, celles des journalistes viennent confirmer la tendance et le poids réel des Frères Musulmans avec une base populaire en pleine érosion. L’incendie des sièges des Frères Musulmans de ce soir en est une illustration. Comme le disait un écrivain connu “le compte à rebours pour le départ des Frères Musulmans a commencé”.


Égypte : la peur et l’initiative changent de camp

Le même trostko (Jacques Chastaing), le 25 mars 2013

Les derniers évènements du 22 mars baptisés “bataille de la colline”, lors de laquelle des milliers de manifestants ont tenté de mettre à sac le Quartier Général des Frères Musulmans dans le quartier de Moqattam au Caire et l’ont fait réellement dans le quartier de Monial ou dans les villes de Mahalla, Alexandrie ou Mansoura, ont mis au grand jour les évolutions souterraines de la conscience politique des Égyptiens ces derniers mois.

Les policiers et les islamistes ont peur

Lors de la révolution du 25 janvier 2011, les Égyptiens disaient que le principal acquis de la révolution était qu’ils n’avaient plus peur.

Deux ans et deux mois après, sous le régime militaire du CSFA ou celui des Frères Musulmans et leurs alliés salafistes et jihadistes, malgré l’utilisation régulière par les forces de police de balles réelles contre des manifestants pacifiques faisant des milliers de blessés et des centaines de morts, malgré les 12 à 15’000 condamnations à la prison de manifestants, malgré les tribunaux militaires pour les civils, les violences des milices islamiques, les détentions illégales, la torture y compris à l’encontre des enfants, les centres de détentions illégaux livrés au sadisme de tortionnaires, les obligations aux tests de virginité pour les manifestantes, leurs viols fréquents, malgré les arrestations arbitraires, des procureurs aux ordres, les mensonges, les fabrications de preuves, les faux examens médicaux, les multiples lois qui restreignent ou interdisent grèves et manifestations, malgré les lois martiales et les couvre feux, malgré les chars dans les rues, devant les écoles et les usines, malgré les menaces des chefs religieux musulmans ou chrétiens que les manifestants finissent brûlés en enfer, malgré les appels de l’opposition laïque du FSN au calme et aux manifestations pacifiques, malgré sa dénonciation des manifestants qui se défendent comme ils peuvent face à la violence institutionnelle, malgré ses projets actuels de co-gouverner avec les salafistes et les Frères Musulmans, malgré tout cela, la violence policière du régime ne fait plus rentrer les gens chez eux, terrorisés, mais les fait au contraire descendre dans la rue encore plus nombreux, encore plus en colère, encore plus déterminés et conscients.

Au point que le sport national est en passe de devenir l’incendie de préfectures, commissariats, véhicules de police et tous bâtiments appartenant à la police mais aussi aux Frères Musulmans et leur parti ainsi que le blocage des routes et des voix ferrées. Et il ne s’agit pas du passe temps de jeunes militants révolutionnaires dans les grandes villes mais de celui de tout un peuple jusque dans le plus petit village du pays.

Cela fait que maintenant - on l’a vu tout particulièrement en ces mois de février et mars 2013 - la peur a changé de camp : les policiers et les islamistes ont peur et tout le monde le voit. Il y a encore peu, même après la révolution, contre les violences de l’État ou des islamistes, on courbait le dos, on espérait au mieux une enquête et on protestait pacifiquement dans la rue. La police usait de violences contre ces manifestations et on recommençait. Une minorité seulement osait relever vraiment la tête et répondre. La presse, le plus souvent, s’accordait alors pour dénoncer la fatigue du peuple égyptien qui n’aurait plus supporté les violences exagérées de ses jeunes révolutionnaires. Aujourd’hui, cet état d’esprit est très largement dépassé et c’est tout un peuple qui a à l’esprit, “sang pour sang” et justice populaire directe.

Les policiers humiliés, apeurés, incertains de leur avenir, sous les ordres de Frères Musulmans qu’ils pourchassaient hier, se sachant haïs par un peuple qui n’a plus peur d’eux, remplissent les hôpitaux psychiatriques ou font grève comme en mars, face à un choix d’une logique infernale pour eux : soit le droit d’encore plus tuer et torturer soit leur fuite avec drapeau blanc comme on a vu certains policiers le faire à Port-Saïd en février soit encore faire pression sur le gouvernement comme ils l’ont fait en mars en demandant la démission du ministre de l’intérieur et une autre politique sociale qui ne fasse plus d’eux les boucs émissaires de la colère populaire. Quoi qu’il en soit, l’État policier est en faillite.

