Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Le Caire/Alexandrie : affrontements contre les Frères Musulmans, molotovs et chevrotine contre pierres et policiers
(Le 19 avril 2013)

Égypte : heurts violents sur fond de crise économique

Radio Canada, vendredi 19 avril 2013 à 17 h 09

Des partisans et des opposants au président Mohamed Morsi se sont affrontés vendredi au Caire. Bilan : au moins 82 blessés.

Les partisans du président Morsi sont sortis dans la rue pour réclamer une refonte du système judiciaire hérité de l’ère de l’ancien président Hosni Moubarak.

« Le peuple veut l’assainissement de la justice », scandaient les manifestants.

Les manifestants étaient rassemblés devant la Cour suprême lorsque les contre-manifestants sont arrivés sur les lieux et ont brûlé un autobus affrété par les Frères musulmans.

S’en sont suivis des heurts violents entre les antagonistes. Les uns jetaient des pierres, les autres répondaient par des jets de cocktails Molotov.

Des hommes du « Black Bloc », portant des masques, se trouvaient parmi les opposants au président Morsi.

Un journaliste de l’AFP a constaté que des opposants tiraient à la chevrotine sur les Frères musulmans.

Par la suite, des policiers sont arrivés sur place pour disperser les manifestants à coup de gaz lacrymogènes.

Les autorités semblent avoir le plus grand mal à maîtriser les affrontements de rue répétés entre partisans et opposants au président Morsi.

Le premier ministre Hicham Kandil a averti que la « poursuite des manifestations accompagnées de violences nuit pleinement à la sécurité et à l’économie du pays et entrave les plans de réformes ».

De son côté, le ministère de l’Intérieur a appelé « tous les courants politiques à aider les forces de l’ordre à accomplir leur mission de sécurisation des manifestants pour éviter que les affrontements ne se soldent par des victimes ».

L’os du système judiciaire

Les relations entre le président Morsi et le pouvoir judiciaire sont tendues depuis le début de son règne.

Le dernier épisode de la bataille entre les deux camps se déroule au Sénat, où ses membres, majoritairement islamistes, s’apprêtent à discuter des amendements à la loi judiciaire prévoyant notamment de ramener l’âge de la retraite des juges de 70 à 60 ans.

Des juges y voient une manœuvre pour se débarrasser de magistrats hostiles.

Dans un précédent épisode, la justice avait rejeté le limogeage du procureur général, qui avait été nommé par le président déchu Hosni Moubarak.

Le procureur a été remplacé par un autre soupçonné d’être proche des Frères musulmans.

Crise économique et sociale

La multiplication des affrontements violents se déroulent sur fond de grave crise économique. Le pays est confronté à une baisse des revenus du tourisme et à un effondrement des investissements étrangers.

Les réserves de devises sont passées de 36 à 13,5 milliards de dollars en deux ans. Par conséquent, la capacité du pays à importer les produits essentiels s’est sérieusement rétrécie.

C’est dans ce contexte que le gouvernement négocie difficilement un prêt de 4,8 milliards de dollars avec le FMI. Mais un accord avec le FMI sera accompagné de mesures de rigueur budgétaires qui risquent d’enflammer davantage la rue égyptienne.

Le FMI a expliqué que l’aide de 5 milliards de dollars du Qatar ne saurait se substituer à un accord avec l’institution financière.


Egypte : remaniement ministériel imminent

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 20.04.2013 à 17h25

Au lendemain des violents heurts qui ont fait 82 blessés parmi opposants et partisans du régime, le président égyptien, Mohamed Morsi, a affirmé samedi 20 avril qu’il allait procéder à un remaniement ministériel. "Un remaniement ministériel et au niveau des gouverneurs [sera opéré], et les responsabilités seront confiées aux plus qualifiés", a écrit M. Morsi sur Twitter.

Un haut responsable à la présidence a confirmé cette annonce, ajoutant qu’elle devrait intervenir dans les prochains jours. "Il y aura six ou huit ministres [concernés] et d’importants changements parmi les gouverneurs". "Parmi les ministères touchés, certains sont importants, a-t-il ajouté. Je ne peux pas dire lesquels car, comme vous le savez, c’est une question sensible."

M. Morsi a régulièrement répété sa confiance à son premier ministre Hicham Qandil. Mais l’opposition, qui réclame un gouvernement d’union nationale, a fait du limogeage de M. Qandil une condition sine qua non pour participer aux législatives prévues à l’automne. Selon les médias locaux, M. Morsi pourrait remplacer le ministre de la justice Ahmed Mekki, ainsi que d’autres ministres.

TRENTE-NEUF PERSONNES ARRÊTÉES

La police égyptienne a arrêté 39 personnes au lendemain des affrontements entre islamistes et opposants au président Morsi. Selon une source judiciaire, les interrogatoires des suspects avaient débuté samedi, tandis que le ministère de la santé a annoncé dans un communiqué que 105 personnes avaient été blessées dans ces violences.

Les affrontements ont éclaté vendredi après-midi quand des manifestants anti-Morsi se sont dirigés vers la Cour suprême, où des milliers de Frères musulmans étaient rassemblés pour réclamer une refonte de la justice qu’ils jugent hostile au président islamiste. Durant ces heurts, les manifestants de l’opposition ont tiré à la chevrotine sur les islamistes puis sur la police anti-émeute sur l’emblématique place Tahrir du Caire.

Vendredi après-midi, les Frères musulmans, dont est issu M. Morsi, à couteaux tirés avec le pouvoir judiciaire, avaient organisé une manifestation alors que le Sénat, dominé par les islamistes, s’apprêtait à discuter d’un texte ramenant l’âge de la retraite des juges de 70 à 60 ans. Des juges y voient une manœuvre pour se débarrasser de magistrats hostiles.

Suivant
Imprimer l'article

Incendie d’un bus des Frères Musulmans