Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Alexandrie/Mahalla (Egypte) : nouveaux affrontements contre les partisans du chef d’Etat
(Le 29 mars 2013)

Des heurts entre pro et anti-Morsi font une dizaine de blessés en Égypte

AFP, 29 mars 2013

Des heurts ont éclaté vendredi au Caire et dans la deuxième ville d’Egypte, Alexandrie, entre opposants et sympathisants du président islamiste Mohamed Morsi, faisant dix blessés, a indiqué l’agence officielle Mena.

Les heurts les plus violents ont eu lieu à Alexandrie où neuf personnes ont été blessées et hospitalisées à la suite d’affrontements dans le quartier de Sidi Gaber près des bureaux des Frères musulmans, le mouvement dont le président est issu, a précisé Mena citant un responsable du ministère de la Santé, Khaled al-Khatib.

Des forces de sécurité ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les protagonistes, selon l’agence, ajoutant qu’opposants et sympathisants de M. Morsi ont échangé des jets de pierres et des cocktails Molotov.

Au Caire, une personne a été blessée au cours d’une manifestation de plusieurs centaines de personnes devant la Haute cour de justice, où les protestataires réclamaient la démission du procureur général Talaat Abdallah nommé en décembre par M. Morsi.

Le 22 novembre, le président islamiste Mohamed Morsi avait limogé l’ancien procureur général Abdel Meguid Mahmoud, nommé sous le président déchu Hosni Moubarak, et l’avait remplacé par M. Abdallah après s’être attribué des pouvoirs exceptionnels par décret.

Cette décision avait provoqué une fronde au sein du pouvoir judiciaire qui avait dénoncé une atteinte à son indépendance.

Mais mercredi, la cour d’appel du Caire a ordonné l’annulation du limogeage d’Abdel Meguid Mahmoud et le retour de ce dernier à son poste.

A Mahalla, une ville du centre du pays, des manifestants qui n’étaient pas parvenus à pénétrer dans des bureaux du Parti de la Liberté et de la Justice (PLJ), issu des Frères musulmans, ont mis le feu à une voiture proche du bâtiment, selon Mena.

Plus de 30 locaux des Frères musulmans ont été attaqués dans le pays au cours des dernières semaines lors de manifestations contre le président.

Les Frères musulmans et les salafistes dominaient l’Assemblée élue à l’hiver 2011/2012 et dissoute en juin 2012, après une décision de la plus haute juridiction d’Egypte jugeant la loi électorale anticonstitutionnelle.

En décembre, des violences entre pro et anti-Morsi avaient fait 11 morts dans des affrontements devant le palais présidentiel.


L’Egypte craint des émeutes de la faim faute de pétrole et de blé

Ecofin, vendredi, 29 mars 2013 12:23

(Agence Ecofin) - L’Egypte est dans une situation financière critique, avec une monnaie dépréciée, et connaîtrait des difficultés pour payer ses importations de pétrole mais aussi de produits alimentaires, comme le blé dont il est le premier importateur mondial. D’où l’importance des pourparlers actuels avec le FMI pour débloquer une ligne de crédit mais aussi des négociations diplomatiques avec des pays pétroliers comme la Libye, le Qatar ou encore l’Irak pour compléter l’approvisionnement du Koweit à des conditions privilégiées.

Craignant notamment des émeutes s’il y a pénurie de pain subventionné, « le gouvernement pourrait fournir en priorité la filière agroalimentaire en pétrole et s’assurer que les agriculteurs mais aussi les boulangeries ne manquent pas de fuel », estime l’analyste Richard Mallinson, d’Energy Aspects à London interrogé par Reuters. Les boulangers menaceraient de faire grève, soulignant que le gouvernement a des arriérés d’environ $ 60 millions à leur égard au titre des subventions sur le pain.

Les responsables gouvernementaux tentent de rassurer, mettant en avant la récolte de blé record qui démarrerait le mois prochain, mais ils concèdent que l’approvisionnement en fuel est une vraie difficulté, a souligné le porte parole gouvernemental Alaa El Hadidi à Reuters.

L’Egypte n’aurait pas réceptionné de cargaison de brut provenant du marché libre, soit hors accord bilatéral, depuis le mois de janvier, Egyptian General Petroleum Corp (EGPC) ayant annulé les deux expéditions de Petraco and Arcadia qui avaient pourtant remporté l’appel d’offres. De son côté, la General Authority for Supply Commodities (GASC), qui gère les achats céréaliers, n’a pas acheté de blé depuis le mois de février.

Rappelons que l’Egypte importe quelque 10 millions de tonnes de blé par an mais ses achats ont baissé en janvier ne représentant plus qu’un quart des volumes de janvier 2012.

Les autorités annoncent des stocks céréaliers de 2,116 Mt, soit 85 jours de consommation. Le ministre de l’Approvisionnement, Bassem Ouda, aurait déclaré au Financial Times que « les exportateurs américains et européens pourraient lui accorder des conditions favorables. »

L’Inde serait aussi en pourparlers avec l’Egypte pour lui vendre du blé, mais le négoce est sceptique car la qualité de son blé n’est pas celle à laquelle sont habitués les Egyptiens.

Suivant
Imprimer l'article