Il en va de même en ce qui concerne les islamistes. On voit des taxis au Caire portant l’écriteau “interdit aux Frères Musulmans”, des prédicateurs en mosquée dénoncer les islamistes qui sont de faux musulmans, ces croyants scander dans les mosquées “À mort M. Badie” (le dirigeant des Frères Musulmans), des manifestants brûler des drapeaux du Qatar, des femmes lyncher des salafistes qui tentaient de les harceler, des femmes encore défiler armées de couteaux de cuisine en en menaçant tous les harceleurs, islamistes en premier lieu, des femmes toujours se dénudant devant les écrans d’internet et criant la libre disposition de leurs corps contre toutes les religions, des jeunes conférenciers de 18 ans faire des exposés très suivis sur l’athéisme dans des mosquées, des centaines de milliers de manifestants scander des slogans identifiant islamisme et fascisme...

Le score électoral des frères Musulmans en milieux professionnels illustre cette transformation radicale des esprits. En mars 2013, après son effondrement dans les élections politiques, il s’écroule aux élections professionnelles chez les étudiants, les journalistes, les pharmaciens avant probablement qu’il ne s’effondre aussi chez les avocats, médecins ou enseignants... alors que les étudiants et les professions libérales étaient le fief des islamistes et leur moyen d’influencer les milieux plus populaires.

La “bataille de la colline” est la partie visible de ce séisme mental. La religion d’obédience saoudienne, conçue comme une police des esprits est devenue tout aussi insupportable que l’État policier lui-même. Cet islam, imposé au peuple par les régimes militaires de Sadate et Moubarak par de multiples pressions jusqu’aux primes aux familles qui voilaient leurs filles et l’abandon volontaire aux Frères Musulmans, dans un partage des pouvoirs, des syndicats professionnels et de la charité publique, toute cette prison mentale se désagrège.

Une anecdote révélatrice : à l’université Al Ahzar du Caire, l’épicentre moyen-oriental prestigieux du conservatisme religieux dominé par les Frères Musulmans et les Salafistes, où le rire et la musique ne sont pas bien vus, un étudiant à joué de la guitare comme on l’imagine d’un hippie des années 60 et autour de lui tout le monde s’est mis à chanter, pendant que dans ce temple de la spiritualité et de la misogynie, un mouvement de grève dure depuis une semaine... pour l’amélioration de la nourriture, des dortoirs et plus de respect pour les femmes. À l’université britannique privée du Caire où les études commerciales comptent pour beaucoup, les étudiants ont fait grève, demandant le départ du directeur pour exiger qu’on n’y fasse plus l’apologie du profit dans les études. Le saint Coran ou le saint Capital... tout fout le camp !

Désagrégation de l’autorité de l’État, crise économique, révolution de la faim et embryons de démocratie directe

Mais il y a plus. Avec la désagrégation de la police et de l’autorité des frères Musulmans et autres islamistes, c’est l’ autorité de l’État lui-même qui se désagrège ouvrant la porte à la démocratie directe comme l’espèrent certains ou au chaos comme le craignent d’autres.

Selon Hani Shukrallah, un des éditorialistes les plus lus dans le pays, l’Égypte est entrée dans une nouvelle trajectoire historique du même type que celle qui a suivi la défaite de Napoléon sous les pyramides avec Mohamed Ali ou le moment qui a suivi l’indépendance avec Nasser. Avec la désagrégation de l’autorité de l’État et de la religion, l’apparition de milices islamistes, il craint certes la possibilité d’une évolution somalienne et de ses seigneurs de guerre comme la Chine et la Russie post-révolutionnaires en ont connu la tentation en leur temps. Mais il croit plus à l’Égypte de la haute culture multi-millénaire et à une sorte de démocratie directe où le peuple prendrait plus pleinement en mains son avenir.

On a vu à Mahalla el Kubra ou à Kafr el Sheikh en février et mars mais aussi dans certains villages, des tentatives de manifestants de prendre en main l’autorité municipale. Il semblerait que ces expériences aient été plus symboliques et momentanées que réelles et durables. Il en a été de même avec la police du peuple à Port-Saïd et ses prisons pour islamistes. Mais l’orientation est donnée, l’idée gagne les esprits. D’autant plus que cela rejoint une revendication populaire posée depuis le début de la révolution, celle d’une deuxième révolution qui dégagerait tous les petits Moubarak à tous les niveaux de l’administration, de l’État ou de l’économie.

Bien sûr l’opposition laïque regroupée dans le FSN, des libéraux à certains trotskystes ou facebookers connus, s’oppose de toutes ses forces à cette démocratie directe qu’elle assimile au chaos et ne continue à jurer que par l’État et les élections même si tous les Égyptiens ont pu vérifier par expérience que les élections n’ont rien de démocratique et que du coup la participation aux élections s’effondre.

Mais ce qu’il y a eu de particulier dans la “bataille de la colline” comme déjà un peu dans les manifestations de décembre 2012 et janvier 2013, c’est que, comme l’écrivait un blogger (Bigpharaoh), on n’avait plus affaire aux “protestataires chichis et facebookers d’Héliopolis (quartier chic du Caire). Le quartier de Moqattam où est installé le siège des Frères Musulmans étant entouré de quartiers populaires et de bidonvilles, l’opposition raffinée et les membres sophistiqués du FSN n’arrivaient pas à contrôler la classe ouvrière en colère... Un des candidats socialiste d’extrême gauche à la présidentielle a eu le bras cassé par les manifestants alors qu’il essayait de protéger des Frères Musulmans et des milices populaires d’auto-défense voient le jour comme la plus médiatisée d’entre elles, les Black Blocs égyptiens. [...] Il en va de même à Alexandrie où ceux qui ont saccagé le siège des Frères Musulmans venaient de ces mêmes quartiers populaires, en ayant assez de voir comment les Frères Musulmans et les salafistes contrôlent la distribution du pain et du gaz. [...] C’est le début d’une révolution de la faim.”

L’Égypte connaît en effet une grave crise des bouteilles de gaz, du gas-oil et du pain subventionnés qui sont à la base de la vie des classes populaires.

L’Égypte importe 60% de son gas-oil, l’État en subventionne les deux tiers pour les prix à la consommation, soit environ 55 milliards de Livres Égyptiennes chaque année. Or les réserves en dollars de l’État égyptien se sont effondrées et il n’est plus en situation de payer l’importation de gas-oil. En échange de son aide, le FMI a demandé une libéralisation encore plus importante de l’économie égyptienne (en partie encore dans les mains de l’État et surtout de l’armée) et des coupes draconiennes dans les subventions aux produits de première nécessité. Pour le moment, avant de passer aux baisses de subventions, l’État a augmenté des taxes et diminué la distribution de bouteilles de gaz et de gas-oil provoquant de graves pénuries et des hausses de prix sauvages au marché noir dans de multiples secteurs.

Il faut parfois faire la queue des heures et des heures voire une journée entière pour faire le plein de gas-oil subventionné. Bien des camionneurs, des chauffeurs de bus, microbus ou des paysans avec leurs tracteurs ne peuvent plus trouver le carburant nécessaire à leur travail. Le marché noir se développe. Certains pensent que hauts fonctionnaires et stations services trichent, ces dernières recevraient plus qu’elles ne vendent officiellement et écouleraient une partie de leurs stocks au marché noir à des prix beaucoup plus élevés. La conséquence, ce sont des hausses de prix considérables, ce qui renchérit les prix de multiples autres produits. Les fruits et légumes par exemple dont le prix a été souvent multiplié en peu de temps par deux ou trois en même temps qu’ils deviennent plus rares faute de distribution.

Mais ce sont aussi les bus scolaires, qui, faute de gas-oil, n’ont pu assurer le transport des élèves, beaucoup d’entre eux ayant manqué l’école, en particulier dans les petits villages, posant de nombreux problèmes aux parents. Or on approche du temps des examens où 18 millions d’élèves et d’étudiants vont vouloir se déplacer dans le pays.

Un des gros problèmes pour les gens, vient des coupures d’électricité du fait que les usines de production marchent au gas-oil. Le ministère du pétrole a déjà menacé le ministère de l’électricité de cesser de lui livrer du gas-oil si ce dernier ne lui payait pas ses 50 milliards de dettes. L’été dernier avait déjà été marqué par des coupures importantes dans les quartiers populaires (pas les riches) à un moment où les températures atteignent des sommets et où on a d’autant plus besoin des réfrigérateurs ou des climatiseurs. Cela avait provoqué tout l’été des émeutes populaires et des refus de payer les factures. Or déjà durant les trois dernières semaines, il y a eu des coupures d’électricité.

Mais le plus gros des problèmes est celui des boulangers et du pain. En effet les boulangers publics qui font et vendent le pain subventionné, base de l’alimentation des plus pauvres, n’ont pas reçu leur quota de gas-oil subventionné ce qui a déjà provoqué des pénuries. Mais ils craignent surtout ce que le gouvernement a annoncé, des cartes de rationnement du pain subventionné dans deux mois, en commençant à Port-Saïd. Ils n’ont guère envie de servir de boucs émissaires à la colère populaire. Aussi ont-il saccagé la semaine passée, pour la deuxième fois, le ministère de l’alimentation, comme des dizaines de minis émeutes, blocages de routes et voies ferrées, attaques de stations service ont traversé cette même semaine tout le pays, du sud au nord, pour exiger du gas-oil subventionné.

À cela s’ajoutent les hausses de taxe multiples qui ont déjà alimenté la colère populaire en décembre 2012 devant laquelle le gouvernement avait reculé. Mais il revient à la charge sous la presion du FMI. Il a annoncé ce mois-ci une hausse des taxes de 200% sur la bière et de 100 à 150% sur le vin. Et bien sûr, il justifie cela par des raisons religieuses. Lundi dernier le ministre de l’aviation a annoncé qu’il interdisait l’alcool dans les boutiques “duty-free” des aéroports. Le gouvernement pour sa part, a annoncé que les licences pour les débits d’alcool ne seraient pas renouvelées facilement et qu’il bannirait sa consommation dans les banlieues cairotes. Ainsi déjà dans la cité populaire du 6 octobre au Caire, cité de 1 million d’habitants, on ne trouve plus qu’un seul débit autorisé de boissons alcoolisées vendant les bières locales Sakara, Meister, Rex et Stella et les alcools étrangers. Mais l’Égypte est loin d’être fondamentaliste, des dizaines de millions d’Égyptiens boivent, surtout de la bière. Même les intégristes islamistes ou coptes boivent en cachette ou même pas. Ce qui fait que les distilleries et les fabrications diverses d’alcool plus ou moins clandestines, familiales ou plus larges, se multiplient. Ce qui n’est pas pour rien dans le rejet de l’islamisme rigoriste des Frères Musulmans ou des salafistes et dans l’incendie ou le saccage des sièges des Frères Musulmans. Après tout, la révolution française a commencé par des protestations et des émeutes aux barrières de Paris contre les taxes supplémentaires qu’on voulait imposer aux vins. Et Engels a décrit en son temps les émeutes de la bière en Bavière.

Dans tous les cas, les Égyptiens savent que le gouvernement ne pourra pas imposer plus que ça sa police des mœurs et des esprits. L’échec total du couvre feu qu’il a voulu imposer en février dans les villes du canal de Suez montre que sa perte d’autorité ne fait que dresser un peu plus le peuple égyptien contre tous les fondamentalismes et le pousser vers ce que ce dernier a appelé la “désobéissance civile”, qu’on appellerait plutôt ici “grève générale”, puisque le refus de payer les taxes, impôts et factures d’électricité, le refus d’obéir aux autorités d’État se mêlait au refus d’obéir aux patrons par de multiples grèves associant ouvriers, employés, étudiants, journalistes, enseignants, avocats, médecins, boutiquiers et artisans dans la recherche de leur propre administration directe. Le glissement du noyau central de la révolution des questions politiques vers les questions économiques, la prise en main progressive de la révolution par les couches les plus pauvres n’est autre que la transformation progressive de la révolution démocratique en révolution sociale, la recherche non seulement d’une démocratie politique directe mais aussi d’une démocratie économique, la remise en cause de la propriété.

La révolution égyptienne ne fait que commencer.

Suivant
Imprimer l'article

idem

Lance-pierre géant

Le Caire : Saccage du local des Frères dans le quartier de Manial

Moqattam (Le Caire) : les manifestants finissent par clasher aussi avec la police, dernier rempart qui protège le QG des Frères

idem